Faites le GPS, recalculez votre trajectoire!

Faites le GPS, recalculez votre trajectoireCette semaine, lors de mon programme d’Optimisation de la productivité pour les adultes atteints du déficit de l’attention, une de mes participantes m’a confessé se sentir honteuse de ne pouvoir respecter ses engagements. C’est le schéma classique des personnes atteintes par ce trouble. Après tout, c’est une attitude logique si l’on considère qu’ils ont été punis, humiliés et rabaissés toutes leurs vies pour les erreurs qu’ils commettaient.

Je suggère une autre approche : Faire comme le GPS et recalculer sa trajectoire. Lorsque vous prenez un engagement et que vous ne parvenez pas à le respecter bien que vous ayez fait de votre mieux, il n’y a aucune honte à cela.

Au lieu de vous rabaisser, tirez-en des leçons.
Il vous faut peut-être mettre en place un nouveau système ou prendre le temps d’examiner ce qui s’est passé. Quoi qu’il en soit, vous n’avez rien à gagner en baissant les bras en signe de défaite, en vous prenant la tête et en vous blâmant.

Si vous aimez le principe du GPS, faites comme lui : recalculez votre trajectoire! Cela implique d’analyser ces « erreurs » ou ces « ratés » afin de mieux réajuster la façon dont vous faites les choses. De cette manière, vous n’aurez plus à avoir honte.

Soyons clair, cela ne signifie pas que vous n’aurez pas à respecter vos engagements ou à tenir vos promesses. Toutefois,  cette nouvelle approche vous permettra d’apprendre de vos erreurs et vous serez alors en mesure de vous demander : « Qu’ai-je appris de cette expérience? », « Comment puis-je réaliser ce travail la prochaine fois? », « Que dois-je faire avant d’entamer cette activité? », « Ai-je besoin d’aide? D’un nouveau système? ».

Puis, vous vous relancerez, tout simplement.

Moins de 10% des adultes TDAH sont traités

English version

Dr. Annick Vincent, psychiatre et somitée dans le TDAH (Trouble déficitaire de l’attention) chez l’adulte a présenté sur le  portrait du déficit d’attention de l’enfant à l’âge adulte lors du congrès de l’AQETA. J’ai assisté à ses 2 conférences qui ont eu lieu le 4 avril, une destinée aux professionnels de la santé et l’autre au grand publique.

Une statistique intéressante qui est ressortie est qu’on pense que près de 3 à 4% des adultes en sont atteints (certains experts sur le sujet mentionnent que ce nombre pourrait monter jusqu’à 10%). Ce qui est surprenant, c’est que moins de 10% des adultes atteints sont diagnostiqués et traités! Donc 90% des adultes atteints du TDAH ne sont ni diagnostiqués ni traités.

Les adultes TDAH souffrent de difficultés à l’emploi, dans leurs relations interpersonnelles, dans leur organisation à la maison, et leurs finances. Ils sont porté vers la dépression, l’anxiété, le tabagisme, la toxicomanie,  les accidents routiers et la faillite, etc. Sans connaître pourquoi ils ont tant de difficulté, ils ont tendance à croire qu’ils en sont pour beaucoup et malgré leur plus gros effort, n’arrivent pas à surmonter ces difficultés. Le traitement avec médicament aide 70% des adultes qui les prennent; par contre, ces adultes doivent aussi s’informer sur le déficit d’attention et créer, souvent à l’aide d’un coach, des stratégies qui leur permettra d’améliorer leur vie. Parfois, la psychothérapie est nécessaire. Dr. Vincent mentionnait aussi que c’est un des troubles les plus faciles à traiter.

Pour quelle raison y a-t-il si peu d’adultes qui sont traités? Qu’en pensez-vous? Que pourrait-on faire pour améliorer cette tendance?