Libérez votre génie créatif!

Article(s) archivé(s) de la catégorie TDAH et entrepreneuriat

Vidéoconférence en ligne, S’épanouir au travail en optimisant sa productivité

S’épanouir au travail en optimisant sa productivité

Vidéoconférence gratuite offerte, par Linda Walker, coach de génies créatifs

samedi 24 février 2018 à 13 h (heure de l’Est de l’Amérique) ou 19 h (heure de l’Europe centrale)

par vidéodiffusion en ligne*


Prénom:

Courriel:





Atelier Canaliser son énergie accessible pour un temps limité

Mon nouvel atelier gratuit, Canaliser son énergie

Accessible jusqu’au 25 février 2018

par vidéodiffusion en ligne

Comment éviter de se sentir éparpillé

Si vous avez déjà eu la chance d’observer un colibri (aussi appelé oiseau-mouche), vous avez sans doute remarqué qu’il vole de fleur en fleur à toute vitesse.  En fait, maintenant que j’y pense, je crois que je n’ai jamais vu un colibri se poser sur quoi que ce soit. Les colibris semblent être en vol continuellement. Plusieurs génies créatifs, surtout ceux qui sont atteints du TDAH, sont comme des colibris : ils passent constamment d’une tâche à une autre. Ils me disent souvent : « J’excelle dans le multitâche ». Ils croient qu’ils réussissent à accomplir des choses, car ils ont l’impression d’être « occupés », mais sont-ils réellement productifs?

Lorsque vous passez d’une tâche à une autre, vous perdez une certaine productivité en raison du temps et de l’énergie investis dans la transition, nécessitant que vous « fermiez de dossier dans votre cerveau » puis que vous plongiez à fond dans votre nouvelle tâche. Si vous répétez ce processus de transition à plusieurs reprises dans une journée, vous perdez beaucoup de temps et d’énergie, surtout lors vos périodes de rendement maximal, où votre niveau d’énergie mentale est à son meilleur. Vous pouvez perdre jusqu’à 20 ou 30 minutes de productivité par heure en passant simplement d’une tâche à une autre.

À la fin d’une journée de huit heures de travail, vous avez perdu beaucoup de temps de productivité et vous laissez plusieurs tâches inachevées dans votre tourbillon étourdissant. Par conséquent, vous ne pouvez ressentir le plaisir d’avoir réellement accompli quelque chose au cours de votre journée. Je ne veux toutefois pas dire que l’effet colibri du TDAH et de l’esprit de génie créatif n’a pas sa place. En fait, au cours des périodes où votre niveau d’énergie mentale est bas, mais que votre niveau d’énergie physique est relativement élevé, il peut être bénéfique de passer d’une tâche à l’autre. Malheureusement, la plupart des génies créatifs ne remarquent même pas leurs niveaux d’énergie mentale, et s’ils ne les remarquent pas, ils sont incapables d’optimiser ces niveaux d’énergie. Cela les mène ainsi à une faible productivité et à une sensation de fatigue.

C’est d’ailleurs une des raisons pourquoi je travaille en priorité cet aspect avec mes clients. Cette approche est si bénéfique que j’ai même développé le programme Canaliser son énergie pour atteindre son plein potentiel, un programme de coaching de groupe que j’offrirai de temps à autres sur la façon d’utiliser votre énergie afin d’obtenir des résultats optimaux.
Vous souhaitez éviter les aspects négatifs de l’effet colibri de votre cerveau de génie créatif (et ainsi doubler votre productivité)?

  • Prenez bien soin de votre cerveau en adoptant un mode de vie sain et adapté à votre cerveau de génie créatif (je sais que je peux vous faire penser à votre mère en disant cela, mais vous avez besoin d’un nombre suffisant d’heures de sommeil, de faire de l’exercice et de manger de bons aliments).
  • Soyez attentif et identifiez vos périodes d’énergie mentale et d’énergie physique (oui, vous pouvez vous concentrer plus de 15 à 20 minutes à la fois).
  • Créez un « schéma » de vos niveaux d’énergie et faites-les correspondre à vos activités afin de profiter pleinement de vos niveaux d’énergie mentale et physique.
  • Déterminez quelle est la meilleure approche pour optimiser votre investissement d’énergie ainsi que vos moments de concentration.
  • Suivez les « instructions » que vous avez créées pour maximiser votre cerveau (c’est comme améliorer une voiture de course déjà à son maximum) et observer votre productivité prendre son envol!

Si vous désirez en savoir plus sur cette approche et mon programme Canaliser son énergie pour atteindre son plein potentiel, vous serez heureux de savoir que j’ai développé l’atelier Canaliser son énergie, un atelier gratuit que je déploierai pour un temps limité dans quelques semaines qui vous donnera des outils pour apprendre pour être plus productif sans vous exténuer.
Restez à l’écoute car l’atelier ne sera offert que pour un temps limité. Encore mieux, inscrivez-vous pour être informé de la date du début de l’atelier.

La seule et unique chose importante qu’un génie créatif puisse faire pour obtenir de meilleurs résultats

Plusieurs d’entre vous ne le savent pas, mais je souffre de douleur chronique en raison d’une blessure que j’ai eue lors d’un accident de voiture survenu il y a déjà 20 ans. Depuis cet accident, je vis avec de la douleur au quotidien. Je réussis à vivre avec cette douleur grâce à un mode de vie sain : je fais de l’exercice et je dors suffisamment. Toutefois, il arrive parfois que la douleur atteigne un niveau intolérable. Ces périodes de douleur peuvent durer de deux à quatre semaines. Une croissance osseuse s’enfonçant dans les nerfs situés de chaque côté de ma colonne vertébrale me cause une douleur importante. Cette douleur affecte mon dos ainsi qu’un bras, parfois les deux. À ce jour, il n’y a aucun remède pour soulager cette douleur.

Vous souhaitez changer les résultats? Changez votre façon de penser!

Pourquoi est-ce que je vous dis cela? Je ne suis aucunement à la recherche de sympathie. Plusieurs génies créatifs ont de la difficulté à évoluer dans un monde neurotypique, puisqu’ils sont sans cesse confrontés à une succession d’échecs. C’est du moins le cas, jusqu’à ce qu’ils découvrent comment libérer leur plein potentiel. La vie est solitaire et douloureuse, voilà la douleur chronique qu’elle nous fait vivre. Si vous êtes un génie créatif pour qui la « douleur chronique » consiste à ne pas pouvoir rentrer dans le moule, vous pouvez être assuré que ma découverte vous permettra d’améliorer votre vie.

Cette illumination m’est apparue alors que j’étais en plein lancement de mon programme le plus important. Pour être une réussite, les lancements de programmes demandent énormément d’efforts, d’énergie et d’argent. Toutefois, dans le cadre du lancement de ce programme, beaucoup de choses se sont passées.

Le moment n’aurait pu être plus mal choisi. Ou… ? Je perçois maintenant ce qui s’est produit comme un présage.

Tout dépend de votre façon de penser

Tout comme plusieurs génies créatifs, j’ai tendance à avoir des pensées négatives et à broyer du noir. À l’occasion, j’ai un horrible Gremlin qui me chuchote à l’oreille que je ne mérite pas de connaître la réussite. Cette voix me dit que des catastrophes se produisent chaque fois que je prends des risques.

Mais est-ce qu’il s’agit vraiment de « catastrophes »? Ou bien est-ce simplement la vie qui suit son cours? Personne ne bombarde mon voisinage, et il n’y a pas de tornade sur le point de détruire ma maison. Voilà de véritables catastrophes. Prenons donc le temps de dédramatiser le problème.

Lorsque je sors de ma zone de confort, j’ai souvent l’impression que je ne me « qualifie pas » pour le « Club des personnes prospères ». Est-ce vrai? Est-ce que je ne « vaux pas  assez » pour connaître la réussite?

Montrez la porte à votre Gremlin

Tout le monde a le potentiel de faire de grandes choses.

Voilà ce qui m’a amenée à travailler avec les génies créatifs. Mon génie créatif de mari a bel et bien transformé sa vie, mais il a également transformé notre famille. Cette transformation a également eu un impact sur ses amis, sur ses collègues ainsi que sur des milliers de génies créatifs, et ce, tout en apprenant à réussir en tant que génie créatif. C’est alors que j’ai souhaité libérer ce plein potentiel chez tous les génies créatifs.

Nous avons tous le potentiel de faire de grandes choses. C’est vrai pour moi, tout comme ce l’est pour vous. « Être » est tout ce qu’il vous faut pour vous qualifier pour le « Club des personnes prospères ». Tout ce qu’il vous faut faire, c’est changer votre façon de penser afin d’avoir la force et le courage de dire « Tais-toi Gremlin! »

Alors que cela se produisait, j’étais en train de lire Tu vas tout déchirer : réveillez la badass qui sommeille en vous et transformez votre vie de Jen Sincero. Un excellent livre conçu pour tous, surtout pour les génies créatifs. Vous y trouverez des paroles inspirantes et empreintes de sagesse pour vous aider à surmonter les difficultés que vous rencontrez lorsque vous sortez de votre zone de confort.

Voir la perfection dans tout

L’auteure conseille d’affronter chaque défi en se disant : « C’est une bonne chose, parce que… »

Un mercredi matin, j’ai appelé mon conjoint Duane alors qu’il était au travail. Je pleurais de douleur : rien ne pouvait soulager ma douleur; je me sentais vulnérable et sans ressources. Duane a laissé tomber tout ce qu’il faisait et est rentré à la maison immédiatement. Il a passé la semaine et demie suivante à mes côtés. Nous nous disons souvent « Je t’aime », mais rien ne le prouve autant que le soutien qu’il m’a apporté à ce moment. J’en ai les yeux pleins d’eau alors que je vous écris ces lignes.

Je n’avais d’autre choix que de dépendre des autres pour tout. Des personnes comptaient sur mon programme, mais j’étais incapable de livrer la marchandise… du moins, pas par moi-même. Duane et mon adjointe, Kelly, ont travaillé de pair pour me soutenir et s’occuper du lancement. Grâce à mon système de soutien en place et à des médicaments contre la douleur, j’ai été en mesure de produire la dernière vidéo.

C’était terrible. J’avais l’air aussi mal en point que je l’étais. J’étais incapable de penser et je n’avais pas mon énergie habituelle. Je détestais cette situation, mais je savais que je faisais de mon mieux. Alors que je visionnais la vidéo, la perfectionniste en moi avait de la difficulté à lâcher prise.

C’est une bonne chose, parce que…

En dépit de cette piètre vidéo, j’ai obtenu deux fois plus d’inscriptions que mon record précédent! L’énoncé « C’est une bonne chose, parce que… » représentait tout un défi. Toutefois, trouver une solution, peu importe le défi rencontré, a transformé ma façon de penser. C’est d’ailleurs ce qui m’a permis d’avancer plutôt que d’abandonner.

Lorsque j’y repense, je me répète cette phrase, et j’aime les réponses que j’obtiens! C’est une bonne chose, parce que…

  • Je comprends (enfin!) que je n’ai pas à tout faire par moi-même. Je peux demander de l’aider aux autres.
  • J’ai découvert que je suis une dure à cuire! Je peux persévérer dans l’adversité, et ce, tant que j’ai la bonne façon de penser.

Comment mettre cela en application?

  1. Vivez pleinement. Vous avez beaucoup à apporter au monde dans lequel nous vivons. Le monde tourne mieux lorsque nous sommes heureux dans nos vies, lorsque nous faisons ce que nous aimons et lorsque nous sommes honnêtes envers nous… Voilà ce qui vous fera briller.
  2. Atteindre votre plein potentiel nécessitera que vous sortiez de votre zone de confort. Ce sera effrayant… terrifiant même! Mais si vous êtes prêt à surmonter les obstacles, vous découvrirez une version améliorée de votre personne.
  3. Lorsque vous vous retrouvez dans l’adversité, prenez le temps de compléter la phrase : « C’est une bonne chose, parce que… »

Au secours! Je n’ai pas de volonté! Comment réussir sans avoir de volonté.

« Je suis tout simplement incapable de me discipliner », s’est-elle exclamée en cachant son visage de ses mains.

 

Au cours de cette séance Facebook Live, je vous ferai part de stratégies utilisées par Mary afin qu’elle puisse écrire son livre. Vous pourrez ainsi utiliser ces mêmes stratégies pour accomplir tout ce que vous voulez!

Conférence Facebook en direct
le lundi 20 mars 2017 à 12 h 15 (heure de l’est) ou 17 h 15 (heure d’Europe centrale)

Pour y participer, suivez les deux étapes suivantes :

  1. Sélectionner le bouton «intéressé» sur l’annonce
  2. et d’Aimer ma page Facebook

J’espère que vous vous joindrez à moi.

Ma mémoire de travail fait-elle la grève?

TimeManagementReminderSur ma page Facebook, une de mes lectrices m’a posé une excellente question qui, je crois, mérite d’être explorée plus à fond.  Elle me demandait pourquoi elle était capable de se rappeler les petits détails d’un événement qui a eu lieu il y a plusieurs années, alors qu’elle ne pouvait se souvenir de ce qu’elle avait accompli il y a une heure.  Les problèmes de mémoire chez les personnes atteintes du TDAH ne constituent pas un symptôme dont on discute souvent, mais ils ont des répercussions importantes.

Plus de vingt recherches cliniques objectives portant sur le déficit de l’attention (TDAH) ont démontré des différences dans le volume du cortex préfrontal et du cortex cingulaire chez les personnes atteintes du TDAH, comparativement à celles qui n’en sont pas atteintes.  Ces deux structures sont responsables des fonctions exécutives.  Les fonctions exécutives sont responsables de plusieurs processus cognitifs de haut niveau dont la planification, l’organisation, l’élaboration de stratégies, la concentration, la gestion du temps, des projets et des émotions, l’activation et la mémoire de travail.

Si j’oublie, est-ce toujours dû à ma mémoire?

Deux de ces processus peuvent jouer un rôle important lorsqu’on est une personne atteinte du TDAH et qu’on oublie. Par exemple, si vous n’êtes pas attentif lorsque vous déposez vos clés, aucune information ne sera stockée, et vous aurez donc du mal à les retrouver, ce qui peut donner l’impression que vous avez un problème de mémoire, alors que le problème en est plutôt un d’inattention.  Les véritables problèmes de mémoire chez les personnes atteintes du déficit de l’attention sont issus des difficultés au niveau de la mémoire de travail.

Le lexique de Psychomédia décrit la mémoire de travail comme suit : « La mémoire de travail est la capacité de retenir des informations à court terme, quelques secondes ou quelques minutes, pour réaliser des opérations cognitives (mentales) sur ces informations telles que signaler un numéro de téléphone et effectuer un calcul mental. »  Donc, lorsque votre conjoint(e) vous demande de compléter une tâche et que vous acceptez volontiers de la faire, mais qu’en route pour amorcer cette tâche, le téléphone sonne ou vous avez une idée intéressante qui attire votre attention, bref, vous êtes distrait, et si votre mémoire de travail est faible, comme c’est le cas chez les adultes atteints du TDAH, la tâche que vous avez promis de faire est oubliée, ce qui peut occasionner de gros problèmes.

Pourquoi se souvient-on mieux de certains événements et pas d’autres?

Les chercheurs ont relevé certains facteurs qui influencent votre capacité à vous souvenir de certains événements :

  1. Le degré d’attention que vous avez porté.
  2. L’intérêt que vous avez envers le sujet. Bien sûr, plus le sujet vous intéresse, vous passionne ou vous est nécessaire, plus vous serez motivé à mettre l’effort nécessaire pour y prêter attention et vous en souvenir.
  3. Votre état émotionnel lors de l’événement. Mon conjoint atteint du TDAH avait autrefois tendance à me rappeler des situations explosives que nous avions eues il y avait cinq ou six ans.  Pour lui, l’événement était si frais à sa mémoire qu’il pouvait me dire où la dispute avait eu lieu et ce que je portais, et me citer, alors qu’il ne se rappelait pas une faveur que je lui avais demandée quelques minutes plus tôt.  Ces situations étant très émotionnelles, elles arrivaient à passer à la mémoire à long terme plus facilement.
  4. Le contexte sensoriel entourant l’événement ou l’information. Nous avons de meilleurs souvenirs de situation lorsque notre sens de l’odorat, du goûter, de la vue, de l’ouïe ou du toucher a été vivement sollicité.  C’est la raison pour laquelle vous vous souvenez vivement du restaurant où vous avez goûté un repas avec un goût exceptionnel ou affreux. Les sons, les odeurs, le goût, l’aspect visuel et le contexte peuvent servir pour vous aider à vous souvenir d’un événement passé.

Comment gérer ma faible mémoire de travail?

Maintenant que vous en connaissez plus sur la mémoire, il est important de reconnaître que la mémoire de travail est souvent défectueuse chez les personnes atteintes du TDAH, puis de développer des stratégies pour y remédier.

  1. Évitez de vous y fier pour des informations importantes. Ayez un cahier de notes ou une application comme Evernote sur votre téléphone pour capter l’information perçue dont vous devez vous souvenir.
  2. Ayez un système pour faire un retour sur vos notes. Vous pourriez inscrire dans votre calendrier quelques périodes dans la journée où vous révisez les notes que vous avez prises et prenez des décisions pour déterminer comment vous allez les traiter. Devez-vous vous donner rendez-vous pour accomplir une tâche? Y a-t-il de l’information à capter pour un projet? Utilisez des alertes dans votre calendrier pour vous en souvenir plus tard.
  3. Apprenez à transmettre les informations pertinentes dans votre mémoire à long terme par la répétition ou en faisant appel à plusieurs sens pour vous en souvenir.
  4. Créez des systèmes comme des habitudes et des routines pour éviter d’oublier les tâches importantes de votre vie. De cette façon, c’est un système et non votre faible mémoire qui vous le rappelle.

Une bonne ressource pour en savoir plus sur la mémoire :  http://lecerveau.mcgill.ca/flash/a/a_07/a_07_p/a_07_p_tra/a_07_p_tra.html

Prenez le contrôle de votre vie

Controle du TDAHRécemment je suis partie pour une longue fin de semaine avec Duane dans la belle et romantique ville de Québec. Nous sommes restés dans un charmant hôtel situé tout près de la plus vieille partie de la ville, mieux connue sous le nom de « Basse-Ville ». Un week-end de travail où nous avons passé, chaque jour, plusieurs heures à effectuer un exercice que je suggère à mes clients, soit d’utiliser un processus de planification qui nous permet de prendre le contrôle de notre vie. Vous voyez, je mets mes conseils en pratique!

Bien que cela puisse ne pas sembler une escapade très romantique, cela nous a motivés à travailler sur notre avenir ensemble, en plus de nous permettre de renforcer notre engagement l’un envers l’autre, nous assurant que nous « allons tous les deux dans la même direction » afin de vivre notre vie de couple du mieux que nous le pouvons.

De la dérive à la responsabilité

Nous avons amorcé ce processus il y a déjà quelques années, et nous avons tous deux réalisé que nous sautions d’un emploi à l’autre, d’une carrière à l’autre, et ce, sans vraiment savoir ce que nous voulions vraiment faire de notre vie. Je me suis lancée plusieurs fois en affaires, dans plusieurs projets qui m’intéressaient plus ou moins, j’ai été professeure en entreprenariat, j’ai été adjointe administrative du président d’une compagnie de produits pharmaceutiques avant d’être promue à un poste de gestionnaire de projets, puis je suis devenue une « pusher de drogues » (une représentante de produits pharmaceutiques qui vend des « drogues » légales)! Au départ, je souhaitais devenir médecin, mais je n’ai pas réussi à être acceptée à l’école de médecine, et je n’avais aucun plan B. Je changeais constamment d’emploi, j’ai complété un baccalauréat en administration pour finir par me demander, une fois mon cours complété : « Mais pourquoi est-ce que je voulais faire ça finalement? »

J’ai finalement compris que je laissais ma vie et les événements décider de ce que je ferais dans les huit à seize heures par jour de travail! Je n’ai réussi à figurer ce que je voulais vraiment devenir que lorsque j’ai atteint l’âge de 40 ans! Prendre la décision de devenir coach de vie m’a pris presque un an d’introspection, à analyser ce qui me plaisait vraiment et à découvrir ce qui me rendait vraiment heureuse. C’est d’ailleurs en prenant cette décision que j’ai réussi à prendre le contrôle de ma vie.

Prendre la décision de devenir coach a été à la fois simple et difficile. Je m’inquiétais à propos des finances, mais j’avais l’impression qu’il s’agissait bel et bien de ma vocation, de ce que je voulais faire. Il est intéressant de voir de quelle façon la vie s’y prend pour nous envoyer ses messages. J’étais sur le point de compléter ma formation de coach et de me lancer en affaires, alors que j’étais toujours représentante de produits pharmaceutiques, lorsqu’une blessure au cou a fait en sorte que je devais dorénavant limiter et idéalement éviter de conduire ma voiture… et Dieu sait qu’être sur la route constitue l’une des principales tâches d’un représentant des ventes!

Lorsque vous prenez le contrôle de votre vie, vous êtes en mesure de prendre les décisions qui vous permettront de façonner l’avenir que vous espérez, vous choisissez le chemin que vous devrez suivre pour y arriver (les projets dans lesquels vous vous lancerez), puis vous passerez à l’action. La vie se chargera de vous mettre face à des obstacles, votre progression ne sera peut-être pas toujours facile, et comme tout autre projet dans lequel vous vous lancerez, il vous faudra parfois remettre les pendules à l’heure afin de pouvoir poursuivre votre cheminement. Le week-end que nous avons passé à Québec, Duane et moi, fait partie du processus que nous avons entrepris pour nous assurer que nous sommes toujours dans la course.

Toutefois, il n’est pas nécessaire d’être en couple pour prendre le contrôle de votre vie. Et vous n’avez pas besoin d’attendre d’avoir atteint l’âge de 40 ans non plus! Ou si vous avez plus de 40 ans, il n’est pas trop tard pour agir non plus! Le moment idéal pour vous lancer est maintenant. Vous pouvez vivre la vie que vous voulez!

Lorsque vous développez une vision de votre avenir, vous avez la possibilité d’apprécier davantage le moment présent puisque vous réalisez que cette vision, comme une voiture, vous mènera où vous le souhaitez. Alors, à quoi ressemble votre avenir? Quels plans ferez-vous pour faire profiter le monde de vos forces, de vos talents, de votre génie créatif?

Voici les premières étapes qui vous permettront d’avancer vers votre objectif :

  1. Choisissez un jour et une heure où vous prendrez le contrôle de votre vie. Si vous êtes en couple, partagez votre objectif avec votre partenaire. Engagez-vous à respecter votre engagement et assurez-vous que rien ne viendra se mettre en travers de votre route. Il s’agit d’une rencontre très importante que vous aurez avec la personne la plus importante de votre vie : vous!
  2. Visualisez ce que vous aimeriez être dans cinq ou dix ans. Imaginez le style de vie que vous souhaitez avoir, et évaluez le type de personne que vous aimeriez être une fois rendu là.
  3. Sélectionnez les quelques premiers projets qui vous permettront de progresser vers la vie que vous souhaitez vivre.

Vous attendez d’avoir le temps?

P.S. : Pour tous ceux d’entre vous qui sont sur le point de mettre ce projet de côté, en vous disant que vous le ferez lorsque vous aurez le temps… arrêtez maintenant! Il y a 168 heures dans une semaine. Je n’ai pas écouté les nouvelles dernièrement, mais je pense que j’aurais entendu parler d’un programme permettant d’augmenter le nombre d’heures dans une semaine si ça avait été le cas. Cela signifie donc que vous disposerez encore de 168 heures la semaine prochaine, l’année prochaine, ou dans cinq ans. Vous ne pouvez attendre jusqu’au jour où vous aurez le temps. Vous devez prendre le temps! Je suis convaincue que vous ne souhaitez pas repenser à votre vie en ayant des regrets, vous disant que vous n’avez jamais pu devenir le génie créatif que vous êtes.

Articles connexes

Que faire pour perdre une habitude

Quatre secrets qui transformeront vos rêves en réalité

Atteindre vos objectifs? Inévitable!

Cette année, soyez « inarrêtable »

tdah inarretableAu cours des prochaines semaines, vous serez inondé d’une panoplie d’articles portant sur les « résolutions du nouvel an ». Vous serez sans aucun doute tenté de vous fixer des objectifs impossibles (que vous laisserez tomber, en moyenne, quelques jours plus tard!), en vous disant que ce sont les événements qui ont causé cet abandon. À moins que vous ne soyez emprisonné dans une routine qui draine votre énergie ou qui nuit à votre intégrité, j’aimerais me permettre de vous mettre au défi d’essayer une toute nouvelle approche cette année.

Finis les objectifs fixés dans le vide

Fixez-vous plutôt des objectifs atteignables et significatifs que vous serez déterminé à atteindre. En effet, lorsque j’utilise l’expression « inarrêtable », cela signifie que vous serez prêt à surmonter les obstacles qui se présenteront à vous, que vous ferez tout en votre possible pour atteindre vos objectifs.

Finies les excuses

Finie l’excuse « Je ne peux pas parce que je suis atteint du TDAH ». Vous devez plutôt comprendre que votre distractivité causée par le TDAH est en fait l’instigatrice de votre génie créatif. Utilisez-la de concert avec les forces qui vous sont uniques, avec la passion qui vous anime, ainsi qu’avec votre énergie incessante afin de pouvoir surmonter les  » obstacles  » (qui ne sont en fait que des situations qui doivent être abordées d’une façon différente… avec une solution qui se trouve à la portée de vos doigts) que votre TDAH peut générer.

Finies les excuses du type « Je ne dispose pas de l’équipement, des outils ou de l’argent nécessaires ». Commencez plutôt avec ce qui se trouve à votre disposition, puis mettez en place des systèmes qui vous permettront de tirer avantage de ce que vous avez, et ce, afin de pouvoir accumuler, avec le temps, ce dont vous avez besoin pour réussir.

Finie l’excuse « Je n’ai pas le temps ». Grugez plutôt dans le nombre d’heures que vous passez à regarder la télévision ou à jouer à des jeux vidéo. Une fois que vous aurez épuisé ces possibilités, je vous suggère de découvrir de nouvelles stratégies conçues pour les génies créatifs, qui vous permettront de doubler, voire tripler votre productivité.

Finie l’excuse « Je ne peux le faire puisque je ne sais pas comment le faire ». Mettez plutôt en pratique les choses que vous connaissez, puis trouvez un livre, un cours, un coach ou un mentor qui saura vous épauler dans l’apprentissage qui vous permettra de passer à l’étape suivante. Ensuite, répétez le processus.

Ne laissez jamais la peur vous arrêter

Finie la phrase « Ils vont rire de moi ». Vous pouvez supporter des rires.

Finie la phrase «Ils vont détester ça ». Il y aura toujours quelqu’un, quelque part, qui aimera votre idée.

Finie la phrase « Si je réussis, ils ne m’aimeront plus ». Les vrais amis veulent votre réussite. Trouvez un moyen plus simple d’y arriver. Agissez comme quelqu’un qui s’en va dans la bonne direction, agissez pour connaître la réussite et ne laissez jamais les opposants se mettre en travers de votre chemin. Ainsi, vous attirerez à vous les personnes que vous recherchez.

Bref, prenez la résolution d’affronter vos peurs. La récompense sera beaucoup plus gratifiante que l’inconfort temporaire que vous ressentirez. Vous découvrirez alors que c’étaient plutôt vos craintes (et non vos objectifs) qui étaient déraisonnables, et que vous êtes en mesure de gérer tout ce qui se présentera sur votre chemin. Après tout, vous n’êtes pas le genre de personne à fuir les opportunités ou les défis, n’est-ce pas? Non, cette année, c’est décidé, rien ne pourra vous arrêter!

Je ME lance ce défi, et vous invite à faire

Cette année, soyez « inarrêtable ». Peu importent les événements, peu importe ce que les autres peuvent penser ou dire de vous, peu importent les excuses, peu importent vos craintes… rien ne vous arrêtera! Vous devez trouver un moyen de surmonter ces obstacles. Au bout du compte, non seulement atteindrez-vous vos objectifs , mais vous en ressortirez également plus fort et plus confiant. Vous serez ainsi capable d’accomplir encore plus l’année prochaine!

Je déclare que cette année sera celle où rien ne pourra m’arrêter! Allez, foncez avec moi!

Si fort que c'en est nuisible?!

Deux raisons pour lesquelles votre créativité peut vous nuire

Par Linda Walker

En tant qu’entrepreneur, adulte atteint du TDAH ou autre génie créatif, force est d’admettre que votre créativité est sans aucun doute un de vos principaux atouts. Votre imagination est sans limites, et c’est ce qui constitue votre force. Toutefois, si vous ne faites pas attention, votre meilleure alliée, soit votre créativité, pourrait vous empêcher d’aller de l’avant.

Votre créativité vous nuit lorsque vous vous y référez pour expliquer des faits

Des choses se produisent… constamment. Toutefois, la plupart de ces événements sont, pour vous, sans importance… En fait, vous vous rendez à peine compte que ces événements se produisent. Par contre, lorsque vous réalisez que quelque chose se produit, vous essayez instantanément de lui donner une signification. Une petite voix, dans votre tête, évalue sans cesse chacun des événements, les catégorisant en fonction de l’impact que chacun aura sur vous. Par ailleurs, pour déterminer cet impact, vous inventez un scénario à ce propos. Habituellement, inventer des scenarios peut avoir du bon, mais si votre imagination vous incite à créer un scenario susceptible de générer de la douleur et du doute qui risquent de vous paralyser, eh bien, vous venez tout juste de vous tirer dans le pied!

Bien entendu, la plupart des événements n’auront aucune influence sur votre vie, seront totalement inoffensifs et/ou n’ont aucun lien avec vous. Toutefois, vous cherchez à donner une explication à chacun d’entre eux en inventant des scénarios tout droit sortis de votre imagination effervescente. Même les événements qui ont un impact sur vous peuvent n’avoir aucun lien avec vous… puisqu’ils n’auront pas été causés par vous. Par exemple, si vos parents ont divorcé lorsque vous étiez enfant, vous avez probablement inventé une histoire du genre :  » Si je n’avais pas été atteint du TDAH, mes parents seraient encore ensemble.  » Si vous saluez quelqu’un de l’autre côté de la rue et que celle-ci ne vous répond pas, vous interpréterez cela en vous disant :  » Elle me déteste.  » Si vous remarquez que des gens rient alors que vous entrez dans la pièce, vous risquez de penser :  » Ils rient de moi. « 


Votre créativité vous nuit lorsqu’elle vous empêche de prendre des risques

Vous pouvez même inventer des histories à propos de choses qui ne se sont pas encore produites. Cela se produit lorsque votre imagination roule à plein régime. Votre créativité fait de vous un vrai diseur de bonne aventure! Par exemple, lorsque vous faites face à un nouveau projet, il se peut que vous vous disiez :  » Je ne peux pas faire ça! Après tout, je ne l’ai jamais fait auparavant.  » Ou bien, vous pouvez vous référer au passé pour prédire l’avenir (cette technique n’est pas vraiment efficace pour prédire la météo, alors pourquoi est-ce que ça fonctionnerait pour vous?) :  » J’ai déjà essayé et ça n’a pas fonctionné. Ces choses ne sont pas faites pour moi!  » Vous baissez les bras avant même d’avoir essayé.

Bien entendu, cette façon de penser est mortelle pour un génie créatif. Après tout, lorsque vous libérez votre génie créatif et suivez vos passions, vous réaliserez que vous ferez beaucoup de choses que vous n’aviez jamais faites auparavant. Vous devrez sortir de votre zone de confort, et ce, à un point tel où vous serez incapable de vous rappeler de quoi elle avait l’air. Vous n’avez pas besoin de votre imagination pour prédire les échecs avant d’avoir commence.

Ce ne sont que les faits!

Faites la distinction entre la réalité et la fiction et vous verrez que le divorce de vos parents n’a absolument rien à voir avec vous. Oui, cela a eu un impact sur votre vie, mais vous n’étiez pas la raison de leur divorce, et il n’y a rien que vous auriez pu faire pour éviter cela. Cette explication est tout simplement sortie de votre fabuleuse (mais dangereuse) imagination! De plus, la fille qui ne vous a pas retourné votre signe de la main n’a tout simplement pas retourné votre signe de la main. Cela ne signifie pas qu’elle ne vous aime pas : ça ne veut tout simplement rien dire du tout! C’est votre imagination qui a décidé que cette fille ne vous aimait pas. Votre imagination peut également avoir décidé que cette fille ne vous avait pas vu ou qu’elle n’était pas la personne que vous pensiez… mais même ces raisons sont des inventions tout droit sorties de votre imagination! Et oui, ces personnes parlaient lorsque vous êtes entré dans la pièce, mais ça s’arrête là! Votre imagination vous joue des tours et détourne vos émotions en inventant une histoire voulant que ces personnes parlent de vous.

Si vous faites des choses que vous n’avez jamais faites auparavant, comment pouvez-vous en prédire le résultat? (En fait, si vous croyez que vous allez échouer, vous augmentez vos chances d’échec, mais je préfère ne pas me lancer dans une discussion de nature philosophique!) Et si vous essayez quelque chose de nouveau et que ça ne fonctionne pas du premier coup, il se peut que les choses se soient mal déroulées la première fois, sans toutefois signifier que vous n’y arriverez JAMAIS! Je suis d’ailleurs convaincue que si vous faites appel à votre génie créatif, vous réussirez à trouver une autre explication!

Il y aura toujours de nouveaux événements qui surviendront. Ça ne s’arrêtera jamais. Vous pouvez choisir de laisser votre imagination vous tenir en laisse en inventant des histoires qui vous feront sentir mal ou sans ressources. Ou bien vous pouvez décider d’analyser les faits de façon objective sans y attribuer de signification (toute faite) spécifique, une histoire ne mettant en scène que tout ce qui tourne mal est de votre faute, que tout le monde est contre vous, que vous n’y arriverez jamais! Vous pouvez décider de voir les choses de façon objective et de ne laisser travailler votre imagination que lorsque vous vous lancez dans de nouveaux projets qui vous passionnent. Libérez-vous de la douleur générée par votre imagination.

Comment y parvenir?

  1. Lorsque vous vous retrouvez confronté à une situation douloureuse et répétitive, posez-vous les questions suivantes :
    a. Quelle est mon opinion au sujet de cette situation? D’après-moi, que se passera-t-il?

    b. Qu’est-ce qui s’est réellement produit? Quels sont les faits? Seulement les faits?

  2. Lorsque vous vous dites  » Je ne peux pas « , posez-vous les questions suivantes :

    a. Est-ce vrai?

    b. Comment puis-je savoir si c’est vrai? Et est-ce vraiment vrai? Pourrait-il y avoir une autre explication?

  3. Faites la distinction entre les histories créées par votre imagination et les faits, et choisissez ce qui ressemble le plus aux faits. Un tout nouveau monde de possibilités s’ouvrira à vous.
  4. Articles connexes

    L’attitude compte pour beaucoup

    Libérez votre cerveau du TDAH, une transformation s’ensuivra

Faites une pause pour être productif

Les entrepreneurs, les adultes atteints du TDAH ainsi que d’autres génies créatifs retiennent souvent mes services en raison de leur manque de productivité. Ils sont donc surpris, lors de leur participation au programme d’Optimisation de la productivité, lorsque je les invite à faire une pause pour améliorer leur productivité.

Ne confondez pas  » être productif  » et  » être occupé « 

Si cela vous surprend, c’est que vous confondez être productif et être occupé. Nous le faisons tous! En effet, dans la culture nord américaine, travailler fort signifie que vous progressez, que vous avez du succès. Dans mon premier livre, Prenez le contrôle de votre énergie, je vous faisais part de la fierté que je ressentais à me vanter d’être très occupée.

J’ai fini par comprendre qu’être productif signifie compléter de façon efficace ce que vous devez accomplir pour progresser vers vos objectifs ambitieux, ce qui ne signifie pas nécessairement être occupé. Parfois, penser est la chose la plus productive que vous puissiez faire et, à d’autres moments, c’est de faire une pause.

J’aime jardiner. Pour moi, ce serait facile d’être occupée dans mon jardin, à arracher tout ce que je vois, sans prendre le temps de me demander si c’est une mauvaise herbe, et de me retrouver à la fin avec un jardin plein de mauvaises herbes, mais sans gazon ni fleurs. Être productif, ce serait de concentrer mes efforts afin d’avoir un beau gazon et un jardin plein de fleurs.

Respecter vos baisses d’énergie vous rendra plus productif

Les adultes atteints du TDAH se sentent particulièrement coupables lorsqu’ils font une pause, car ils croient qu’il faut travailler davantage pour accomplir plus.

Lorsque vous vous sentez mentalement et physiquement épuisé, vous obliger à accomplir plus est la pire chose à faire pour améliorer votre efficacité.

Au cours d’une journée, nous avons tous des cycles qui entraînent des périodes de grande énergie, d’autres périodes où notre énergie est limitée et, finalement, d’autres périodes de fatigue totale. Par contre, pour les adultes atteints du TDAH et autres génies créatifs, vos périodes de grande énergie sont souvent suivies de périodes de perte totale d’énergie.

Pensez un instant à un athlète qui s’entraîne pour une importante compétition. Saviez-vous que ce même athlète ambitieux et travaillant prend du repos avant la compétition afin de conserver son énergie pour atteindre le sommet de sa performance?

Cette stratégie est non seulement efficace pour l’athlète, mais elle vous permettra d’en bénéficier aussi. Prendre le temps de vous reposer lorsque vous n’avez pas beaucoup d’énergie vous permettra de la retrouver; alors que de vous obliger à travailler malgré votre grande fatigue ne vous permettra pas de recharger vos batteries.

Maintenant, comment pouvez-vous utiliser cette information dès aujourd’hui?

En premier lieu, prêtez attention aux périodes de votre journée durant lesquelles vous vous sentez fatigué.

Et, plutôt que de vous obliger à travailler davantage lorsque vous êtes fatigué, faites une pause pour avoir un regain d’énergie.
Dans mon prochain article je vous donnerai des idées de pauses qui vous permettront de refaire le plein d’énergie.