Faites le GPS, recalculez votre trajectoire!

Faites le GPS, recalculez votre trajectoireCette semaine, lors de mon programme d’Optimisation de la productivité pour les adultes atteints du déficit de l’attention, une de mes participantes m’a confessé se sentir honteuse de ne pouvoir respecter ses engagements. C’est le schéma classique des personnes atteintes par ce trouble. Après tout, c’est une attitude logique si l’on considère qu’ils ont été punis, humiliés et rabaissés toutes leurs vies pour les erreurs qu’ils commettaient.

Je suggère une autre approche : Faire comme le GPS et recalculer sa trajectoire. Lorsque vous prenez un engagement et que vous ne parvenez pas à le respecter bien que vous ayez fait de votre mieux, il n’y a aucune honte à cela.

Au lieu de vous rabaisser, tirez-en des leçons.
Il vous faut peut-être mettre en place un nouveau système ou prendre le temps d’examiner ce qui s’est passé. Quoi qu’il en soit, vous n’avez rien à gagner en baissant les bras en signe de défaite, en vous prenant la tête et en vous blâmant.

Si vous aimez le principe du GPS, faites comme lui : recalculez votre trajectoire! Cela implique d’analyser ces « erreurs » ou ces « ratés » afin de mieux réajuster la façon dont vous faites les choses. De cette manière, vous n’aurez plus à avoir honte.

Soyons clair, cela ne signifie pas que vous n’aurez pas à respecter vos engagements ou à tenir vos promesses. Toutefois,  cette nouvelle approche vous permettra d’apprendre de vos erreurs et vous serez alors en mesure de vous demander : « Qu’ai-je appris de cette expérience? », « Comment puis-je réaliser ce travail la prochaine fois? », « Que dois-je faire avant d’entamer cette activité? », « Ai-je besoin d’aide? D’un nouveau système? ».

Puis, vous vous relancerez, tout simplement.

Chantez à cœur ouvert!

Peu d’entre nous n’avons pas entendu parler de la nouvelle « idole ». Si vous êtes comme moi et avez tendance à encourager les  » perdants « , je suis certaine que vous vous êtes senti justifié de le faire lorsque la très humble et très ordinaire Susan Boyle s’est mise à chanter lors du spectacle  » Britain Has Talent « .

Avez-vous déjà été victime d’intimidation par les  » populaires  » à l’école? Quelqu’un vous a-t-il déjà dit que vous n’étiez pas assez… dans l’vent, jolie (ou beau), riche? Si pour répondre aux gens qui vous ont découragé en vous disant que vous n’étiez pas assez talentueux vous avez laissé tomber vos rêves, vous vous êtes probablement senti un peu anxieux comme moi, lorsque Susan Boyle a pris sa place sur la scène et que les spectateurs bouffaient de rire.

Lorsque vous visionnez la vidéo, vous avez probablement remarqué qu’elle était consciente qu’on se moquait de sa gueule, et vous vous êtes probablement demandé si elle risquerait davantage la dérision. Et puis, heureusement, elle ouvre sa bouche, son cœur et elle se met à chanter. Et comme elle chante! Malgré le cynisme de la foule, sans se soucier de son âge, ne se laissant pas se décourager par ceux qui semblent croire qu’elle n’est pas assez sophistiquée, Susan a ressenti la peur mais l’a affronté et a manifesté du sang froid.

Nous aimerions tous avoir le courage que Susan a eu, mais même ceux qui font preuve de confiance en soi auraient probablement douté de leur habilité devant cette dérision. Mais Susan désirait plus que n’importe quoi avoir une chance de se prouver et a refusé qu’on lui vole son rêve.

Comme une scène de la Vangeance des nerds, Susan a secoué la foule! Plusieurs personnes, incluant de grands hommes robustes m’ont admis que lorsqu’ils l’ont entendu chanter, ils avaient les larmes aux yeux. Susan a gagné le cœur de ses spectateurs et a prouvé qu’elle avait plus que le talent nécessaire pour être un candidat sérieux à ce concours.

La vie vous a-t-elle volé votre rêve? Avez-vous une chanson dans votre cœur qui a besoin d’être libérée, ou un projet qui vous semble difficile à atteindre? Quelqu’un vous a-t-il découragé en vous convainquant que vous n’êtes pas assez bon, assez intelligent, ou assez riche? Ou pire encore, les croyez-vous? Avez-vous abandonné la bataille, pour ne jamais vivre votre plein potentiel à cause de votre âge, de votre apparence ou de votre déficit d’attention?

Je vous lance le défi d’ignorer ces cyniques et d’oser rêver. Ouvrez votre bouche, prenez une bonne respiration et chantez à cœur ouvert. Jusqu’à ce que vous preniez ce risque, vous ne saurez jamais quelle richesse est enfouie en vous.

Chaque voyage doit débuter par une chose : acquérir le SAVOIR par étapes

learning, baby steps, adhd adults, beat procrastinationVous avez plusieurs rêves et plusieurs ambitions, mais à moins que vous n’accomplissiez cette première étape, vous serez probablement incapable d’atteindre votre objectif.

Pour les adultes atteints du TDAH, se faire répéter sans cesse  » qu’ils n’ont pas agi adéquatement  » leur apporte une bonne dose de stress, puisqu’ils veulent agir comme il se doit. N’allez pas vous demander pourquoi vous avez l’impression que vous devez être un expert de la chose avant même de vous mettre à la tâche. Il n’y a pas de place pour l’erreur ou pour les situations embarrassantes qui peuvent suivre (comme vous l’avez probablement déjà vécu auparavant). Cette tendance vous amène à un état de  » paralyse de l’analyse  » ou du perfectionnisme. Vous comprenez maintenant pourquoi les gens ont tendance à baisser les bras avant même d’avoir commencé ?

Faites un premier pas avant de tout connaître sur l’objectif que vous essayez d’atteindre. Si, au lieu d’attendre de devenir un expert, vous preniez votre premier pas de bébé, vous vous apercevriez que chaque action que vous prenez vous permettrait d’en apprendre davantage, et ce, même si vous ne réussissiez pas l’étape. Si votre objectif est de perdre du poids, il n’est pas nécessaire de planifier votre menu, et ce, un mois à l’avance, ou de vous joindre à un centre de santé. Vous n’auriez besoin que d’identifier un seul pas que vous pourriez prendre qui vous mènera dans la bonne direction.

Vous pourriez commencer au lieu de prendre l’escalier au lieu de prendre l’élévateur ou de descendre un arrêt plus tôt et de marcher au travail. Vous pourriez sélectionner une version  » minceur  » d’un aliment qui fait partie intégrale de votre menu de tous les jours, comme la margarine ou votre vinaigrette. Tout ce qu’il faut, c’est de commencer par la première étape. Une fois que vous êtes à l’aise avec ce changement, passez à l’étape suivante, puis à l’autre, tout en gardant en tête l’étape à venir. Vous pourriez commencer à boire plus d’eau pour  » faire le plein  » entre les repas. Les pas de bébé sont plus confortables à prendre et vous permettent de vous ajuster à mesure. Si vous n’aimez la nouvelle margarine choisie, essayez-en une autre jusqu’à ce que vous en trouviez une que vous aimez.

Imaginez un instant que, si lorsque vous étiez bébé, vous n’aviez commencé à marcher que lorsque vous aviez su tout ce qu’il y avait à savoir sur le fait de marcher. Vous auriez suivi des cours qui vous auraient appris ce qu’est l’action de marcher, vous auriez lu des livres sur la marche, vous auriez regardé des gens marcher, et ce, jusqu’à ce que vous auriez été convaincu de pouvoir marcher sans tomber. S’il s’agissait d’une méthode efficace, vous auriez épargné beaucoup de genoux écorchés, mais vous n’auriez pu construire votre masse musculaire ni trouver l’équilibre dont vous auriez eu besoin pour marcher.

Peu importe votre objectif, vous devez y aller une étape à la fois, et ce, même si vous n’avancez qu’à petits pas. Vous apprenez davantage si vous faites des essais, si vous tombez, puis vous relevez, et ce, jusqu’à ce que vous ayez atteint la perfection.

En fait, si vous attendez après la perfection, vous ne commencerez jamais! Acquérir le SAVOIR par étapes implique que vous agissiez aussitôt que vous avez suffisamment de connaissances pour amorcer la première étape qui vous mènera dans la bonne direction. Oui, vous ferez quelques erreurs, mais elles ne seront que minimes et, en tant que visualisateur que vous êtes, vous saurez que vous êtes dans la bonne direction.

Je vous lance donc le défi de repositionner ces erreurs comme des expériences d’apprentissage. À chaque fois que vous croyez avoir échoué demandez-vous :  » qu’ai-je appris de cette expérience ?  » et  » comment puis-je utiliser ce que j’ai appris de cette expérience lorsque j’entreprendrez des étapes futures ?  » Recadrez vos croyances vis-à-vis ces erreurs et considérez chacune comme une expérience qui vous mène de plus en plus près de votre objectif. Et n’oubliez pas le proverbe japonais qui dit que  » le voyage de 1000 miles commence par un premier pas « .

Qui veut relever ce défi ? Quel est votre objectif ? Quel premier pas de bébé prendrez-vous pour l’atteindre ?

Retrouver la paix, malgré le TDAH

Dans cette période de l’histoire où la technologie fait du multitraitement une norme, et où plusieurs personnes sont accablées par la multitude de choses qui leur viennent de toutes les directions, comment un adulte atteint du déficit d’attention peut-il retrouver la paix et le confort qui sont possibles seulement lorsqu’on a la capacité de se concentrer sur une chose à la fois?

Non pas comme les  » neurotypiques « , les adultes atteints du TDAH ont du mal à conserver le calme dans leur cerveau qui a tendance à sauter d’une idée à l’autre. Quoique le monde externe leur livre une foule de distractions sur le champ comme les appels téléphoniques et les courriels, c’est la source interne d’énergie de l’adulte atteint du TDAH qui multiplie la cacophonie de distractions et qui semble le plus difficile à surmonter.

Qu’est-ce que ça veut dire? Les adultes atteints du TDAH ont souvent du mal à canaliser leurs énergies, et donc même la tâche la plus simple peut être une source de défi insurmontable. Comment peut-on calmer ce tourbillon et retrouver la paix? Quoique découvrir ses passions soit un bon conseil pour tous, pour l’adulte atteint du TDAH c’est primordial.

Si vous êtes un adulte atteint du TDAH, développer des stratégies pour apaiser les idées est utile pour vous permettre de vous détendre et de relaxer, mais pour mieux vous concentrer, il est plus utile d’aller dans l’autre direction. Qu’est-ce qui vous stimule positivement? Qu’est-ce qui vous emballe et vous fait converser plus rapidement lorsque vous en parlez aux autres? Pensez à ce sentiment d’excitation que vous ressentez lorsque vous parlez de quelque chose qui vous allume.

Les athlètes appellent ce sentiment  » être dans sa zone « .  On parle aussi d’être  » dans sa bulle  » où on est si emballé par ses passions qu’on s’oublie tout simplement. Pour les adultes atteints du TDAH, retrouver cette zone ne se produit que lorsqu’ils déterminent la source de ce qui les allume. Cette source c’est votre réservoir à essence, l’endroit où vous retrouvez une stimulation optimale qui vous permet d’atteindre la concentration que vous avez besoin pour avancer.

Combinez cette essence avec une vision claire de ce que vous désirez atteindre et vous pourriez même être en mesure de baisser le volume sur le reste de votre vie. Désirez-vous une maison en campagne, un emploi qui vous permet de visiter des endroits exotiques? Peignez une image mentale de ce que vous désirez et plongez! Bien sûr, il y aura d’autres étapes à franchir; vous aurez besoin d’aide et de vous entourer de personnes qui vous supportent, mais c’est un bon début.

Toute personne qui a connu du succès vous dira qu’identifier ses passions c’est beaucoup comme tomber en amour. Pour un adulte atteint du TDAH, ce roman d’amour est encore plus doux: il n’y a rien de mieux que d’éteindre le  » volume  » interne et d’atteindre le succès à sa façon.

Aller avec son TDAH, et non contre

Vous croyez peut-être que le TDAH crée un désavantage pour vous dans le monde des affaires. Par contre, certaines stratégies peuvent vous permettre de prendre avantage des symptômes du TDAH. Ce faisant, vous trouverez peut-être que vous pourriez devenir aussi (sinon un peu plus) productif que vos collègues qui ne sont pas atteints du TDAH.

Vous, comme les  » neuro-typiques  » (personnes sans déficit d’attention) avez des cycles d’énergie à travers toute votre journée. Ceci veut dire que vos niveaux d’énergie seront bas et vous vous sentirez épuisé et  lent. La différence entre vous et les  » neuro-typiques  » est que ces derniers réussiront tout de même à se trainer durant ces périodes de basse énergie mais maintiendront une niveau de productivité adéquate, alors qu’il vous sera impossible d’être créatif, efficace ou productif durant ces périodes, et vous aurez des difficultés à compléter même les tâches les moins difficiles. À d’autres périodes vous serez plein d’énergie et vous sentirez capable d’accomplir n’importe quoi! En fait, durant ces périodes vous pourriez même atteindre un état d’  » hyperfocus  » et aurez de la difficulté à vous  » déconcentrer « .

La bonne nouvelle est que, contrairement à ce que l’on croit, vous n’avez pas besoin de lutter contre ces cycles. Malgré le fait que votre cerveau fonctionne différemment de ceux des autres, vous pouvez utiliser ces différences à votre avantage. C’est simplement une question de travailler intelligemment et non difficilement. Puisque durant vos périodes de productivité élevées vous atteignez des sommets plus élevés que la norme, vous pouvez utiliser cette énergie pour accomplir beaucoup plus que la majorité des gens. D’un autre côté, il y a des stratégies qui sont conçues pour les adultes atteints du TDAH qui vous permettent de maintenir votre niveau de productivité même lors de vos périodes d’énergies plus basses. Ce qu’il faut c’est de choisir la bonne tâche ou de modifier les tâches pour vous permettre de les accomplir même lors de vos périodes basses.

La majorité des gens tentent d’augmenter le nombre de choses qu’ils font (et plus d’heures de travail) dans leur journée afin d’améliorer leur productivité. Mais puisqu’il n’y a que 24 heures dans une journée, à un certain point, c’est simplement impossible d’en ajouter plus, et vous  êtes perdant. En apprenant à reconnaître vos cycles d’énergie et en les exploitant, vous arriverez à en faire plus dans votre journée, tout en utilisant de moins en moins d’énergie. Accomplissez les tâches qui demandent le plus d’énergie lorsque vous avez le plus d’énergie. Utilisez vos périodes d’énergie basse pour accomplir les tâches qui sont les plus simples ou routinières, demandant les moins d’énergie.

C’est réellement aussi simple que ça. Ne luttez pas contre les tendances de votre cerveau. Écoutez votre corps et apprenez à reconnaître vos cycles d’énergie. Bientôt, vous pourrez utiliser votre temps de façon plus productive sans vous battre pour accomplir ces tâches.