Libérez votre génie créatif!

La seule et unique chose importante qu’un génie créatif puisse faire pour obtenir de meilleurs résultats

Plusieurs d’entre vous ne le savent pas, mais je souffre de douleur chronique en raison d’une blessure que j’ai eue lors d’un accident de voiture survenu il y a déjà 20 ans. Depuis cet accident, je vis avec de la douleur au quotidien. Je réussis à vivre avec cette douleur grâce à un mode de vie sain : je fais de l’exercice et je dors suffisamment. Toutefois, il arrive parfois que la douleur atteigne un niveau intolérable. Ces périodes de douleur peuvent durer de deux à quatre semaines. Une croissance osseuse s’enfonçant dans les nerfs situés de chaque côté de ma colonne vertébrale me cause une douleur importante. Cette douleur affecte mon dos ainsi qu’un bras, parfois les deux. À ce jour, il n’y a aucun remède pour soulager cette douleur.

Vous souhaitez changer les résultats? Changez votre façon de penser!

Pourquoi est-ce que je vous dis cela? Je ne suis aucunement à la recherche de sympathie. Plusieurs génies créatifs ont de la difficulté à évoluer dans un monde neurotypique, puisqu’ils sont sans cesse confrontés à une succession d’échecs. C’est du moins le cas, jusqu’à ce qu’ils découvrent comment libérer leur plein potentiel. La vie est solitaire et douloureuse, voilà la douleur chronique qu’elle nous fait vivre. Si vous êtes un génie créatif pour qui la « douleur chronique » consiste à ne pas pouvoir rentrer dans le moule, vous pouvez être assuré que ma découverte vous permettra d’améliorer votre vie.

Cette illumination m’est apparue alors que j’étais en plein lancement de mon programme le plus important. Pour être une réussite, les lancements de programmes demandent énormément d’efforts, d’énergie et d’argent. Toutefois, dans le cadre du lancement de ce programme, beaucoup de choses se sont passées.

Le moment n’aurait pu être plus mal choisi. Ou… ? Je perçois maintenant ce qui s’est produit comme un présage.

Tout dépend de votre façon de penser

Tout comme plusieurs génies créatifs, j’ai tendance à avoir des pensées négatives et à broyer du noir. À l’occasion, j’ai un horrible Gremlin qui me chuchote à l’oreille que je ne mérite pas de connaître la réussite. Cette voix me dit que des catastrophes se produisent chaque fois que je prends des risques.

Mais est-ce qu’il s’agit vraiment de « catastrophes »? Ou bien est-ce simplement la vie qui suit son cours? Personne ne bombarde mon voisinage, et il n’y a pas de tornade sur le point de détruire ma maison. Voilà de véritables catastrophes. Prenons donc le temps de dédramatiser le problème.

Lorsque je sors de ma zone de confort, j’ai souvent l’impression que je ne me « qualifie pas » pour le « Club des personnes prospères ». Est-ce vrai? Est-ce que je ne « vaux pas  assez » pour connaître la réussite?

Montrez la porte à votre Gremlin

Tout le monde a le potentiel de faire de grandes choses.

Voilà ce qui m’a amenée à travailler avec les génies créatifs. Mon génie créatif de mari a bel et bien transformé sa vie, mais il a également transformé notre famille. Cette transformation a également eu un impact sur ses amis, sur ses collègues ainsi que sur des milliers de génies créatifs, et ce, tout en apprenant à réussir en tant que génie créatif. C’est alors que j’ai souhaité libérer ce plein potentiel chez tous les génies créatifs.

Nous avons tous le potentiel de faire de grandes choses. C’est vrai pour moi, tout comme ce l’est pour vous. « Être » est tout ce qu’il vous faut pour vous qualifier pour le « Club des personnes prospères ». Tout ce qu’il vous faut faire, c’est changer votre façon de penser afin d’avoir la force et le courage de dire « Tais-toi Gremlin! »

Alors que cela se produisait, j’étais en train de lire Tu vas tout déchirer : réveillez la badass qui sommeille en vous et transformez votre vie de Jen Sincero. Un excellent livre conçu pour tous, surtout pour les génies créatifs. Vous y trouverez des paroles inspirantes et empreintes de sagesse pour vous aider à surmonter les difficultés que vous rencontrez lorsque vous sortez de votre zone de confort.

Voir la perfection dans tout

L’auteure conseille d’affronter chaque défi en se disant : « C’est une bonne chose, parce que… »

Un mercredi matin, j’ai appelé mon conjoint Duane alors qu’il était au travail. Je pleurais de douleur : rien ne pouvait soulager ma douleur; je me sentais vulnérable et sans ressources. Duane a laissé tomber tout ce qu’il faisait et est rentré à la maison immédiatement. Il a passé la semaine et demie suivante à mes côtés. Nous nous disons souvent « Je t’aime », mais rien ne le prouve autant que le soutien qu’il m’a apporté à ce moment. J’en ai les yeux pleins d’eau alors que je vous écris ces lignes.

Je n’avais d’autre choix que de dépendre des autres pour tout. Des personnes comptaient sur mon programme, mais j’étais incapable de livrer la marchandise… du moins, pas par moi-même. Duane et mon adjointe, Kelly, ont travaillé de pair pour me soutenir et s’occuper du lancement. Grâce à mon système de soutien en place et à des médicaments contre la douleur, j’ai été en mesure de produire la dernière vidéo.

C’était terrible. J’avais l’air aussi mal en point que je l’étais. J’étais incapable de penser et je n’avais pas mon énergie habituelle. Je détestais cette situation, mais je savais que je faisais de mon mieux. Alors que je visionnais la vidéo, la perfectionniste en moi avait de la difficulté à lâcher prise.

C’est une bonne chose, parce que…

En dépit de cette piètre vidéo, j’ai obtenu deux fois plus d’inscriptions que mon record précédent! L’énoncé « C’est une bonne chose, parce que… » représentait tout un défi. Toutefois, trouver une solution, peu importe le défi rencontré, a transformé ma façon de penser. C’est d’ailleurs ce qui m’a permis d’avancer plutôt que d’abandonner.

Lorsque j’y repense, je me répète cette phrase, et j’aime les réponses que j’obtiens! C’est une bonne chose, parce que…

  • Je comprends (enfin!) que je n’ai pas à tout faire par moi-même. Je peux demander de l’aider aux autres.
  • J’ai découvert que je suis une dure à cuire! Je peux persévérer dans l’adversité, et ce, tant que j’ai la bonne façon de penser.

Comment mettre cela en application?

  1. Vivez pleinement. Vous avez beaucoup à apporter au monde dans lequel nous vivons. Le monde tourne mieux lorsque nous sommes heureux dans nos vies, lorsque nous faisons ce que nous aimons et lorsque nous sommes honnêtes envers nous… Voilà ce qui vous fera briller.
  2. Atteindre votre plein potentiel nécessitera que vous sortiez de votre zone de confort. Ce sera effrayant… terrifiant même! Mais si vous êtes prêt à surmonter les obstacles, vous découvrirez une version améliorée de votre personne.
  3. Lorsque vous vous retrouvez dans l’adversité, prenez le temps de compléter la phrase : « C’est une bonne chose, parce que… »
5 commentaires
  1. Comme ce courriel arrive à point!!!! Vos propos viennent renforcer les réflexions que j’ai eues cette semaine, hier en fait! à la suite d’un  »échec »…. après d’abord avoir pleuré un bon coup! Un grand besoin de lâcher prise et de m’accueillir dans ma particularité a peu à peu pris la place du découragement.Un besoin de me prendre au sérieux dans mon besoin d’être moi.Merci

    • Bonjour Marielle,

      Merci de m’avoir partagé ta panne. Un échec est une événement, et non une personne. C’est un événement qui nous permet d’apprendre si on sait en tirer les leçons une fois qu’on se soit rétablie des émotions.

      Bon courage!

  2. Malheureusement pour un supposé TDAH, il n’est jamais évident d’apprendre de ses erreurs!

    • Merci pour ton message, Salah. Effectivement il est difficile de le faire mais non impossible. Les personnes atteintes du TDAH ont du mal à prêter attention à ce qu’ils font, donc sans conscience de soi, il est difficile d’apporter des changements.

      C’est pourquoi je conseille à mes clients de prendre un moment de réflexion chaque jour. Lors de ce moment de réflexion, Il est important de prendre note des succès qu’on a atteints durant la journée, ce qu’on désire améliorer et comment, créer un plan pour y arriver.

  3. Merci Linda pour ton témoignage à propos de ta douleur chronique. Je me retrouve tellement bien dans le parallèle que tu fais avec la « douleur chronique » des génies créatifs! Je trouve cette analogie vraiment géniale!

    Ce regard différent sur mes difficultés quotidiennes va m’être utile, sans aucun doute. Ça m’ouvre déjà des horizons nouveaux à explorer.

    Je retiens donc cette phrase et la met en application dès aujourd’hui: C’est une bonne chose parce que…

    Merci Linda de nous offrir cet espace/commentaires…

Laisser un commentaire