L'effet d'une attitude positive sur le TDAH

 

tdah adulte,attitude positive En tant que coach de TDAH, je connais le pouvoir de la pensée positive sur le TDAH adulte. Lorsque mes clients ont une attitude positive et vivent dans un environnement où leur entourage est positif, ils ont plus de succès et atteignent leurs objectifs plus rapidement que ceux qui ruminent ou sont entourés de personnes négatives. Une conférence à laquelle j’ai participé au congrès de l’International Coach Federation qui réunissait 1400 coachs de 26 paix dans le but d’apprendre, de faire du réseautage et d’être inspirés.

 

Nous émettons un champ magnétique

 Une session de formation à laquelle j’ai participé expliquait l’effet d’une attitude positive sur nos propres champs magnétiques. Christian Worth, un coach français, démontrait avec l’aide de tiges métalliques qu’on appelle « dowsing rods » en anglais que nous émettons tous un champ magnétique. Ça a du sens puisque nos corps utilisent l’électricité créée par les réactions chimiques dans nos cellules afin de vivre, bouger, penser. On sait que lorsqu’il y a de l’électricité qui circule, celle-ci crée un champ magnétique.

Le champ magnétique que nous émettons lorsque nous avons des pensées ni négative ni positive a un radius de 3 à 5 pieds.

Les pensées des autres nous affectent

Par contre, Monsieur Worth démontrait aussi que l’attitude des personnes qui nous entourent a un effet sur notre champ magnétique. Il a chuchoté à une femme qui se trouvait sur la scène d’avoir des pensées négatives envers une autre femme qui se trouvait à l’autre bout de la scène.

Ce qui était remarquable est que non seulement l’attitude négative de la première femme avait un effet négatif sur son champ magnétique mais il en était de même pour le sujet de ses pensées négatives, et ce malgré le fait que la deuxième participante ne savait pas que la première avait des pensées négatives envers elle.

D’un autre côté, lorsqu’il demandait à la première d’avoir des pensées positives envers la deuxième, les deux voyaient leur champ magnétique s’aggrandir davantage et au-delà de leur champ magnétique.

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas facilement convaincue par l’ésotérique, étant une personne à tendance scientique. Par contre, ce auquel j’ai été témoin m’a convaincu des répercussions de nos attitudes et nos pensées, et plus particulièrement de l’attitude positive de mes clients atteints du TDAH adulte.

Les implications d’une attitude positive sur le TDAH

  1. Lorsqu’on choisit de voir les choses positives dans notre vie, on émet un champ magnétique plus large qui attire plus vers soi.
  2. D’un autre côté, lorsqu’on choisit d’utiliser notre énergie à avoir des pensées négatives, à revivre les situations négatives de notre vie, non seulement notre énergie diminue mais aussi notre capacité d’attirer les autres. 
  3. Ceux qu’on choisit de côtoyer et nos proches ont un impact sur nos niveaux d’énergie, à moins d’être adepte à se construire un bouclier pour nous protéger contre les attitudes négatives de ceux-ci.

Comment pouvez-vous attirer des choses positives dans votre vie?

Il est certain qu’il y a des choses que vous pouvez faire pour améliorer votre énergie et votre niveau d’attraction :

  1. Gardez un journal de gratitude – prenez du temps tous les jours pour refléter sur au moins 3 choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant et inscrivez-vous.
  2. Choisissez de nourrir votre optimisme en :
    • Vous concentrant sur les choses qui vous plaisent le plus;
    • Vous concentrant sur les solutions au lieu des problèmes;
    • Distribuant la joie;
    • Vous concentrant sur la croissance;
    • Prenant le temps de célébrer.
  3. Anéantissez vos pensées négatives en :
    • Étant conscient de votre dialogue interne;
    • Neutralisant les moments négatifs avec des moments positifs.

Ce que je retire c’est que vous avez le choix de vous concentrer sur le positif ou le négatif et que ce choix a un impact important sur votre vie.

 

 

 

 

 

 

 

Sondage américain sur l’impact du TDAH adulte sur la productivité

adhd adultUn sondage américain auprès de 1000 adultes atteints du TDAH (déficit d’attention) a eu lieu dans la dernière année. Ce que le sondage a relevé n’est pas surprenant car se sont souvent des problématiques pour lesquelles mes clients me consultent. Voici les résultats du sondage :

65% des adultes atteints du TDAH disent que leur TDAH affecte leur capacité à remplir leurs engagements à la maison

Mon expérience personnelle avec ma famille et avec mes clients confirme que c’est là un problème commun qui mène à des difficultés de couple allant jusqu’au divorce. Les adultes atteints du TDAH veulent sincèrement partager les responsabilités du foyer mais oublient souvent leurs engagements à cause de difficultés chroniques de mémoire, de leurs problèmes de procrastination qui mènent à des difficultés à démarrer leurs projets et de leur distractibilité qui ne leur permet pas de rester à la tâche pour compléter leurs projets.

50% des adultes salariés atteints du TDAH craignaient que leur TDAH affecte leur chance d’accéder à des promotions

Les adultes atteints du TDAH reçoivent, en moyenne, 5 000$ à 10 000$ en moins de revenus que leurs collègues qui travaillent dans des emplois similaires à cause de leur difficulté avec leur ponctualité et à livrer un travail de qualité dans des délais prévus. Ils perdent plus de 20 jours de productivité par année à cause de leur manque d’attention et de leur mauvaise estimation du temps. Soixante pourcent des adultes atteints du TDAH mentionnent que leur tendance à être distrait est un obstacle qui les empêche de compléter leurs projets. La qualité inférieure du travail qu’ils complètent à la dernière heure attire souvent de l’attention négative qui diminue leur chance d’être promus.

75% disent que le TDAH affecte de façon importante leur capacité de rester à la tâche

L’environnement de travail avec ses multitudes de distractions, causés par les nombreux courriels et appels téléphoniques, ne permet pas aux employés de se concentrer sur une priorité à la fois. En plus, les adultes atteints du TDAH sont stimulés par l’intérêt, c’est-à-dire qu’ils peuvent rester à la tâche lorsque celle-ci les intéresse ou qu’elle leur permet d’utiliser leurs forces, par contre, ils ont du mal à activer leur cerveau lorsqu’ils font face aux tâches ennuyeuses. Les adultes qui ne sont pas atteints du TDAH préfèrent les tâches intéressantes mais peuvent tout de même activer leur cerveau pour compléter un travail ennuyeux. Et tout ce qu’on fait demande de l’énergie de notre cerveau.

Le TDAH affecte aussi leur capacité de travailler en équipe

Dans la majorité des entreprises, votre capacité à travailler en équipe est devenue une compétence importante. Pour plusieurs, les réunions et les activités d’équipe mangent une grande portion de la journée de travail. Cette demande est particulièrement difficile pour 70% des adultes atteints du TDAH qui disent avoir des difficultés à se concentrer sur ce que d’autres leur disent, et pour les 60% qui rapportent avoir des difficultés à rester assis lors des réunions.

Il y a de l’espoir pour les adultes atteints du TDAH

Malheureusement, de tels rapports de sondage ou de recherche sont rarement accompagnés de solutions. Oui, ces statistiques sont alarmantes, mais que peut-on y faire? Certaines organisations songent à tester les candidats pour le TDAH avant de les engager. Ce qui est dommage c’est qu’elles barrent l’accès à d’excellents employés alors que plus que jamais les plus grands atouts des entreprises sont les talents de leurs main-d’œuvre. Malgré tout cela, il y a de bonnes nouvelles.

Toutes ces barrières à la productivité que vivent les adultes atteints du TDAH peuvent être éliminées et permettre aux adultes atteints du TDAH de surmonter les obstacles du TDAH avec des formations comme The Maximum Productivity Makeover for ADHD Adults (présentement disponibles qu’en anglais). Avec la bonne formation et un support adéquat, ces adultes peuvent être des employés exceptionnels qui contribuent positivement aux profits de l’entreprise avec leur créativité, leur pensée non-conventionnelle, et leur haut niveau d’énergie et de passion.

Retrouver la paix, malgré le TDAH

Dans cette période de l’histoire où la technologie fait du multitraitement une norme, et où plusieurs personnes sont accablées par la multitude de choses qui leur viennent de toutes les directions, comment un adulte atteint du déficit d’attention peut-il retrouver la paix et le confort qui sont possibles seulement lorsqu’on a la capacité de se concentrer sur une chose à la fois?

Non pas comme les  » neurotypiques « , les adultes atteints du TDAH ont du mal à conserver le calme dans leur cerveau qui a tendance à sauter d’une idée à l’autre. Quoique le monde externe leur livre une foule de distractions sur le champ comme les appels téléphoniques et les courriels, c’est la source interne d’énergie de l’adulte atteint du TDAH qui multiplie la cacophonie de distractions et qui semble le plus difficile à surmonter.

Qu’est-ce que ça veut dire? Les adultes atteints du TDAH ont souvent du mal à canaliser leurs énergies, et donc même la tâche la plus simple peut être une source de défi insurmontable. Comment peut-on calmer ce tourbillon et retrouver la paix? Quoique découvrir ses passions soit un bon conseil pour tous, pour l’adulte atteint du TDAH c’est primordial.

Si vous êtes un adulte atteint du TDAH, développer des stratégies pour apaiser les idées est utile pour vous permettre de vous détendre et de relaxer, mais pour mieux vous concentrer, il est plus utile d’aller dans l’autre direction. Qu’est-ce qui vous stimule positivement? Qu’est-ce qui vous emballe et vous fait converser plus rapidement lorsque vous en parlez aux autres? Pensez à ce sentiment d’excitation que vous ressentez lorsque vous parlez de quelque chose qui vous allume.

Les athlètes appellent ce sentiment  » être dans sa zone « .  On parle aussi d’être  » dans sa bulle  » où on est si emballé par ses passions qu’on s’oublie tout simplement. Pour les adultes atteints du TDAH, retrouver cette zone ne se produit que lorsqu’ils déterminent la source de ce qui les allume. Cette source c’est votre réservoir à essence, l’endroit où vous retrouvez une stimulation optimale qui vous permet d’atteindre la concentration que vous avez besoin pour avancer.

Combinez cette essence avec une vision claire de ce que vous désirez atteindre et vous pourriez même être en mesure de baisser le volume sur le reste de votre vie. Désirez-vous une maison en campagne, un emploi qui vous permet de visiter des endroits exotiques? Peignez une image mentale de ce que vous désirez et plongez! Bien sûr, il y aura d’autres étapes à franchir; vous aurez besoin d’aide et de vous entourer de personnes qui vous supportent, mais c’est un bon début.

Toute personne qui a connu du succès vous dira qu’identifier ses passions c’est beaucoup comme tomber en amour. Pour un adulte atteint du TDAH, ce roman d’amour est encore plus doux: il n’y a rien de mieux que d’éteindre le  » volume  » interne et d’atteindre le succès à sa façon.

Aller avec son TDAH, et non contre

Vous croyez peut-être que le TDAH crée un désavantage pour vous dans le monde des affaires. Par contre, certaines stratégies peuvent vous permettre de prendre avantage des symptômes du TDAH. Ce faisant, vous trouverez peut-être que vous pourriez devenir aussi (sinon un peu plus) productif que vos collègues qui ne sont pas atteints du TDAH.

Vous, comme les  » neuro-typiques  » (personnes sans déficit d’attention) avez des cycles d’énergie à travers toute votre journée. Ceci veut dire que vos niveaux d’énergie seront bas et vous vous sentirez épuisé et  lent. La différence entre vous et les  » neuro-typiques  » est que ces derniers réussiront tout de même à se trainer durant ces périodes de basse énergie mais maintiendront une niveau de productivité adéquate, alors qu’il vous sera impossible d’être créatif, efficace ou productif durant ces périodes, et vous aurez des difficultés à compléter même les tâches les moins difficiles. À d’autres périodes vous serez plein d’énergie et vous sentirez capable d’accomplir n’importe quoi! En fait, durant ces périodes vous pourriez même atteindre un état d’  » hyperfocus  » et aurez de la difficulté à vous  » déconcentrer « .

La bonne nouvelle est que, contrairement à ce que l’on croit, vous n’avez pas besoin de lutter contre ces cycles. Malgré le fait que votre cerveau fonctionne différemment de ceux des autres, vous pouvez utiliser ces différences à votre avantage. C’est simplement une question de travailler intelligemment et non difficilement. Puisque durant vos périodes de productivité élevées vous atteignez des sommets plus élevés que la norme, vous pouvez utiliser cette énergie pour accomplir beaucoup plus que la majorité des gens. D’un autre côté, il y a des stratégies qui sont conçues pour les adultes atteints du TDAH qui vous permettent de maintenir votre niveau de productivité même lors de vos périodes d’énergies plus basses. Ce qu’il faut c’est de choisir la bonne tâche ou de modifier les tâches pour vous permettre de les accomplir même lors de vos périodes basses.

La majorité des gens tentent d’augmenter le nombre de choses qu’ils font (et plus d’heures de travail) dans leur journée afin d’améliorer leur productivité. Mais puisqu’il n’y a que 24 heures dans une journée, à un certain point, c’est simplement impossible d’en ajouter plus, et vous  êtes perdant. En apprenant à reconnaître vos cycles d’énergie et en les exploitant, vous arriverez à en faire plus dans votre journée, tout en utilisant de moins en moins d’énergie. Accomplissez les tâches qui demandent le plus d’énergie lorsque vous avez le plus d’énergie. Utilisez vos périodes d’énergie basse pour accomplir les tâches qui sont les plus simples ou routinières, demandant les moins d’énergie.

C’est réellement aussi simple que ça. Ne luttez pas contre les tendances de votre cerveau. Écoutez votre corps et apprenez à reconnaître vos cycles d’énergie. Bientôt, vous pourrez utiliser votre temps de façon plus productive sans vous battre pour accomplir ces tâches.

TDAH, productivité, et gestion de TOI

English Version

Les adultes TDAH ont des difficultés à améliorer leur performance au travail et dans leurs relations interpersonnelles

Les plaintes les plus courantes des adultes TDAH qui communiquent avec moi sont leur performance au travail, les problèmes dans leurs relations interpersonnelles suite à leurs oublis ou difficulté à compléter leurs engagements, leur tendance à procrastiner (toujours remettre à plus tard) et leur sentiment de ne pas vivre leur plein potentiel.

Ils croient que ceux-ci représentent des problèmes différents alors qu’ils sont tous des symptômes du même problème: des problèmes de productivité dûs au déficit d’attention (TDAH). En résolvant les problèmes de productivité, on résolve la majorité de ces problèmes.

Plannifier, organiser, s’engager à, exécuter et faire les suivis dans leurs engagements professionels et personnels demandent un contrôle de sa productivité. Les adultes atteints du TDAH luttent avec ces demandes à cause de leur différence neurologique et non par manque de vouloir.

Ils essaient donc des programmes de gestion du temps traditionnels tel que Franklyn Covey, Day Timer, et Harvard mais sans issu car leur cerveau est loin d’être du type « traditionnel ». Souvent, la raison que mes clients m’engagent est qu’ils ont essayé ces programmes et n’ont eu aucun résultat. Après tout ton cerveau est comme un moteur Turbo du type Édition Limitée et le manuel d’instruction de ces programmes est pour un cerveau du type « générique » ou « neuro-typique ».

Ce que les adultes TDAH ont besoin c’est un programme qui reconnaît les différences uniques de leur cerveau et qui leur permet de travailler AVEC ce dernier au lieu de travailler contre lui. Ce que ça implique c’est qu’il faut:

  1. agencer le cycle naturel d’énergie de son cerveau avec les bonnes tâches dans sa liste de tâches à compléter;
  2. créer des stratégies qui permettent de vaincre l’ennui en « automatisant » les tâches ennuyeuses;
  3. surmonter sa tendance à procrastiner en attaquant la source du problème;
  4. utiliser ses talents et forces naturels pour améliorer sa productivité;
  5. contrôler les obstacles à sa productivité, telles que les interruptions et les pertes de choses;
  6. utiliser une méthode pour mieux gérer sa vie de façon à ce qu’on s’engage et exécute ces activités qui sont importantes pour soi; et
  7. choisir des outils qui permettent de maximiser sa productivité et d’éviter les problèmes.

La chose la plus importante à retenir est qu’il faut reconnaître que d’essayer de compléter ses tâches de la même façon que les neuro-typiques ne mènent qu’au désastre et à la frustration. Il faut donc pratiquer la gestion de TOI en travaillant AVEC son cerveau et non contre lui.

Comment dévoiler votre TDAH au travail – partie 2

 

Dans la première partie de ce sujet je discutais de l’importance des questions à considérer avant de divulguer votre TDAH à votre employeur. Dans cette section, je vous transmets quelques idées sur comment parler à votre employeur à propos de votre TDAH afin que la discussion soit fructueuse.

Avant de parler à votre employeur, voici quelques questions qui vous aideront à clarifier vos idées:

  1. Quelles sont mes forces et talents?
    Nous en avons tous donc cherchez!
  2. Comment mon TDAH m’aide-t-il dans mon travail?
    Un client me disait qu’elle avait beaucoup d’énergie et que sa pensée non-conventionnelle étaient des atouts dans son travail. Un autre qui est vendeur expliquait que ses clients aiment travailler avec lui car il semble toujours être capable de résoudre les problèmes facilement. Un autre, une travailleuse sociale m’expliquait que son expérience avec le déficit d’attention lui permettait d’avoir plus de compassion pour ses clients.
  3. Comment le TDAH est-il un obstacle au travail?
    Difficulté à se concentrer, avec l’organisation, au perfectionnisme excessive …
  4. Pour quel problème en particulier ai-je besoin d’aide de l’employeur?
    Ne peux me concentrer à cause du bruit ou du va-et-viens autour de mon ère de travail, difficulté à m’organiser donc je perds beaucoup de temps à chercher mes choses, difficulté avec des distractions constantes surtout les courriels et le téléphone, ne peux organiser mon temps, etc.
  5. Quelles solutions est-ce que j’aimerais proposer?
    Cette solution t’aidera-t-elle ou devrais-tu rechercher une carrière différente? Quelle sera le coût de cette solution à mon employeur? Où peut-on y accéder?
    Avez-vous besoin que l’employeur paie les coûts du coaching, vous fournisse un accommodement quelconque, change quelque chose dans la façon de faire les choses lorsqu’il travail avec vous?
  6. Quels sont les bénéfices l’employeur tirera-t-il de vous aider? Pourquoi voudrait-il vous aider? Qu’est-ce que votre compagnie peut-elle en gagner de vous aider?
    Dans la majorité des cas, lorsque l’employeur aide un employé, il se retrouve avec un employé plus productif; par contre, quels sont les bénéfices de cette productivité accrue? Serez-vosu plus en mesure de compléter plus de mandats? Augmenterez-vous vos ventes? La qualité de votre travail s’améliorera-t-elle? Serait-il une occasion de régler un problème ou d’améliorer comment la compagnie fait les choses? Par exemple, une de mes clients qui a amélioré sa productivité, a pu aider ses collègues, tous des neuro-typiques, à améliorer leur productivité en étant un exemple pour eux.
Une fois ces questions répondues, rencontrez votre employeur en privé pour discuter d’une situation pour laquelle vous avez besoin de son aide. Je vous ai préparé un script pour vous inspirer
« J’ai récemment été diagnostiqué avec le déficit d’attention, qui est une différence neurologique. Mon déficit d’attention (qu’on appelle TDAH) est parfois un atout comme Avantages rencontrés dans la question 2. »« Par contre, il crée parfois des obstacles dans mon travail obstacles spécifiques de question 3 qui crée des difficultés à maximiser ma productivité. « 

« J’ai cherché et trouvé la ou les solution(s) en question 5 qui pourrait m’aider à régler le problème spécifique à la question 4. »

« Je crois qu’avec votre aide à accéder la solution proposée en question 6 je serais plus en mesure de bénéfice à l’employeur à la question 7. Je suis prêt à travailler fort pour atteindre mon objectif mais j’ai besoin de votre aide pour y accéder. »  

 

 

C’est toujours utile de connaître ses forces car on y retrouve la confiance nécessaire pour faire face à l’employeur. Soyez prêt à offrir de l’information sur la solution proposée afin d’éviter de devoir courrir après lui ou elle pour une deuxième rencontre.

Ça pourrait vous rassurer de savoir que lors du sondage que j’ai fait l’année passée, des 50% des adultes atteints du TDAH qui ont répondu qu’ils avaient mentionné leur déficit d’attention à l’employeur, 50% d’entre eux ont reçu les accommodements qu’ils avaient besoin. Aussi pertinent est le fait qu’avec la diminution de travailleurs disponibles sur le marché du travail les employeurs se disputent les travailleurs, surtout les travailleurs spécialisés, et donc plusieurs employeurs sont devenus plus ouverts à aider les employés qu’ils ont déjà afin qu’ils améliorent leur performance davantage.

C’est certain qu’il y a un risque à dévoiler son TDAH au travail. Même s’il existe un certain niveau variable de protection légale dans plusieurs parties du monde, il y a toujours le risque que vous ne serez pas traité avec dignité. C’est mon plus gros désir qu’un jour, la brume se lèvera sur le déficit d’attention et que vous n’aurez plus à craindre des répercussions de divulguer votre TDAH.

Comment dire au patron qu’on est atteint du TDAH – 1

English version

tdah au travail,adulte tdah,tdah

Voilà une question à laquelle je fais face souvent dans mon travail avec les adultes atteints du TDAH. Lorsque mes clients me demandent comment ils pourraient aborder le sujet du TDAH avec leur patron, je leur demande d’identifier ce qu’ils espèrent accomplir en divulgant à leur employeur qu’ils sont atteint du TDAH.

Lors d’un sondage que j’ai fais l’année passée, lorsqu’on demandait au participants du sondage, tous des adultes atteints du TDAH, pourquoi ils avaient ressenti le besoin de divulguer leur TDAH au travail, la majorité mentionnaient qu’ils avaient besoin d’accommodements ou d’aide spécialisée comme un coach de TDAH et que sans l’obtention de cette aide ils faisaient face à plusieurs obstacles importants au travail. Certains avaient divulguer en dernier recours puisque les problèmes au travail étaient tels qu’ils craignaient être licenciés.

Ceux qui n’ont jamais mentionné leur status de TDAH donnaient comme raisons qu’ils n’avaient pas besoins de le mentionner puisqu’ils géraient bien leur TDAH, d’autres sentaient que c’était un sujet privé et que leur employeur n’avait pas le droit d’être averti. Finalement, certains n’avaient pas mentionné leur TDAH car ils en avaient honte ou avaient peur de subir des conséquences négatives. Malheureusement certains qui avaient mentionné leur TDAH ont vécu la discrimination.

Lorsque les problèmes deviennent évidents au travail, qui semblent être causés par le TDAH, et qui requiert la divulgation du TDAH, il faut considérer les questions suivantes :

  1. Le problème et ses solutions peuvent-ils être mentionnés sans divulguer le TDAH?
  2. Quel est l’historique de la compagnie vis-à-vis ce genre de situation? Leur capacité de payer pour des accommodements?
  3. Comment estimez-vous votre valeur aux yeux de votre employeur? Quel est le taux de chomage dans votre industrie? Évidemment, si vous êtes une rare ressource avec un bon rendement il est moins probable que vous subirez des conséquences négatives lorsque vous demandez pour de l’aide.
  4. Quelle est VOTRE attitude vis-à-vis votre TDAH? Plusieurs adultes atteints du TDAH considèrent qu’ils souffrent d’une maladie mentale qu’ils doivent cacher; d’autres reconnaissent qu’il y a des aspects positifs et négatifs lorsqu’on est atteint du TDAH . Si vous êtes de la première catégorie, vous êtes plus apte à transmettre ces sentiments à votre employeur.

Le point que je cherche à faire n’est pas que vous cachiez avec honte votre TDAH; mais plus qu’il y a beaucoup d’information erronée et de jugement qui circulent sur le TDAH. Vous n’avez peut-être pas les moyens financiers ou le besoin d’être un martyr.  D’un autre côté, lorsque les gens qui vous entourent comprennent et acceptent les différences chez tous (que ce soit n’importe quelle différence) comme quelque chose de positif, ça peut être libérateur.

    C’est avec hâte que j’anticipe la journée lorsque vous pourrez parler de votre TDAH et que les personnes autour de vous comprendront les défis mais reconnaîtront que vous avez aussi des forces qui valent la peine d’être découvertes.

    Dans mon prochain article je vous donnerez ma réponse à la question: Comment dire au patron qu’on est atteint du TDAH.

    Les génies créatifs et l’exercice physique

    English version

    Dr. John Ratey, auteur des livres “Driven to Distraction” et “Delivered from Distraction”, et conférencier à la conférence du ADD Association qui a eu lieu à Minneapolis, Minnesota du 10 au 13 juillet 2008 expliquait les implications génétiques du TDAH chez l’adulte qui en est atteint. Plusieurs génies créatifs sont atteints du TDAH ou du moins ont les mêmes symptômes du TDAH, alors j’ai cru que cet article pourrait vous intéressé.

    Il faisait l’exposé des faits autour de l’importance de l’exercice physique pour surmonter les difficultés causées par le TDAH. Comme Dr. Ratey le mentionne, il y a plus de 10,000 ans, l’être humain devait marcher, courir ou sprinter en moyenne 10 à 14 miles par jour juste pour survivre. L’humain était chasseur et proie en même temps, et donc la survie appartenait à ceux qui pouvait courir et prendre des décisions impulsives plus rapidement que leurs proies et prédateurs. Ces capacités représentaient des avantages évolutifs pour les adultes atteints du TDAH. Cette capacité de bouger rapidement, ce besoin de bouger, et de prendre des décisions impulsives aidaient à la survie de l’espèce.

    Maintenant, les humains de l’ère moderne sont chanceux s’ils marchent ou courent 10 pas par jour. Le résultat est que les mêmes traits qui assuraient notre survie dans le passé, créent maintenant chez l’adulte atteint du TDAH un besoin de bouger qui n’est jamais satisfait. Ce qui résulte de notre train de vie sédentaire est que le TDAH est devenu un désordre.

    Afin de contrer cette tendance, Dr. Ratey prescrit l’exercice comme partie intégrale des solutions du TDAH. Il décrit plusieurs études convaincantes démontrant comment l’exercice physique n’aide non seulement les adultes et enfants atteints du TDAH mais qu’il est excellent pour le fonctionnement de notre cerveau parce qu’ :

    • Il augmente le flux sanguine en augmentant le nombre de vaisseaux sanguine dans le cerveau;
    • Il augmente la sécrétion des neurotransmetteurs responsables du TDAH : la norépinephrine et la dopamine
    • Avec le temps, votre corps crée plus de récepteurs, d’enzymes et de vaisseaux sanguins dans le cerveau;
    • Il aide à contrôler l’impulsivité parce que l’exercice allume le cerveau ;
    • Il réduit le nombre d’incidents disciplinaires à l’école.

    Son nouveau livre, Spark: The Revolutionary New Science of Exercise and the Brain, est disponible en anglais dans les librairies et décrit la recherché qui existe sur l’utilisation de l’exercice pour améliorer les fonctions exécutives et par ce fait même de réduire les effets du TDAH.
     

    Il recommande :

    • Trouver un exercice que vous aimez et rendez-le plaisant davantage
    • Engagez-vous auprès de vous-même ou d’autres à continuer à le pratiquer régulièrement
    • Sélectionnez des exercices qui représentent plus de défit au niveau de l’équilibre tel le karaté, la dance, le tennis, le volleyball,, etc.
    • Utilisez de la musique pour vous stimuler
    • Pratiquez un exercice qui vous permet de profiter du plein air aussi souvent que possible
    • Faites de l’exercice un rituel que vous pratiquez régulièrement

    En tant que coach de TDAH, je peux facilement conclure que mes clients qui ont le plus de succès dans la vie malgré le TDAH, sont souvent ceux qui adoptent un train de vie plus actif.

    Si vous n’avez jamais aimé faire de l’exercice ou que vous vous trouvez des bonnes excuses pour ne pas le faire, je vous lance le défi de trouver un exercice que vous aimez et commencez par de petits pas de bébés à le pratiquer et…

    Grouillez-vous!

    Le congrès sur le TDAH: faire des connexions

    English Version

    J’arrive du 13ème congrès sur le TDAH de ADDA (http://www.add.org) dont le thème était:  « Adult ADHD: People, Purpose and Passion », ou TDAH Adulte: Personne, Intention et Passion. Quelle fête!

    Pour les adultes atteints du TDAH, cette conférence vous permet d’accéder à des personnes-ressources (des experts dans plusieurs domaines) et des ressources tels que des livres, des programme, et des outils. L’accès à l’information offerte dans les différentes sessions et la motivation qu’offraient les conférenciers étaient d’une valeur importante, c’était aussi une occasion de voir et de rencontrer plusieurs modèles de succès avec le TDAH.
     
    En même temps, quoique les présentations des Drs. Ned Hallowell, John Ratey et Sari Solden valaient définitivement l’investissement et le voyage, elles n’étaient pas le plus gros trésor que l’on reçoit lorsqu’on participe à un tel événement. En tant qu’adulte atteint du TDAH vous utilisez sûrement beaucoup d’énergie juste pour répondre aux attentes des « neuro-typiques ». Éviter de faire des vagues et de froisser les autres est stressant, fatiguant et rempli de pièges.

    Maintenant imaginez-vous dans une salle avec 400 autres adultes atteints du TDAH (on espère qu’il y en aura d’autres l’année prochaine). Ils vous acceptent tel que vous êtes, vous permettant de faire des connexions avec d’autres qui vivent les mêmes situations que vous… la majorité de ces situations crées lorsqu’on essaie de rendre heureux les 90% de la population qui ne sont pas atteints du TDAH! Même ceux qui sont venus seuls à la conférence quittent ayant forgé des connexions avec d’autres adultes atteints du TDAH qui les acceptent et les comprennent. Voilà probablement où on tire le plus de valeur dans toute l’expérience du congrès de ADDA: la connexion avec d’autres qui vous comprennent. De parfais étrangers se sont réunis et ont partagé leurs expériences d’adultes atteints du TDAH sans danger d’être ridiculisé ou de faire un faux pas.

    Si souvent les adultes atteints du TDAH évitent les situations sociales de peur d’être jugé (souvent avec raison). C’est simplement trop stressant de s’inquiéter de faire quelque chose qui n’est pas socialement acceptable. Par contre, Dr. Hallowell (l’auteur de Driven to Distraction et Delivered from Distraction) mettait l’emphase sur l’importance d’être entouré de personnes qui vous connaissent, vous aiment et vous acceptent malgré vos imperfections. C’est important pour tous, mais essentiel pour les adultes atteints du TDAH d’avoir quelqu’un dans leur vie qui peut dire:

    « Je te connais et je t’aime malgré tout. »

    Si vous n’avez pas quelqu’un comme ça dans votre vie, ne lâchez pas! Et nous verrons l’année prochaine à la conférence de ADDA!

    Ne jouez pas le jeu du blâme

    English version

    jeu du blameSi vous souffrez d’un TDAH adulte vous avez probablement vécu plusieurs situations négatives; plus que votre part, même. Un vécu d’échecs, de honte et de frustration causé par le TDAH laisse souvent des cicatrices profondes comme une pauvre estime de soi et une tendance à ne pas se faire confiance ou à ne pas faire confiance aux autres. À un certain moment vous avez peut-être développé une façon de surmonter certains problèmes que j’appelle le jeu du blâme.

    Qu’est-ce que le jeu du blâme? C’est lorsque les choses ne vont pas et que, face à une situation désastreuse, vous passez au blâme, blâmant le patron, la situation, votre tendre moitié, les ressources qui n’étaient pas assez nombreuses, etc. Lorsqu’il n’y a personne à blâmer, vous jouez la version solitaire du jeu du blâme et vous blâmez vous-même. Vous n’êtes pas seul; tout le monde le fait et parfois vont jusqu’à payer un avocat pour les aider à jouer ce jeu.

    Le problème avec ce jeu est qu’il est plein de jugement et qui limite vos apprentissages. L’erreur est un élément important de l’apprentissage. Lorsque vous jouez le jeu du blâme vous vous privez d’une expérience où vous pourriez apprendre quelque chose d’important.

    Si, au lieu, vous évitez le blâme, vous apprendriez qu’il y a souvent une leçon à apprendre. Peut-être avez-vous une compétence à améliorer ou à acquérir, ou que vous devez prendre des étapes pour éviter la situation dans le futur ou encore, une approche différente aurait été meilleure. Vous savez maintenant ce qui ne fonctionne pas!

    Même si on vous a fait du tord évitez de jouer le jeu du blâme car il n’est pas productif et vous garde en mode « victime ». Il n’accomplit rien sauf vous garder là où vous êtes au lieu d’avancer vos objectifs.

    Donc, lorsque vous êtes tenté de jouer ce jeu, ne le faites pas. Et demandez-vous:

    1. Qu’ai-je appris de cette situation qui pourrait me servir plus tard?
    2. Qu’ai-je appris sur moi à cause de la situation?
    3. Que dois-je faire pour avancer?

    et puis faites-le simplement.