Au bout du rouleau? Je ne suis pas surprise, et vous ne devriez pas l’être non plus!

Il y a quelques années, j’ai connu une forte augmentation de ma clientèle. En seulement un mois et demi, j’ai accueilli sept nouveaux clients. De ces sept clients, six m’ont confié qu’ils étaient en arrêt de travail pour cause d’épuisement professionnel! L’un de ces clients était en arrêt de travail pour la troisième fois en raison d’un épuisement professionnel et, croyant qu’il pouvait y avoir une autre cause à cette condition, il a mené ses propres recherches pour découvrir que, depuis tout ce temps, il souffrait de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

J’ai instantanément été intriguée par cette coïncidence. J’ai alors commencé à éplucher mes dossiers afin de déterminer combien de mes clients, actuels et passés, m’avaient mentionné avoir souffert d’épuisement professionnel à un certain moment au cours de leur vie. J’ai été sidérée de découvrir que plus de la moitié de mes clients, soit 54 % d’entre eux, avaient été, à un moment ou un autre, en arrêt de travail pour épuisement professionnel, dépression ou troubles de santé causés par le stress. Certains de ces clients avaient même été en arrêt de travail à plusieurs reprises en raison du stress.

manque de concentrationJ’ai ainsi approfondi mes recherches au sujet de ce qui avait été écrit à ce propos, et j’ai découvert une étude qui avait été menée auprès d’un groupe de personnes ayant été en congé de maladie prolongé pour cause d’épuisement professionnel ou de problèmes de santé reliés au stress. Ce qu’ils ont découvert m’a stupéfiée : parmi ce bassin de 62 adultes, ils ont découvert que 24 % d’entre eux souffraient de TDAH et que 56 % d’entre eux répondaient aux critères du TDAH, mais les résultats de cette étude n’ont pas été considérés comme concluants en raison de facteurs de confusion.

Lorsque l’on considère que l’incidence du TDAH adulte au sein de la population en général est de 4 à 8 %, cela indique qu’il y a un risque accru pour les adultes atteints du TDAH, et qu’ils sont de trois à six fois plus susceptibles de vivre un épuisement professionnel ou d’avoir des problèmes de santé reliés au stress.
Souhaitant avoir une meilleure compréhension des mécanismes de l’épuisement professionnel, j’ai commencé à effectuer des recherches plus intensément. Bien qu’il n’y ait pas de réel diagnostic de « l’épuisement professionnel », nous comprenons qu’il s’agit d’un épuisement causé par des périodes prolongées de stress. Plus j’en apprenais sur le sujet, plus je réalisais que l’épuisement professionnel relié au TDAH était relativement différent des cas d’épuisement professionnel neurotypiques ou « présentés dans les livres ».

L’épuisement professionnel relié au TDAH et l’épuisement professionnel « présenté dans les livres »

Il y a une cause ou une raison sous-jacente pour laquelle l’épuisement professionnel diffère entre les deux groupes. Les neurotypiques (personnes n’étant pas atteintes du TDAH) souffrant régulièrement d’épuisement professionnel se retrouvent dans cet état parce qu’elles cherchent à se prouver qu’elles sont capables. Ces personnes (ou les personnes de leur entourage) ont des attentes élevées et cherchent à en faire toujours plus afin de se faire remarquer. Les adultes atteints du TDAH souffrent d’épuisement professionnel en raison du stress causé par la crainte de perdre leur emploi. Ils travaillent avec plus d’ardeur ainsi que de nombreuses heures afin de rattraper tout le travail accumulé, car ils ont l’impression d’être improductifs. Ils essaient de se racheter pour leur manque de productivité et cherchent à camoufler la honte qu’ils ressentent en raison de leur incapacité à accomplir leur charge de travail.

Le simple fait de négliger vos besoins peut aggraver l’épuisement professionnel. Ces deux groupes (les neurotypiques et les adultes atteints du TDAH) négligent leurs besoins, mais pour différentes raisons. Alors que les adultes atteints du TDAH mettent de côté les heures de sommeil, mettent de côté l’exercice et travaillent pendant l’heure de lunch et tard le soir pour tenter de garder la tête hors de l’eau afin de répondre à toutes les demandes « normales » relatives à leur emploi, les neurotypiques, eux, font la même chose, car ils choisissent d’utiliser ce temps pour travailler sur davantage de projets afin d’obtenir plus de visibilité.

Une autre différence existant entre les deux groupes est que l’épuisement professionnel chez les travailleurs atteints du TDAH provient de leurs troubles cognitifs tels que leur manque de concentration, leur problème de mémoire à court terme et leur difficulté à contrôler leurs émotions, tandis que l’épuisement professionnel des travailleurs neurotypiques est causé par leur exposition prolongée au stress et la réduction des moments de repos. Pour les adultes atteints du TDAH, les troubles cognitifs sont typiquement reliés aux symptômes de leur TDAH (symptômes qui sont empirés par le stress), qui est à la source de leur épuisement professionnel. Par ailleurs, ces symptômes demeurent, et ce, même après de longues périodes de repos, alors un deuxième ou un troisième épisode d’épuisement professionnel s’avère presque inévitable, à moins que des changements importants soient apportés afin que la source de l’épuisement professionnel ne soit traitée.

Reconnaître la source de l’épuisement professionnel est un prérequis pour obtenir le bon traitement

Il est vrai que, dans chaque cas d’épuisement professionnel, il faut du repos afin de réduire les effets d’une exposition prolongée au stress. Toutefois, pour les adultes atteints du TDAH, le traitement nécessite également de « s’attaquer » à la cause sous-jacente de l’épuisement professionnel et apprenant à gérer les symptômes du TDAH. L’objectif est de réduire le nombre de troubles causés par le TDAH, et ainsi d’aider les adultes atteints du TDAH à améliorer leur rendement au travail. Une des façons les plus significatives d’améliorer la concentration et la productivité d’un adulte atteint du TDAH souffrant d’épuisement professionnel est d’apprendre des stratégies de gestion de temps et d’énergie, ainsi que des stratégies d’organisation conçues pour les adultes atteints du TDAH. Aider les employés atteints du TDAH à reconnaître les signes d’un trop-plein de stress et les aider à établir un plan d’action pour leur permettre de réagir de façon efficace est essentiel à la prévention d’épuisements professionnels futurs.

Finalement, en plus du repos, les victimes d’épuisement professionnel profitent pleinement « d’activités de récupération », notamment l’amélioration de l’hygiène de la santé (sommeil, exercice et alimentation), communiquer avec les membres de la famille et les amis, et participer à des activités créatives. Ces activités aident à réduire les effets du stress et ramènent le niveau de stress à un niveau plus facile à contrôler.

Dans la société d’aujourd’hui, il est vraisemblablement impossible d’éliminer le stress pouvant nous mener à l’épuisement professionnel. Toutefois, nous pouvons apprendre à gérer le stress de façon efficace en reconnaissant les causes sous-jacentes réelles de l’épuisement professionnel relié au TDAH afin de pouvoir traiter le problème à la source.

Inscrivez-vous à mon programme gratuit, spécifiquement pour les adultes atteints du TDAH pour vous aider à éviter un burnout.

Comment surmonter votre TDAH adulte

Oh là là! Ces derniers mois ont été excitants! Le 30 janvier dernier, j’ai lancé un concours pour trouver un nom à mon nouveau programme de « gains rapides » pour les adultes atteints du TDAH. J’ai développé ce programme d’après une idée que j’ai eue lorsqu’une de mes clientes participant à une conférence de l’ADDA, il y a quelques années, m’a dit, alors qu’elle regardait les livres offerts à la librairie : « J’ai déjà lu tellement de choses au sujet du TDAH, mais je n’ai jamais réussi à mettre ces informations en pratique. Ce dont j’ai besoin, c’est quelque chose qui me permettra d’avancer à petits pas, afin que je puisse intégrer un peu de ces conseils chaque semaine. »

Avec les années, j’ai développé plusieurs programmes en ligne qui ont apporté des avantages réels, mesurables et pratiques pour plusieurs personnes atteintes du TDAH. J’ai créé un système qui leur transmet de l’information au compte-gouttes, une étape à la fois, et qui leur permet d’avoir accès à l’information en tout temps. Les gens perdent toujours leurs courriels, les classent mal, les suppriment par accident ou les égarent dans la mer de courriels qu’ils reçoivent chaque jour. Avec notre système, cela ne se produit pas. Nous avons persévéré afin de perfectionner notre approche d’offre de formations, et nous avons trouvé d’excellentes solutions pour améliorer notre approche auprès des adultes atteints du TDAH. C’est de là qu’est partie l’idée du programme « gains rapides ».

Qu’est-ce que ce programme de « gains rapide »

Notre plateforme nous permet d’offrir des « gains rapides » en vous aidant à compléter une leçon à la fois, en plus de la réussir. Si vous vous inscrivez au programme, vous recevrez, une fois par semaine, un courriel qui vous invitera à visiter votre propre portail du membre, où votre nouvelle leçon vous attendra. La différence entre ces leçons et tout ce que vous aurez appris auparavant est que ces leçons vous donneront des parcelles d’informations ainsi qu’UNE SEULE petite étape (une ACTION) à franchir au cours de la semaine afin de vous rapprocher d’une vie meilleure.

Les petits pas nous permettent, à tous, d’acquérir de nouvelles aptitudes ou de changer des comportements. Des études ont démontré que lorsque vous faites de petits pas qui vous font évoluer de façon significative, vous êtes plus susceptible de poursuivre sur votre lancée. Et c’est parce que vous « gagnez ». Vous réussissez, vous bâtissez votre confiance, et vous êtes encouragé et motivé à l’idée d’entreprendre la prochaine étape.

C’est lorsque vous tentez de faire des pas de géant, qui vous transportent hors de votre zone de confort, que vous éprouvez des difficultés. Ces changements sont si drastiques et si difficiles que vous retournez inévitablement à vos anciennes habitudes, puis vous recommencez à éprouver des difficultés ou tentez de nouvelles choses, puisque vous avez vécu une expérience difficile. Si vous devenez membre, chaque semaine, pendant les trois prochains mois, vous recevrez une leçon qui portera sur une nouvelle petite étape qui vous permettra de mieux vivre avec votre TDAH.

Trois mois, ce n’est pas un engagement très long. Nous l’avons fait intentionnellement. Vous pouvez prendre la décision de vous engager pendant trois mois et de le faire pour vous, pour votre conjoint, pour votre famille. Ce qu’il y a de génial, c’est que bien que trois mois représentent une courte période, c’est une période suffisamment longue pour vous permettre d’améliorer votre vie de façon importante si vous mettez en application les conseils qui vous seront prodigués.

Trois mois, c’est juste parfait. C’est le chemin que Boucles d’Or choisirait… pas trop long, pas trop court, juste parfait! Si vous êtes déterminé à transformer votre vie une étape à la fois, je vous invite à vous joindre à nous GRATUITEMENT.

Maintenant, le concours!

annonce-du-concours-tdahMais malheureusement, je ne pouvais retenir qu’un nom. Et le nom est… roulement de tambour…

Petits pas, grands résultats et le nom du gagnant du Fitbit Flex ou du crédit de 119$ sur un de mes programme est… Mélissa M.

Une autre personne a offert un nom très similaire et se méritera un crédit de 50$ sur un de mes programmes en ligne. Cette personne est Sonia R.

Si vous êtes une des gagnantes, veuillez communiquer avec moi immédiatement. Jetez un œil aux site du Fitbit Flex et faites-moi savoir la taille de votre poignet afin que je puisse vous faire parvenir votre tout nouveau Fitbit Flex.

Si vous n’avez pas gagné, je tiens à vous remercier de votre participation. Il faut un groupe de participants pour faire d’un concours une réussite, et un lancement réussi. Vous m’avez tous aidée à rendre cette expérience amusante et excitante.  Merci beaucoup!

Votre invitation à vous inscrire gratuitement

Maintenant, je vous invite tous et toutes à vous inscrire gratuitement au programme Petits pas, grands résultats, le programme pour surmonter son TDAH une étape à la fois.

 

Comment présenter une demande d’accommodement au travail (sans toutefois dévoiler votre TDAH!)

Le milieu du travail est devenu un milieu de plus en plus difficile, même pour les personnes neurotypiques. Peut-être qu’il en a toujours été ainsi, mais à la vitesse où tout se déroule de nos jours, avec les attentes de plus en plus élevées qu’ont les employeurs et les clients, et avec la concurrence de plus en plus féroce, tout peut sembler beaucoup plus stressant que jamais. Si vous êtes un adulte atteint du TDAH, vous devez également conjuguer avec plusieurs autres défis qui s’ajouteront au lot :

  • Le manque d’attention et de concentration peut vous amener à passer à côté de certains détails et peut vous rendre la tâche beaucoup plus difficile lorsque vient le temps d’effectuer des tâches qui nécessitent de la concentration, et ce, même lorsque le moment est opportun.
  • Les troubles de mémoire mènent la plupart du temps à des engagements oubliés, ce qui se solde alors par une perte de crédibilité.
  • Le manque d’organisation vous laisse bien souvent avec une impression d’être débordé ou distrait : vous avez le sentiment de passer d’une tâche à l’autre, sans succès.
  • La procrastination vous amène à toujours être à la dernière minute, à toujours travailler avec un fusil sur la tempe et à avoir beaucoup de difficulté à respecter les échéanciers, ce qui vous amène un lot de stress important.
  • Vous voulez jouer au héros en voulant éteindre les feux des autres, tandis que votre travail, lui, demeure inachevé.
  • Et plus encore…

Ces défis supplémentaires font de votre milieu de travail un véritable champ de mines rempli de réprimandes et de déceptions… Que pouvez-vous faire pour vous en sortir?

La réponse évidente, qui est celle que la plupart des experts vous donneront, est la suivante : « Vous devriez présenter une demande d’accommodement auprès de votre employeur. » Cela semble si simple, n’est-ce pas? Il a été démontré que les accommodements peuvent être bénéfiques, et ils vous aideraient sans aucun doute, mais il y a toutefois un petit problème qui subsiste : comment pouvez-vous demander et obtenir des accommodements au travail, sans toutefois dévoiler que vous êtes atteint du TDAH? Et… comment ne pas dévoiler les risques que cela implique?

Que pouvez-vous faire? Il existe des façons de faire une demande d’accommodements sans dévoiler votre TDAH. Si vous croyez qu’il est préférable de ne pas parler de votre TDAH au travail, ou si vous préférez simplement ne pas en parler, vous serez heureux d’apprendre qu’il y a une « formule » qui vous aidera à présenter une demande d’accommodement sans exposer votre TDAH. Utilisez le modèle qui suit afin de vous aider à mettre par écrit ce que vous aimeriez dire, et ce, en fonction de votre situation. Pratiquez-vous et utilisez-le à répétition. Vous réussirez à coup sûr!

Étape 1. Décrivez votre principale difficulté et les circonstances qui l’entourent.

Étape 2. Décrivez une solution possible à laquelle vous avez pensé.

Étape 3. Décrivez les principaux avantages à votre patron, vos collègues, et expliquez en quoi cette solution sera avantageuse pour vous.   (En quoi est-ce que cette solution sera bénéfique pour vous et moi?)

Par exemple, s’il y a trop de bruit dans votre cubicule et que vous avez l’impression que vous seriez plus performant et que vous auriez plus de facilité à préparer un rapport particulièrement exigeant et récurrent en le faisant dans un endroit silencieux, vous pourriez préparer votre demande comme suit :

Étape 1. Décrivez votre principale difficulté – dites quelque chose qui ressemble à : « J’ai beaucoup de difficulté à garder ma concentration lorsque je travaille sur les rapports XYZ, car il y a beaucoup de bruit dans le bureau. »

Étape 2. Décrivez une solution possible – « J’ai pensé à une solution : lorsque je travaille sur ces rapports, est-ce que ce serait possible de le faire dans un bureau fermé, dans la salle de conférence, ou bien de travailler de la maison? »

Étape 3. Décrivez les principaux avantages – « Cela m’aiderait à être beaucoup plus efficace et à accomplir beaucoup plus de travail rapidement, ce qui permettra à Joe de travailler sur sa section plus tôt, et le tout sera fait avec peu ou pas d’erreurs, ce qui réduira le temps que vous devez passer à contre-vérifier mon travail. »

Vous avez fait du bon travail en tentant de vendre votre solution et en présentant les avantages que cela aurait pour tous… Vous n’avez pas l’air de vous plaindre, et personne n’a parlé de votre TDAH!

La formule est donc la suivante :

accommodements-formulev2

« Les accommodements au travail nécessitent de modifier une tâche, un milieu de travail ou une façon de faire afin qu’une personne ayant une certaine difficulté puisse avoir le même accès à tous les aspects du travail. »1

Les accommodements au travail peuvent également inclure l’utilisation d’outils tels qu’un casque d’écoute, une technologie assistée, de la formation, une restructuration du travail, une réaffectation des tâches, ou l’embauche d’une adjointe administrative.

Une de mes clientes, qui est adjointe administrative, devait réviser tous les rapports de dépenses des chefs de service qui se rapportent à son superviseur, et ce, une fois par semaine. Il s’agissait d’une tâche fastidieuse qui nécessitait beaucoup de concentration. Elle devait faire cette tâche dans le silence, sans être interrompue. Toutefois, elle devait répondre au téléphone simultanément, ce qui générait plusieurs erreurs. Voici le discours qu’elle a tenu à son patron :

Étape 1.    J’ai beaucoup de difficulté lorsque je dois m’acquitter de la révision de vos rapports de dépenses. Chaque fois que je dois répondre au téléphone, j’ai de la difficulté à me souvenir où j’en étais avant de répondre à l’appel. Cela génère plusieurs erreurs, ou fait en sorte que je passe à côté de certains détails.

Étape 2.    Je sais que j’ai besoin de deux ou trois heures de temps sans interruption, lorsque je suis très concentrée, afin de m’assurer de faire mon travail sans erreur. J’ai d’ailleurs trouvé une solution possible : est-ce que Carole serait en mesure de répondre aux appels les mardis matins, afin que je puisse accomplir cette tâche sans être interrompue?

Étape 3.    Une fois cette solution en place, je serais en mesure de réduire le nombre d’erreurs de façon considérable et ainsi m’assurer que tous les reçus sont présents et comptabilisés. Cela vous évitera de recevoir des appels du service de la comptabilité ou évitera à la compagnie de payer un montant supérieur à ce qui est dû. Avec un nombre d’interruptions réduit, je serais également en mesure d’accomplir la tâche plus rapidement.

Son patron a trouvé qu’il s’agissait d’une excellente idée et lui a permis de transférer ses appels afin qu’elle puisse effectuer sa tâche sans erreur. Et tout le monde est heureux depuis ce jour!

1 Traduction de la Source : http://www.workwithoutlimits.org/

Les pilules ne sont pas LA solution du TDAH!

D’expérience, la réaction la plus commune à l’annonce d’un diagnostic de TDAH est la suivante : « Quel médicament dois-je prendre? », ce qui veut plutôt dire « Que puis-je prendre pour guérir du TDAH? ». Toutefois, je ne parle pas de médication avec mes clients. Je ne suis ni pour, ni contre les médicaments prescrits pour remédier au TDAH, mais je crois fermement que poser les bonnes actions peut régler le problème. Je sais que les médicaments aident beaucoup de gens, mais je crois que la médication ne peut tout faire toute seule.

Les médicaments ne sont pas LA solution. Il n’y a pas de remède contre le TDAH. Recevoir un diagnostic de TDAH signifie que votre cerveau fonctionne différemment de celui des autres. Bien qu’il y ait des médicaments disponibles sur le marché, et qu’ils sont souvent très efficaces, ils ne font pas effets pour tous et, ce n’est pas une panacée. Bien que notre société souhaite trouver un remède instantané, il faut se rendre à l’évidence… il n’y en a pas!

Est-ce que cela veut dire que vous êtes condamné à vivre avec votre problème? Bien sûr que non! Il n’y a pas de remède pour guérir l’obésité non plus. Toutefois, une personne avec un surplus de poids n’est pas condamnée à rester avec un surplus de poids. Prenez l’exemple de mon mari : il a perdu 100 livres lorsqu’il a appris qu’il était atteint de diabète. Il a, bien entendu, cherché à trouver des raccourcis, des pilules ou un régime qui lui permettrait de faire disparaître ses kilos en trop sans y mettre aucun effort. Qui ne le ferait pas?

Toutefois, la meilleure solution a été de développer de nouvelles aptitudes et d’adopter de nouvelles habitudes. Le tout ne s’est pas fait du jour au lendemain mais, après quelques semaines et quelques mois, il avait apporté d’infimes changements à son alimentation et à son mode de vie, ce qui a eu un impact important au bout du compte. Plusieurs personnes craignent de s’engager car elles croient que ce sera trop difficile.

C’est totalement faux! En effet, l’essentiel est que vous vous sentiez bien avec chacun des petits changements apportés à votre vie. Adaptez-vous à un changement, puis apportez-en un autre à votre mode de vie. Cela peut prendre du temps, mais chaque effort compte. Par exemple, mon mari a commencé à faire de l’exercice. Tout d’abord la marche, puis la course, pour finalement jouer au basketball. Imaginez! Comme premier effort, il s’est dit qu’il devait faire le tour du pâté de maison à chaque fois qu’il allait fumer une cigarette (il n’était pas autorisé à fumer à l’intérieur). Maintenant, il ne fume plus et il pèse 100 livres de moins.

Vous devrez développer certaines aptitudes de base afin d’apprendre à mieux vivre avec votre TDAH. Si vous apportez des changements trop radicaux, vous ne pourrez poursuivre le programme. En effet, la clé du succès consiste à commencer au point de départ et d’avancer dans la bonne direction et ce, même si vous avancez à petits pas. Je reconnais qu’il peut être décourageant de progresser lentement, mais motivez-vous en vous disant que c’est la seule façon qui ait fait ses preuves.

L’impact du TDAH sur la productivité

C’est le mois de sensibilisation du TDAH!

Nous sommes plusieurs à mettre des efforts importants pour sensibiliser le public mais surtout les entreprises à l’impact du TDAH chez l’adulte. Et donc vous verrez beaucoup plus dans les nouvelles sur le TDAH. D’ailleurs un excellent article à été publié sur le sujet dans le journal Les Affaires sur le Web. J’y suis citée à quelques reprises.

lesaffaires

Le TDAH affecte aussi la productivité au travail – article dans Les Affaires

Se prendre en main crée des vagues

Cliquez ici pour la version audio

Récemment, j’ai rencontré quelqu’un pour la première fois et comme d’habitude, je lui ai mentionné que je suis un coach qui travaille avec des adultes atteints de TDAH. Comme il m’arrive si souvent, il a déclaré qu’il avait été diagnostiqué avec le TDAH (cela m’arrive plus souvent que par pure coïncidence, j’en suis convaincue, mais c’est une autre histoire!).  Son plus gros problème : l’incapacité à se conformer à une routine. Il croyait qu’il ne possédait pas le contrôle de soi nécessaire.

Se prendre en main avec l’autocontrôle

J’ai souri, mais tristement, car sa réponse et son évaluation de ses propres capacités sont des propos que j’entends souvent.  Il peut être difficile pour quiconque de fixer et atteindre des objectifs, mais une méthode facile de procéder est de créer une structure à l’aide des habitudes et des routines qui vous aident à atteindre des objectifs presque sur le pilote automatique.  Si vous êtes convaincu que vous n’avez pas la maîtrise de soi nécessaire pour créer des habitudes ou de s’en tenir à des routines, il devient beaucoup plus difficile à atteindre vos objectifs et réaliser vos rêves.

Vous croyez que vous ne possédez aucun autocontrôle

Récemment, j’ai compté deux participants dans mon programme de coaching de groupe, qui juraient n’avoir jamais réussi à atteindre leurs objectifs, car ils ne possédaient pas la maîtrise de soi. Ils se sentaient impuissants, résignés et complètement à la merci de leur TDAH chez l’adulte. Si vous ne possédez pas la maîtrise de soi, comment pouvez-vous prendre le contrôle votre vie? Sans la maîtrise de soi, vous devez être à la merci d’une force contrôlante extérieure. Dans ce cas, ils transmettaient leur pouvoir à leur TDAH.

Cependant, on retrouve des gens de différents niveaux de force physique et tout le monde possède des muscles. Certaines personnes sont dotées d’un physique plus imposant naturellement et donc plus fort à la base, mais quelle que soit votre taille, vous avez des muscles et un manque de force ne signifie pas que vous êtes destiné à demeurer toujours faible. Peu importe votre force quand vous débutez, vous pouvez développer, renforcer vos muscles et devenir plus fort. Avec un entraînement adéquat, vous pouvez devenir une personne extrêmement forte.

Il y a de bonnes nouvelles

Il y a de très bonnes nouvelles au sujet de la maîtrise de soi. La recherche démontre que l’on peut exercer et renforcer l’autocontrôle. Peu importe votre degré d’autocontrôle, il est possible de vous entraîner à obtenir un contrôle de soi plus efficace. Certaines personnes peuvent se demander pourquoi se donner la peine d’améliorer leur maîtrise de soi à travers l’entraînement et les exercices.  Votre niveau de maîtrise de soi affecte votre niveau de succès dans votre carrière, vos relations, vos finances et votre environnement (vous voulez vivre dans un domicile sans désordre?). S’entraîner formera vos muscles, mais ce n’est pas tout le monde qui démontre de l’intérêt à devenir un culturiste. Cependant, la croissance de votre force musculaire vous permettra de lever votre enfant dans vos bras, de charger vos bagages dans votre voiture pour partir à l’aventure ou de déplacer le canapé pour trouver la télécommande du téléviseur! Donc, si vous voulez prendre le contrôle de votre vie, vous devez parvenir à une maîtrise de soi équilibrée.

Et encore de meilleures nouvelles

Tout comme s’entraîner dans une salle de gym pour améliorer votre force, engendra des répercussions positives tout au long de votre vie,  développer la maîtrise de soi dans un aspect de votre vie, se répercutera sur les autres aspects. Si vous choisissez, par exemple, de vous abstenir de manger des sucreries pendant une période de temps, vous serez en mesure d’exercer un plus grand contrôle de soi dans d’autres aspects de votre vie aussi bien. Dans ses recherches sur l’effet de l’entraînement de l’autocontrôle sur l’ensemble de la performance d’autocontrôle, le psychologue Mark Muraven a découvert qu’après deux semaines de volonté de renforcement (en s’abstenant de manger des sucreries ou en effectuant une manipulation difficile), les participants ont également eu des résultats plus élevé lorsqu’on a mesuré leur capacité à compléter un exercice très difficile exigeant de la concentration et une réelle maîtrise d’autocontrôle. D’autres études démontrent que la poursuite d’un exercice routinier peut aider à améliorer vos finances, votre concentration, votre contrôle de l’humeur, la réduction du désordre, et plus.

Cherchez des opportunités au lieu des problèmes

Ainsi, plutôt que de se concentrer sur les aspects de votre vie où la maîtrise de soi est faible, cernez ceux où la maîtrise de soi est bonne. Nous avons tous des habitudes et des routines (et elles ne sont pas toutes mauvaises), tout comme nous avons tous des muscles. Prenez la responsabilité de tous les aspects de votre vie que vous pouvez. Pratiquer l’autocontrôle construira ces muscles et vous serez bientôt en mesure d’appliquer votre nouvelle force à d’autres aspects de votre vie, qui dans le passé, vous semblaient complètement hors contrôle. Vous pourriez être surpris lorsque les vagues se propagent.

Profitez des vagues!

Rappelez-vous ces deux participants du programme d’Optimisation de la productivité qui juraient l’impossibilité d’établir une routine? Bien, ils ont débuté à la base et avec leur travail au fil du programme, ils ont réussi à établir des routines dans leur vie. S’appuyant sur ce succès, ils ont été en mesure d’améliorer grandement leurs compétences en gestion du temps et obtenir un impact significatif sur leur performance au travail. Ils profitent des effets de vagues créées par la prise en charge de leur vie, et vous le pouvez aussi!

Qu’est-ce que vous pouvez faire :

  1. Travaillez votre muscle d’autocontrôle en relevant un défi qui vous oblige à faire quelque chose que vous préfériez ne pas faire. Par exemple, diminuer les sucreries, s’asseoir droit, prendre les escaliers, ou selon votre choix pourvu que vous quittiez votre zone de confort.
  2. Planifiez la façon dont vous allez traiter les moments où vous sentez que vous souhaitez céder, abandonner ou tout simplement ne pas vous donner la peine. Lorsque Duane a cessé de fumer, chaque fois qu’il ressentait le besoin d’une cigarette, il m’embrassait. J’ai toujours veillé à le commenter de pouvoir l’embrasser sans son haleine de cendrier.
  3. Offrez-vous une pause d’autocontrôle. Suite au défi, vous vous sentirez parfois affaibli, alors n’essayez pas d’en faire trop à la fois. Offrez-vous une chance de prendre de la vigueur.
  4. Alors maintenant, allez de l’avant et prenez le contrôle de votre vie!

Faites le GPS, recalculez votre trajectoire!

Faites le GPS, recalculez votre trajectoireCette semaine, lors de mon programme d’Optimisation de la productivité pour les adultes atteints du déficit de l’attention, une de mes participantes m’a confessé se sentir honteuse de ne pouvoir respecter ses engagements. C’est le schéma classique des personnes atteintes par ce trouble. Après tout, c’est une attitude logique si l’on considère qu’ils ont été punis, humiliés et rabaissés toutes leurs vies pour les erreurs qu’ils commettaient.

Je suggère une autre approche : Faire comme le GPS et recalculer sa trajectoire. Lorsque vous prenez un engagement et que vous ne parvenez pas à le respecter bien que vous ayez fait de votre mieux, il n’y a aucune honte à cela.

Au lieu de vous rabaisser, tirez-en des leçons.
Il vous faut peut-être mettre en place un nouveau système ou prendre le temps d’examiner ce qui s’est passé. Quoi qu’il en soit, vous n’avez rien à gagner en baissant les bras en signe de défaite, en vous prenant la tête et en vous blâmant.

Si vous aimez le principe du GPS, faites comme lui : recalculez votre trajectoire! Cela implique d’analyser ces « erreurs » ou ces « ratés » afin de mieux réajuster la façon dont vous faites les choses. De cette manière, vous n’aurez plus à avoir honte.

Soyons clair, cela ne signifie pas que vous n’aurez pas à respecter vos engagements ou à tenir vos promesses. Toutefois,  cette nouvelle approche vous permettra d’apprendre de vos erreurs et vous serez alors en mesure de vous demander : « Qu’ai-je appris de cette expérience? », « Comment puis-je réaliser ce travail la prochaine fois? », « Que dois-je faire avant d’entamer cette activité? », « Ai-je besoin d’aide? D’un nouveau système? ».

Puis, vous vous relancerez, tout simplement.

Médecine préventive contre le burn-out dû au TDAH

Il m’arrive parfois d’avoir l’impression de conduire une ambulance. En effet, la plupart du temps, il me semble que lorsque je rencontre mes clients pour la première fois, c’est parce qu’ils vivent une situation de crise. Avec les années, j’ai eu l’occasion de remarquer (et de récentes études scientifiques l’ont également confirmé) que le syndrome d’épuisement professionnel (burn-out) est six fois plus fréquent chez les adultes atteints du TDAH que chez les adultes  » normaux « . D’ailleurs, cela me semble très plausible, car plusieurs de mes clients entrent en contact avec moi parce qu’ils ont reçu un diagnostic d’épuisement professionnel par le passé, qu’ils sont présentement en arrêt de travail en raison d’un épuisement professionnel ou encore parce qu’ils ont l’impression d’être sur le point de sombrer dans l’épuisement professionnel. Bien que ce soit plutôt gratifiant de  » sauver des vies  » (sauver des mariages, sauver des carrières, préserver la santé mentale, selon la situation de crise!), il me semblait important de vous faire part de certains points de médecine préventive qui pourront faire toute une différence!

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous entendiez toujours le bruit des sirènes?
Si on pense au fait que la vie moderne que nous vivons est très peu adaptée aux personnes vivant avec le TDAH (interruptions constantes causées par les téléphones cellulaires, les messages textes, les courriels et les voisins de cubicules), je suis loin d’être surprise que la plupart des adultes atteints du TDAH aient de la difficulté à rester concentrés sur une seule chose afin de pouvoir la terminer et passer à la suivante. Dans la plupart des entreprises, une absence de pensée proactive fait en sorte que la plupart des gens doivent sans cesse jouer un rôle de  » pompier « , devant résoudre une situation d’urgence après l’autre et éteindre des feux qui auraient pu être évités.

À la fin de la journée, et ce, en dépit d’avoir travaillé avec acharnement pendant huit heures (huit heures? Ah!), votre liste de tâches à accomplir est encore plus longue qu’au début de votre journée de travail, et les tâches que vous aviez prévu accomplir, mais que vous n’avez pu effectuer en raison de constantes interruptions, se sont maintenant ajoutées à votre pile des situations de dernière minute, ce qui vous assurera que la situation se reproduira la semaine prochaine, le mois prochain, voire l’année prochaine! Que pouvez-vous faire pour accomplir ces tâches de dernière minute si ce n’est que d’apporter du travail à la maison ou de faire du temps supplémentaire?

Si cette situation s’est présentée auparavant, elle se reproduira probablement de nouveau
Si telle est votre réalité, vous vous sentez probablement surchargé et insatisfait de votre travail. Et si cette situation perdure pour une certain période de temps, cela ne fait aucun doute que vous vous dirigerez automatiquement vers l’épuisement professionnel! Plusieurs personnes baissent les bras et abandonnent, quittent leur emploi, se font congédier ou quittent pour un congé de maladie. Toutefois, tant que des stratégies préventives ne seront pas mises en place pour les aider, cette situation se répétera automatiquement lors de leur retour au travail!

Sept stratégies préventives pour éviter le syndrome d’épuisement professionnel
Les sept stratégies suivantes vous permettront d’améliorer votre niveau de satisfaction face à votre travail, de réduire les surcharges et le stress, de prévenir le syndrome d’épuisement professionnel et de reprendre le contrôle de votre vie :

  1. Prenez grand soin de vous : faites de l’exercice chaque jour, assurez-vous d’avoir de sept à huit heures de sommeil par nuit. Ainsi, vous aurez suffisamment d’heures de sommeil pour rester énergique et concentré toute la journée.
  2. Planifiez vos interruptions de façon stratégique : préservez vos périodes d’énergie maximale afin de profiter pleinement de vos meilleurs moments dans la journée.
  3. Planifiez les tâches appropriées aux moments appropriés afin de pouvoir optimiser votre temps et demeurer énergique.
  4. Prenez l’habitude de vérifier et de répondre aux courriels au cours des périodes plus creuses et moins productives.
  5. Développez des systèmes pour apprendre à gérer les activités répétitives et complexes qui sont susceptibles de mener à des situations de crise.
  6. Prenez des pauses énergisantes d’une durée de 20 à 30 minutes au moment où cela vous sera le plus bénéfique, lorsque vous êtes mentalement et physiquement épuisé. Persévérer malgré tout ne fera qu’empirer la situation.
  7. Planifiez des activités ou des rendez-vous afin de vous obliger à quitter le bureau à la fin de la journée.
  8. Ces stratégies sont simples, mais comme la plupart des choses simples, elles ne sont pas toujours évidentes à mettre en place. Commencer un programme d’exercice est toujours plus facile si vous avez la motivation nécessaire, et vous pouvez également utiliser certaines de ces techniques pour élaborer vos stratégies pour contrer l’épuisement professionnel : faites-le avec un collègue accompagnateur, participez à un programme ou embauchez un entraîneur privé. Toutefois, chacune de ces approches comporte des avantages et des inconvénients.

    Le système de collègue accompagnateur
    C’est plus amusant d’aller s’entraîner avec un ami, puisque vous serez plus susceptible de vous présenter au gym. Toutefois, vous savez bien que celui-ci ne vous poussera pas au maximum, et vous ne profiterez malheureusement pas pleinement de votre investissement.

    Un programme de coaching de groupe
    Un coaching de groupe agencé à de la formation est une façon très efficace de s’entraîner. Vous bénéficierez de tous les avantages du système de collègue accompagnateur, mais à plus grande échelle, puisque vous travaillerez en collaboration avec un petit groupe de personnes qui font face aux mêmes défis que vous. Vous y tisserez des liens d’amitié qui dureront, et ce, bien après que la formation soit terminée. Vous vous encouragerez mutuellement mais, en plus, vous bénéficierez également d’un professionnel qui vous guidera à chacune des étapes de votre cheminement, et qui vous poussera à aller juste un peu plus loin afin de pouvoir profiter pleinement de votre investissement.

    Travailler avec un coach privé
    Tout comme au gym, travailler avec un entraîneur ou un coach privé peut s’avérer dispendieux, mais extrêmement bénéfique. Vous planifiez les rendez-vous à votre convenance, vous travaillez fort et observez des résultats rapidement (ou vous y allez à votre rythme), vous obtenez l’aide dont vous avez réellement besoin, et les résultats peuvent être tout à fait époustouflants.

    Bien entendu, peu importe votre choix, les résultats dépendent entièrement de l’investissement (temps, efforts, argent) que vous êtes prêt à faire, mais si vous en avez assez d’être fatigué, si vous n’en pouvez plus de vivre au bord du gouffre et d’avoir l’impression de ne plus être en contrôle de votre vie, agissez maintenant! Un peu de prévention pourrait vous mener loin…

    Si vous entendez le bruit des sirènes et que l’épuisement professionnel est probable si vous continuez, le programme d’Optimisation de la productivité est un groupe de coaching et de formation très efficace.

La peur, le TDAH et l’Halloween

Plus j’accompagne les adultes atteints du TDAH, plus je me questionne sur l’utilité d’halloween et des films d’horreur. C’est amusant de se déguiser! En revanche, il est bizarre que nous traitions de la peur comme une chose nouvelle et excitante alors que nous la vivons tous les jours et qu’elle nous paralyse. Nous avons tous déjà peur d’une foule de choses. Tous! Même moi!

La peur a beaucoup de poids dans chaque décision que nous prenons. Nous avons peur de l’échec, d’être ridiculisé, de ne pas être pris au sérieux, de mal paraître, de ne pas être accepté et comme si cela ne suffisait pas, nous avons même peur du succès! Nous faisons tout en notre pouvoir pour éviter de faire face à nos peurs.

Vous n’avez pas besoin d’avoir un déficit d’attention pour avoir peur de l’échec. Par contre, je crois que les adultes atteints du TDAH ont un vécu d’échecs qui les rend plus susceptibles de les envahir, des expériences qui étaient loin d’être plaisantes. Le grand problème que vous rencontrez donc est que si vous éviter toutes nouvelles situations et toutes situations où l’échec est possible, vous jouez petit, très petit!

Donc la question se pose : si je veux vivre mon plein potentiel et être «inarrêtable», comment puis-je gérer mes peurs? Voici une des stratégies que j’aborde dans le module Surmontez la procrastination du programme d’Optimisation de la productivité.

Soyez conscient et reconnaissez votre peur

La première étape une fois qu’on est conscient de notre peur est de la reconnaître, au lieu de résister. Ce qu’on résiste persiste. Aussi, vous ne pouvez changer ce que vous ne reconnaissez pas.

Examinez vos peurs

La deuxième étape est d’examiner la validité de votre peur. Quelles sont les chances pour que le pire se produise? Quels sont les résultats possibles si vous essayez quelque chose de nouveau? La réponse est : le succès, l’échec et plus probablement, quelque chose entre les deux. Une autre question à se poser : Est-ce que quelque chose qui est moins que le succès est un échec? Pouvez-vous minimiser les risques?

Pouvez-vous surmonter l’échec?

La troisième étape est de considérer si vous seriez en mesure de vous remettre de l’échec. Si vous tombez du dixième étage d’un édifice, vos chances de vous en tirer sans trop de blessures sont minces. Il est donc justifié d’avoir peur de vous tenir sur le bord de la corniche. Après tout la peur est un mécanisme pour assurer votre propre préservation. Malheureusement elle est soit « allumée » ou « éteinte ». Autrement dit, là où le danger est minime, lorsque vous avez peur vous réagirez de la même façon que si le danger est imminent.

Par contre, si « échouer » à une nouvelle activité équivaut à ne pas bien paraître ou à vous faire ridiculiser, vous serez en mesure de vous en tirer sain et sauve. J’ai confiance en votre capacité de vous en tirer. Personne n’est déjà mort de l’embarras, quoique nous l’ayons probablement déjà souhaité.

Ressentez la peur et faites-le!

Finalement, une fois que vous réaliserez que vous pouvez surmonter l’échec et de vous en tirer sans trop de mal, apportez votre peur avec vous mais laissez-la dans le siège du passager. Reconnaissez son existence mais choisissez de ne pas lui permettre de vous mener. En d’autres mots, ressentez la peur et faites comme si elle n’y était pas.

Ah oui… Beuh! Bonne fête de l’Halloween!

Si la peur vous arrête d’atteindre votre plein potentiel et de vos rêves, Inscrivez-vous au programme d’Optimisation de la productivité et réduisez les risques d’échec.

Le TDAH adulte à Radio-Canada

Comme je l’ai mentionné dans mon dernier article, il y a eu un reportage sur le déficit d’attention chez l’adulte à Radio-Canada.

Madame Marie-France Abastado a créé un superbe reportage qui s’éloigne du sensationalisme et démontre un réel engagement à offrir l’information nécessaire à progresser vers la solution. Je suis fière d’avoir fait partie de ce projet.

Si vous l’avez manqué, vous pourrez l’écouter en naviguant à Radio-Canada en ligne

Voici aussi une partie de l’entrevue que j’ai eu avec Madame Abastado