Vos intentions cachées

Nous sommes tous engagés. C’est pour cette raison que l’on est souvent surpris (et furieux envers nous-mêmes) quand on ne respecte pas une promesse.

Une de mes clientes, entrepreneure obsédée du travail et atteinte du TDAH (en existe-t-il d’autres types?), s’est engagée à passer plus de temps avec ses enfants. C’est important pour elle et pour sa famille. Elle a la ferme intention de quitter le travail chaque jour à 17 H 30. Pourtant, elle ne respecte pas encore son engagement. Elle continue de travailler tard, parfois après 18 h 30 ou même 19 h.

Un autre client, celui-ci étudiant à l’université, doit se réserver du temps pour la recherche et la rédaction d’une dissertation. S’il n’obtient pas une note excellente pour ce travail, il échouera à son cours. Il est déterminé à réussir ses études universitaires. Pourtant, il offre plutôt d’aider un ami à déménager durant la fin de semaine, utilisant ainsi une grande partie du temps qu’il avait pour préparer sa dissertation.

Un autre client avec TDAH cherche désespérément un emploi. Il prévoit contacter des employeurs potentiels, mais il passe plutôt ses journées à parler au téléphone avec sa copine, à regarder la télévision et à faire d’autres activités qui ne sont pas prioritaires. Il est déterminé à se trouver un emploi et il est certainement déterminé à payer ses comptes!

Devriez-vous être déterminé?

Dans les cas précédents, mes clients sont-ils simplement de mauvaises personnes? Non! Y a-t-il quelque chose qui cloche avec eux? Non! Mentent-ils à propos de leur détermination? Non! Alors, quel est le problème?

En discutant avec eux durant leurs séances, j’étais certaine que chacun d’entre eux était déterminé à réaliser les projets que nous avions identifiés comme étant leurs priorités. Ils avaient tous un plan et la volonté de réussir. Ils auraient dû y arriver sans difficulté, mais…

On considère souvent les  » intentions cachées  » comme étant quelque chose de négatif, un objectif sous-jacent et sournois poursuivi aux dépens d’une personne peu méfiante. Par contre, dans les exemples cités ci-haut, chaque personne est à la fois l’auteur et la victime de ses propres intentions cachées. Ils avaient tous un objectif sous-jacent qui est demeuré caché, un objectif dont ils ne soupçonnaient même pas l’existence et qui leur a fait perdre de vue leurs véritables priorités.

Nous avons tous des intentions cachées, des promesses faites à nous-mêmes, habituellement en réponse à des événements troublants survenus durant notre enfance et ces intentions influencent nos actions quotidiennes. Ces intentions sont présentes depuis si longtemps que vous ne pouvez même plus les reconnaître, du moins, jusqu’à ce qu’elles resurgissent pour bouleverser nos priorités.

Notre entrepreneure est divorcée et craint plus que tout de se retrouver sans le sou. Ses intentions cachées sont d’assurer sa sécurité et celle de ses enfants, coûte que coûte. L’étudiant a peur de ne pas avoir d’amis. Ainsi, l’intention cachée qui l’incite à être serviable afin que les gens l’apprécient domine sa vie sans qu’il s’en rende compte. Comme bon nombre d’entre nous, notre chercheur d’emploi a peur du rejet. Son intention cachée est donc  » éviter d’être rejeté « , ce qui l’empêche de prendre le risque de demander un emploi, ou même une entrevue.

Quelles sont vos intentions cachées? Refusez-vous de prendre le risque d’avoir l’air ridicule, de déranger les autres ou de perdre le contrôle? Peut-être essayez-vous constamment de réduire les risques, coûte que coûte?

Dans votre passé, vous avez développé la croyance que des conséquences terribles surviendraient si vous ne travaillez pas assez, vous n’offrez pas votre aide à qui le demande, vous ne faites pas les choses à la perfection, ou si vous demandez quelque chose à quelqu’un, vous essayez des choses nouvelles, etc. Il y a plus d’intentions cachées que de personnes (certains d’entre nous semblent les collectionner!).

Quelle est votre intention cachée?

Chacun de nos héros est victime de ses propres intentions cachées. Laquelle fait de vous sa victime innocente? Accepter tous les projets que l’on vous propose afin d’éviter une éventuelle ruine est-il devenu une plus grande priorité pour vous que de passer du temps avec vos enfants? Êtes-vous plus déterminé à  » être un bon ami  » que lorsqu’il est question d’avoir de bonnes notes? Ou bien êtes-vous plus déterminé à éviter le ridicule en n’essayant jamais ce qui est nouveau ou risqué, afin de ne jamais commettre d’erreur, que vous n’êtes déterminé à quitter un emploi que vous détestez pour tenter de réussir dans une nouvelle carrière?

La bonne nouvelle est qu’une fois conscient de vos intentions cachées, vous pouvez commencer à contrer les effets clandestins qu’elles ont sur votre vie. Il est tout à fait normal pour les humains de développer ces mécanismes de défense afin de se protéger du danger. Toutefois, nous mettons les mêmes mécanismes en place, que le danger soit réel ou imaginaire. Lorsque vous aurez reconnu le mécanisme de défense, vous pourrez réévaluer le danger  » perçu  » et ainsi découvrir votre intention  » cachée « . Une fois que vous aurez trouvé l’intention cachée, libre à vous de décider si elle a sa raison d’être.

Comment mettre ces conseils en pratique?

    1. Premièrement, portez une attention particulière à la façon dont vos intentions cachées mènent votre vie. Imaginez tout ce que vous pourriez accomplir si seulement vous n’aviez pas ces intentions cachées pour vous rappeler tous les  » horribles dangers  » qui vous guettent. Qu’y a-t-il de plus important pour vous que les priorités que vous vous êtes fixées dans un moment de panique relativement à un danger imaginaire ou réel (mais qui n’est plus pertinent)? Que faites-vous ou ne faites-vous pas en raison de ces intentions cachées?

 

    1. D’où proviennent vos craintes (pensez à une situation ou à un événement dans votre enfance)? Quel est l’historique de cette crainte? De quelle façon vous a-t-elle été bénéfique à l’époque? Bien qu’elle ait été un moyen astucieux de gérer les situations difficiles, vous sert-elle toujours?

 

    1. D’après vous, que se produira-t-il quand vous déciderez de ne plus laisser vos intentions cachées mener votre vie? Cherchez des preuves qu’elles ne sont pas réelles. Observez le comportement d’autres personnes, des gens qui semblent vivre sans craindre les conséquences que vous redoutez. Pensez aux occasions où vous n’avez pas agi selon vos intentions cachées; ça n’était pas la fin du monde! Si vous ne pouvez en trouver, commencez à mettre à l’épreuve la validité de ces intentions. Essayez d’abord de les mettre à l’épreuve de façon prudente et progressez ensuite vers des tests plus risqués.

 

Que faire pour perdre une habitude?

Perdre une habitude Les personnes qui réussissent ont tendance à faire la même chose à répétition (c’est-à-dire ils prennent des habitudes ou des routines). Alors que je faisais mon bilan de fin d’année et ma planification pour la nouvelle année, je me suis attardée à trouver la façon dont nos habitudes se formaient afin de pouvoir ajouter de nouveaux outils de travail pour Prenez un ESSOR vers le succès, qui constitue un chapitre du Programme d’optimisation de la productivité. Après m’être penchée sur le sujet, je me suis rendue à l’évidence que :

« Nous sommes ce que nous faisons à répétition. Alors, l’excellence n’est pas un acte, mais une habitude. » – Aristote

Donc, si vous souhaitez transformer votre vie, vous devez transformer la personne que vous êtes. Pour y parvenir, vous devrez changer vos habitudes. Si vous avez l’habitude de regarder la télévision, et ce, du moment où vous rentrez du travail jusqu’au moment où vous allez au lit, il ne fait aucun doute que vous êtes devenu un véritable mollasson. Si votre objectif est de courir le marathon, vous devrez inévitablement perdre cette habitude. Vous devrez choisir une habitude qui vous permettra de progresser vers ce nouvel objectif… peut-être devrez-vous commencer à vous mettre à la course!

Malheureusement, il peut être difficile de développer de nouvelles habitudes. Les spécialistes de l’initiative personnelle prétendent qu’il ne faut que 21 jours pour développer une nouvelle habitude. Il ne fait donc aucun doute que vous vous dites que quelque chose ne tourne pas rond avec vous si vous êtes incapable d’y arriver en 21 jours. Toutefois, il n’y a aucune preuve voulant que ça ne prenne vraiment que 21 jours pour y parvenir!<

Qu’en est-il vraiment de ces fameuses habitudes…

En fait, dans un article publié en octobre 2010 dans le European Journal of Social Psychology, Philippa Lally et al y présentent une recherché qu’ils ont menée au sujet de la formation des habitudes, et précisent qu’il faut entre 18 et 254 jours pour développer une nouvelle habitude, selon l’habitude en question. Par ailleurs, d’autres études mentionnent qu’il faut environ 66 jours pour développer une habitude peu complexe. Bien que vous investissiez les efforts pour y parvenir, vous savez que vous êtes tout à fait normal si cela vous prend plus de temps pour y parvenir!

Notre cerveau est constitué de chemins vous menant vers vos diverses forces. Les chemins prédominants sont les habitudes que vous avez actuellement, et ce sont les plus difficiles à perdre. Mais dites-vous qu’il s’agit d’une bonne nouvelle, puisque lorsque vous développez une nouvelle habitude, orientée vers votre réussite, vous risquez d’avoir beaucoup plus de facilité à la garder!

Toutefois, il se peut que vous vous sentiez découragé à l’idée de devoir travailler aussi fort pour perdre une ancienne habitude ou pour en développer une nouvelle. Mais rassurez-vous en vous disant qu’il ne vous faudra que peu de temps avant de pouvoir profiter des avantages que ces changements vous apporteront. Et si vous vous concentrez sur les avantages, vous réussirez à trouver la motivation nécessaire pour continuer à avancer vers vos objectifs.

Donc, supposons que vous avez pris la décision de développer une nouvelle habitude parce que vous désirez courir un marathon. Vous devrez perdre votre mauvaise habitude, qui est de regarder la télévision, et vous devrez prendre l’habitude de vous entraîner pour ce marathon. Et ensuite?

Perdre une habitude

Fortes sont les chances que vous réussissiez à perdre une habitude si vous la remplacez par une autre. Toutefois, lorsque vous essayez de perdre une habitude, il est important de prendre en considération le besoin que celle-ci comblait, et de trouver un moyen de combler ce besoin de façon positive. Il est important de garder à l’esprit, lorsque vous essayez de perdre une habitude. Par exemple, si votre besoin de regarder la télévision vous permettait de relaxer après une dure journée de travail, vous devrez trouver un autre moyen pour décompresser, sinon les efforts que vous mettrez pour perdre cette habitude seront peine perdue. À la place, vous pouvez lire, jouer de la musique, danser ou discuter avec une personne qui vous est chère… bref, faire une activité qui vous permettra de refaire le plein d’énergie. Par contre, si vous ignorez ce besoin, vous vous remettrez à écouter la télévision en un rien de temps.<

Il faut que ce soit important à VOS yeux

Il va sans dire que vous devrez travailler très fort si vous souhaitez vous adapter à votre nouvelle habitude. Ce sera parfois même très difficile. Vous aurez souvent envie de baisser les bras. Mais si vous êtes déterminé à continuer, c’est que vous le voulez très, très, très fort, c’est ce que vous souhaitez le plus au monde (est-ce nécessaire de mettre encore plus d’emphase là-dessus?!?). Votre nouvel objectif, ainsi que les nouvelles habitudes que vous devrez développer pour y parvenir, doivent vous bénéficier à vous. Vous ne devez pas le faire pour quelqu’un d’autre. Si quelqu’un vous demande de développer une nouvelle habitude et que l’objectif en question est sans importance à vos yeux, fortes sont les chances que vous n’apportiez pas les changements demandés ou, si vous apportez ces changements, vous serez incapable de garder ces nouvelles habitudes. Vous devez avoir un objectif qui est important à vos yeux, qui signifie quelque chose pour vous, qui est amusant. Demandez-vous pourquoi courir un marathon revêt de l’importance pour vous. Posez-vous cette question jusqu’à ce que vous ayez trouvé une réponse (littéralement) significative pour vous.

Tenez un journal de bord, visualisez votre objectif, agissez comme si vous aviez déjà atteint votre objectif. En agissant ainsi, vous générerez des émotions qui vous permettront de rester sur le bon chemin.

Facilitez le développement de nouvelles habitudes

Lorsque vous souhaitez développer une nouvelle habitude, vous devez avoir recours à des aide-mémoire ou à des éléments déclencheurs. Vous pouvez régler un rappel sur votre téléphone intelligent ou, encore mieux, vous pouvez utiliser un élément déclencheur. Un élément déclencheur est un événement qui se produit constamment dans votre vie. Par exemple, chaque jour, vous rentrez du travail à 17h30. Votre arrivée à la maison peut être l’élément déclencheur qui vous rappellera de revêtir vos vêtements d’exercice pour votre entraînement.

D’autres éléments déclencheurs peuvent être des habitudes que vous avez déjà, telles que de prendre votre petit déjeuner le matin, brosser vos dents ou aller luncher. Ancrer de nouvelles habitudes à celles que vous avez déjà est une excellente méthode pour améliorer vos chances de réussir.

Comment mettre ces conseils en pratique?

  1. Fixez-vous un objectif et identifies les habitudes qui vous permettront de l’atteindre.
  2. Identifiez les habitudes que vous avez, mais qui vous empêcheront d’atteindre cet objectif. Déterminez les besoins qu’elles comblent et trouvez d’autres moyens de combler ces besoins afin de pouvoir changer vos habitudes pour pouvoir devenir la personne que vous désirez être.
  3. Assurez-vous que votre objectif représente quelque chose que vous désirez vraiment, que cet objectif génère des émotions chez vous.
  4. Changez vos habitudes, une à la fois. Commencez par une, et ancrez-la à une habitude que vous avez déjà, à un événement que vous vivez chaque jour.

Si fort que c’en est nuisible?!

Deux raisons pour lesquelles votre créativité peut vous nuire

Par Linda Walker

En tant qu’entrepreneur, adulte atteint du TDAH ou autre génie créatif, force est d’admettre que votre créativité est sans aucun doute un de vos principaux atouts. Votre imagination est sans limites, et c’est ce qui constitue votre force. Toutefois, si vous ne faites pas attention, votre meilleure alliée, soit votre créativité, pourrait vous empêcher d’aller de l’avant.

Votre créativité vous nuit lorsque vous vous y référez pour expliquer des faits

Des choses se produisent… constamment. Toutefois, la plupart de ces événements sont, pour vous, sans importance… En fait, vous vous rendez à peine compte que ces événements se produisent. Par contre, lorsque vous réalisez que quelque chose se produit, vous essayez instantanément de lui donner une signification. Une petite voix, dans votre tête, évalue sans cesse chacun des événements, les catégorisant en fonction de l’impact que chacun aura sur vous. Par ailleurs, pour déterminer cet impact, vous inventez un scénario à ce propos. Habituellement, inventer des scenarios peut avoir du bon, mais si votre imagination vous incite à créer un scenario susceptible de générer de la douleur et du doute qui risquent de vous paralyser, eh bien, vous venez tout juste de vous tirer dans le pied!

Bien entendu, la plupart des événements n’auront aucune influence sur votre vie, seront totalement inoffensifs et/ou n’ont aucun lien avec vous. Toutefois, vous cherchez à donner une explication à chacun d’entre eux en inventant des scénarios tout droit sortis de votre imagination effervescente. Même les événements qui ont un impact sur vous peuvent n’avoir aucun lien avec vous… puisqu’ils n’auront pas été causés par vous. Par exemple, si vos parents ont divorcé lorsque vous étiez enfant, vous avez probablement inventé une histoire du genre :  » Si je n’avais pas été atteint du TDAH, mes parents seraient encore ensemble.  » Si vous saluez quelqu’un de l’autre côté de la rue et que celle-ci ne vous répond pas, vous interpréterez cela en vous disant :  » Elle me déteste.  » Si vous remarquez que des gens rient alors que vous entrez dans la pièce, vous risquez de penser :  » Ils rient de moi.  »


Votre créativité vous nuit lorsqu’elle vous empêche de prendre des risques

Vous pouvez même inventer des histories à propos de choses qui ne se sont pas encore produites. Cela se produit lorsque votre imagination roule à plein régime. Votre créativité fait de vous un vrai diseur de bonne aventure! Par exemple, lorsque vous faites face à un nouveau projet, il se peut que vous vous disiez :  » Je ne peux pas faire ça! Après tout, je ne l’ai jamais fait auparavant.  » Ou bien, vous pouvez vous référer au passé pour prédire l’avenir (cette technique n’est pas vraiment efficace pour prédire la météo, alors pourquoi est-ce que ça fonctionnerait pour vous?) :  » J’ai déjà essayé et ça n’a pas fonctionné. Ces choses ne sont pas faites pour moi!  » Vous baissez les bras avant même d’avoir essayé.

Bien entendu, cette façon de penser est mortelle pour un génie créatif. Après tout, lorsque vous libérez votre génie créatif et suivez vos passions, vous réaliserez que vous ferez beaucoup de choses que vous n’aviez jamais faites auparavant. Vous devrez sortir de votre zone de confort, et ce, à un point tel où vous serez incapable de vous rappeler de quoi elle avait l’air. Vous n’avez pas besoin de votre imagination pour prédire les échecs avant d’avoir commence.

Ce ne sont que les faits!

Faites la distinction entre la réalité et la fiction et vous verrez que le divorce de vos parents n’a absolument rien à voir avec vous. Oui, cela a eu un impact sur votre vie, mais vous n’étiez pas la raison de leur divorce, et il n’y a rien que vous auriez pu faire pour éviter cela. Cette explication est tout simplement sortie de votre fabuleuse (mais dangereuse) imagination! De plus, la fille qui ne vous a pas retourné votre signe de la main n’a tout simplement pas retourné votre signe de la main. Cela ne signifie pas qu’elle ne vous aime pas : ça ne veut tout simplement rien dire du tout! C’est votre imagination qui a décidé que cette fille ne vous aimait pas. Votre imagination peut également avoir décidé que cette fille ne vous avait pas vu ou qu’elle n’était pas la personne que vous pensiez… mais même ces raisons sont des inventions tout droit sorties de votre imagination! Et oui, ces personnes parlaient lorsque vous êtes entré dans la pièce, mais ça s’arrête là! Votre imagination vous joue des tours et détourne vos émotions en inventant une histoire voulant que ces personnes parlent de vous.

Si vous faites des choses que vous n’avez jamais faites auparavant, comment pouvez-vous en prédire le résultat? (En fait, si vous croyez que vous allez échouer, vous augmentez vos chances d’échec, mais je préfère ne pas me lancer dans une discussion de nature philosophique!) Et si vous essayez quelque chose de nouveau et que ça ne fonctionne pas du premier coup, il se peut que les choses se soient mal déroulées la première fois, sans toutefois signifier que vous n’y arriverez JAMAIS! Je suis d’ailleurs convaincue que si vous faites appel à votre génie créatif, vous réussirez à trouver une autre explication!

Il y aura toujours de nouveaux événements qui surviendront. Ça ne s’arrêtera jamais. Vous pouvez choisir de laisser votre imagination vous tenir en laisse en inventant des histoires qui vous feront sentir mal ou sans ressources. Ou bien vous pouvez décider d’analyser les faits de façon objective sans y attribuer de signification (toute faite) spécifique, une histoire ne mettant en scène que tout ce qui tourne mal est de votre faute, que tout le monde est contre vous, que vous n’y arriverez jamais! Vous pouvez décider de voir les choses de façon objective et de ne laisser travailler votre imagination que lorsque vous vous lancez dans de nouveaux projets qui vous passionnent. Libérez-vous de la douleur générée par votre imagination.

Comment y parvenir?

    1. Lorsque vous vous retrouvez confronté à une situation douloureuse et répétitive, posez-vous les questions suivantes :
      a. Quelle est mon opinion au sujet de cette situation? D’après-moi, que se passera-t-il?b. Qu’est-ce qui s’est réellement produit? Quels sont les faits? Seulement les faits?
    2. Lorsque vous vous dites  » Je ne peux pas « , posez-vous les questions suivantes :a. Est-ce vrai?

      b. Comment puis-je savoir si c’est vrai? Et est-ce vraiment vrai? Pourrait-il y avoir une autre explication?

    3. Faites la distinction entre les histories créées par votre imagination et les faits, et choisissez ce qui ressemble le plus aux faits. Un tout nouveau monde de possibilités s’ouvrira à vous.