Bonne journée des « Lâcheurs »! Et maintenant, que faire?

Je suis curieuse : à quoi aspirez-vous cette année? Avez-vous un plan pour y arriver? Les résolutions du Nouvel An sont populaires, mais elles ne sont pas très efficaces. Si vous avez adopté une résolution du Nouvel An, il est fort probable que vous l’ayez déjà abandonnée. En fait, le 12 janvier, vous pouvez souhaiter « Bonne journée des lâcheurs »! Des études ont démontré qu’il s’agit du point critique : ce jour-là, la majorité des gens ayant pris des résolutions du Nouvel An les ont déjà abandonnées.

Ne vous sentez pas mal si vous avez abandonné votre résolution. Certaines personnes ont renoncé à la croissance personnelle. Elles sont tellement découragées qu’elles ont abandonné l’idée d’essayer de devenir une meilleure version d’elles-mêmes. Elles ont peur de se leurrer et de tromper ceux qui les entourent. Nous voulons tous que cette nouvelle année soit meilleure que l’année dernière, mais les nouvelles résolutions sont un moyen inefficace d’y arriver. Si vous êtes frustré par tout le processus de résolution, je ne vous en veux pas.

Les résolutions typiques du Nouvel An n’ont aucune chance d’être maintenues pour les raisons suivantes :

  • Elles sont irréalistes. Nouvelle de dernière heure : vous ne pouvez pas changer toutes vos mauvaises habitudes d’un seul coup, même si c’est une nouvelle année!
  • Elles ne sont pas durables. S’entraîner deux heures chaque soir n’est pas possible. Même les athlètes olympiques se permettent des jours de congé.
  • Elles manquent de chair. Une résolution ne peut pas fonctionner seule : vous avez besoin d’un plan pour savoir comment vous la maintiendrez.
  • Elles créent une situation où l’on vit la réussite ou l’échec, sans possibilité de nuance. Personne n’obtient des résultats idéaux du premier coup. Vous devez être libre de faire des erreurs, d’apprendre de ces erreurs et d’ajuster votre approche.

Alors, au lieu des résolutions du Nouvel An, que pouvez-vous faire?

  • Identifiez ce que vous voulez réaliser. Ensuite, assurez-vous de bien comprendre pourquoi c’est important pour vous. Concentrez-vous sur le « pourquoi » pour vous motiver.
  • Énoncez votre objectif comme si cela se produisait déjà. Dites : « Je prends des mesures pour augmenter les ventes de 50 %. » C’est beaucoup plus puissant que de dire : « Je veux augmenter les ventes cette année»
  • Créez une nouvelle habitude qui vous aidera à atteindre votre objectif. Pour augmenter les ventes, vous pouvez augmenter le nombre d’appels de vente chaque semaine. Vous pouvez publier un nouvel article chaque semaine sur votre blogue et l’annoncer sur les réseaux sociaux pour être plus à l’écoute de vos clients. Vous pourriez également assister à un nouvel événement de réseautage chaque mois. Ce ne sont que quelques exemples d’habitudes.
  • Commencez par de petites étapes. Les changements radicaux causent trop de stress, car ils vous éloignent de votre zone de confort. Commencez petit et faites des pas en avant, ce qui vous permettra de sortir de votre zone de confort, mais pas trop. Au fur et à mesure que vous vous sentez plus à l’aise, augmentez les enjeux.
  • Voir « l’échec » comme une occasion d’apprendre. Puis, ajustez votre plan. N’abandonnez pas, apportez de petits changements à vos habitudes.
  • Récompensez-vous. Soyez conscient de ce que vous avez accompli. Ne perdez pas d’énergie en vous inquiétant de ne pas réaliser ce que vous espériez. Célébrez même les petites victoires. Être un chef de projet dur ne vous aidera pas à atteindre de plus grands objectifs. Célébrer augmente votre énergie et offre une expérience que vous voudrez répéter. Lorsque vous célébrerez vos progrès, vous voudrez continuer, ce qui vous motivera davantage.
  • Commencez maintenant! N’attendez pas que tout soit parfait pour commencer. Rien ne changera jamais, car les choses ne sont jamais parfaites. N’attendez pas d’avoir le temps. Prenez le temps.

Soyez heureux, peu importe ce qui se passe. Si vous atteignez vos objectifs, célébrez! Si vous n’atteignez pas vos objectifs, vous efforcer de les atteindre vous aura déjà changé en mieux.

Et maintenant, dites-moi, quelle habitude allez-vous essayer d’adopter cette année? Écrivez-les dans le champ commentaire. Et j’en profite pour vous souhaiter une bonne et heureuse année!

Dire « Non! » pour dire « Oui! » au meilleur de vous

Par Linda Walker

Au cours des derniers mois, je suis passée plutôt incognito et je me suis faite un peu moins présente, mais il y a une bonne raison à cela. Il y a tellement de choses merveilleuses qui se sont passées en même temps. Jennifer, ma fille aînée, a donné naissance à son troisième enfant. Je souhaitais être là pour elle, et elle n’habite pas à côté de la porte (elle demeure à Regina, en Saskatchewan). Par ailleurs, Kyrie, ma cadette, s’est mariée dans ma cour arrière!

J’ai également eu des occasions d’affaires très intéressantes qui se sont présentées à moi. Je me suis fait proposer de participer à un programme de conférence qui me permettrait de percer un nouveau marché. J’ai tissé des liens avec la merveilleuse femme responsable de ce programme de conférences. J’aimais son énergie, et nous partageons toutes deux les mêmes valeurs. Lorsqu’elle m’a offert une plage horaire, j’ai immédiatement sauté sur l’occasion. Oh, et est-ce que je vous ai mentionné que lance également mon programme « Planifier pour réussir », qui commencera cet automne!

Dire « Oui! » à tout!

C’était excitant! Il y avait tant de choses fantastiques qui arrivaient en même temps que j’avais envie de dire oui à tout! Bien entendu, je me sentais déchirée entre tous ces projets, à essayer de tout faire, et je me serais rapidement retrouvée débordée. Oui, ça m’arrive également. Lorsque je me suis assise pour planifier mon été, j’ai réalisé que j’avais beaucoup trop d’engagements.

Je devais préparer une vidéo de présentation pour le programme de conférences. Et je devais faire la promotion de cette conférence pendant l’été, jusqu’au début de l’automne. J’avais déjà prévu être chez ma fille aînée pendant plusieurs semaines au mois de juillet afin de lui donner un coup de main avec mes deux petits-fils. Bien entendu, tout en faisant tout cela, je devais organiser le mariage de ma cadette. Je devais gérer les rénovations, le jardinage et tous les petits détails du mariage (sur deux fuseaux horaires!) Alors que j’écris ces lignes, j’en ai des palpitations! Je savais que j’étais dans le trouble.

Il est difficile de dire « Non! »

Ce que j’ai fait ensuite a été l’une des choses les plus difficiles. J’ai fait un choix : j’ai décidé de consacrer mon été aux aspects familiaux uniquement. Afin d’être à mon meilleur cet été (posée, calme, et capable d’apprécier chaque moment), j’ai été dans l’obligation de laisser aller certains engagements. J’ai communiqué avec la dame qui m’avait offert l’occasion de participer à ses conférences. Je lui ai expliqué ma situation. Je lui ai mentionné que je ne pourrais pas participer cette année. Avec tout ce qui m’attendait, je ne serais pas en mesure d’offrir le meilleur de moi-même. Je lui ai expliqué que je croyais qu’elle méritait le meilleur de moi, et que je serais heureuse de pouvoir me joindre à elle l’année prochaine. Elle s’est montrée très compréhensive et nous avons décidé de demeurer en contact pour l’année prochaine.

Les avantages de faire des choix

J’ai passé trois semaines fabuleuses avec mes petits-fils (Evan, âgé de cinq ans et Peter, âgé de deux ans). Et j’ai été présente pour accueillir ma petite-fille Mila dans notre famille. Puis, je suis rentrée à la maison pour organiser un merveilleux mariage chaleureux pour ma fille Kyrie. Même si j’ai dû dire non à certains engagements, il y a tout de même des moments où je me suis sentie débordée. Toutefois, le fait de dire non m’a permis de dire oui à ces fabuleux projets familiaux et de dire oui à ma famille et à moi-même. J’ai été en mesure d’apprécier chaque moment puisqu’aucun autre engagement ne s’est placé au travers de mon chemin.

Les leçons que j’ai apprises

Les génies créatifs se sentent souvent débordés parce qu’ils disent « Oui! » à beaucoup trop de choses. Vous vous emballez. Vous voulez aider. Vous avez des idées géniales. Toutes les « occasions d’une vie » se présentent en même temps. Vous avez peur de dire « Non! ». Peu importe la raison, vous avez tendance à prendre trop d’engagements. Par contre, se donner occasionnellement le droit de dire « non » vous permet d’apprécier les choses auxquelles vous avez dit « oui ». Vivre une vie qui vaut la peine d’être vécue nécessite de faire des choix. Lorsque vous avez le courage de faire ces choix, vous en récolterez des avantages. Vous pourrez profiter des choses auxquelles vous avez dit oui. Et vous ne serez en mesure de faire de bons choix que si vous avez pris le temps d’avoir une bonne vue d’ensemble. Je n’aurais jamais été capable de prendre les bonnes décisions si j’avais utilisé une liste inutile de choses à faire.

L’ingrédient magique pour votre couple de génies créatifs

par Linda Walker

Le TDAH et ses ravages sur notre relation

Duane et moi vous avons fait part de notre histoire à plusieurs reprises. Nous sommes ouverts à parler des difficultés que nous avons connues au cours de nos 15 premières années de mariage. Nous ne nous censurons pas, car nous voulons que vous compreniez que nous sommes passés par les mêmes choses que vous. Mais nous sommes également heureux de dire que nous sommes toujours mariés après 34 ans. Nous voulons vous donner espoir.

Ces 15 premières années ont été particulièrement difficiles. Nous étions dans un véritable gouffre financier. Duane était incapable de suivre le rythme. Je ne suis pas atteinte de TDAH, alors je me retrouvais avec le fardeau de faire tout ce que Duane ne parvenait pas à faire. Et laissez-moi vous dire qu’il y avait beaucoup de choses qu’il ne parvenait pas à faire. (Parfois, j’étais convaincue que c’étaient des choses qu’il ne voulait pas faire!) Nous étions tous deux extrêmement stressés et cela nuisait à notre relation de couple : nous nous chicanions continuellement!

Les gens croient que notre relation s’est transformée après que Duane soit allé chercher de l’aide pour son TDAH. Ils croient qu’une fois qu’il a été « réparé », nous avons commencé à voguer sur des flots tranquilles. Bien entendu, lorsque Duane est allé chercher de l’aide, cela a permis de réduire la tension qu’il y avait au sein de notre couple. Toutefois, ce n’était pas ce qui allait sauver notre mariage. Nous avions besoin d’un petit quelque chose de plus. Heureusement, nous avons trouvé l’ingrédient manquant, et cela nous a permis de transformer notre mariage d’enfer en une vie de couple heureuse.

Quel est cet ingrédient secret?

L’empathie, qui était tout simplement absente au sein de notre couple. Nous avons découvert que nous n’écoutions pas ce que l’autre avait à dire. Aucun de nous deux ne comprenait à quel point nous avions beaucoup en commun. Nous nous sentions seuls et blessés. Ce n’est que lorsque nous avons commencé à « écouter » que nous avons été capables de comprendre le point de vue de l’autre. Une fois que nous avons été capables de comprendre le point de vue de l’autre, nous avons été capables de renforcer notre relation.

L’empathie est la capacité à voir les choses du point de vue de l’autre. Nous disons souvent : « mets-toi dans les souliers de l’autre ». Voir le monde d’un autre point de vue est souvent la seule façon de comprendre ce qui se passe. Lors de nos nombreuses chicanes (où nous ne faisions que crier), nous crachions notre colère et notre douleur envers l’autre.

Nous ne nous écoutions pas parce que nous étions trop occupés à avoir raison. Lorsque vous écoutez, faites-le pour comprendre l’autre. N’écoutez pas seulement dans le but de préparer votre réplique. Voilà ce qu’est « l’empathie ». Est-ce qu’il s’agit également de l’ingrédient manquant dans VOTRE relation?

 

Encore un air de déjà vu

par Linda Walker

Vous vous souvenez du film Le jour de la marmotte? Dans ce film, Bill Murray ne cesse de vivre la même journée, encore et encore. Avec l’arrivée d’un autre mois de février, je me suis souvenu la fréquence à laquelle les adultes atteints du TDAH revivent les anciens problèmes liés au TDAH auxquels ils ont été confrontés toute leur vie. C’est comme si vous ne cessiez de refaire les mêmes actions, en espérant que le résultat sera différent chaque fois.

En ce jour de la marmotte, pourquoi continuez-vous de revivre ces mêmes problèmes? Si cette situation vous fait penser à la vôtre, c’est peut-être parce que vous avez l’impression d’être bloqué et que vous ne faites aucun progrès. Bien entendu, si vous ne faites que rejouer la même scène encore et encore, toujours de la même façon, et que, bien entendu, vous obtenez toujours les mêmes résultats non désirés, vous êtes inévitablement dans une impasse!

Aujourd’hui, c’est peut-être le jour où vous avez compris que, si vous souhaitez obtenir un résultat différent, vous devez changer certaines choses. Et si vous êtes prêt à apporter ces changements, par où devrez-vous commencer?

Plusieurs adultes atteints du TDAH et autres génies créatifs ont de la difficulté à gérer leur vie au quotidien.

Combien de fois vous est-il arrivé de franchir la porte à la dernière minute pour vous rendre à un rendez-vous important, puis de vous retrouver à crier après les conducteurs autour de vous, car ils semblent vous ralentir? Combien de fois vous est-il arrivé de chercher vos clés, votre portefeuille ou votre passe d’autobus? Combien de fois vous êtes-vous promis de prendre le temps de vous asseoir et de travailler sur l’avancement de votre entreprise, pour finir par réaliser que vous regardez des vidéos de chats sur YouTube depuis une heure?

Chaque fois que vous vous trompez, vous vous promettez de ne jamais répéter cette erreur à nouveau. Mais, le jour suivant, vous le faites encore. Chaque fois que vous répétez la même erreur, vous vous réprimandez pour votre manque de discipline. Chaque fois que vous répétez ce même cycle, vous détruisez un peu plus votre confiance en vous, vous convainquant que si vous aviez simplement plus de volonté, vous pourriez changer. Bien vite, vous croyez que vous êtes simplement voué à l’échec, que vous n’avez pas autant de volonté que les autres et que, par conséquent, vous ne serez jamais capable de changer.

Cela est tout simplement faux. Vous revivez les mêmes problèmes non pas parce que vous manquez de discipline, mais plutôt parce que vous ne parvenez pas à planifier afin de régler le problème à la source. Et ce n’est pas un manque de volonté qui est à la source du problème.

N’aimeriez-vous pas que votre vie soit comme une nouvelle aventure, une vie où toute la m***e serait réglée?

Voici une stratégie pour y arriver : comme mon mari le dit toujours :

« Ne résolvez pas le problème une fois, résolvez-le une bonne fois pour toutes. »

La première étape pour y arriver consiste à prendre du temps pour réfléchir au problème en question

Pensez aux étapes que vous suivez pour atteindre le résultat actuel (ce que l’on appelle une routine). Vous obtenez vos résultats actuels en effectuant une série d’actions, et ces actions sont les mêmes chaque fois. Ensuite, pensez aux résultats que vous souhaitez obtenir et comparez-les aux résultats que vous obtenez actuellement : quel est l’écart? À quel point êtes-vous prêt ou loin de l’atteinte des résultats escomptés?

Déterminez la source du problème

Pourquoi partez-vous toujours à la dernière minute? Est-ce que c’est parce que vous vous levez trop tard? Est-ce que c’est parce que vous commencez quelque chose le matin, qui vous fait perdre la notion du temps? Est-ce que vous cherchez quels vêtements porter? Passez-vous trop de temps à chanter sous la douche afin de vous pratiquer pour votre audition à La Voix?

Identifiez la solution que vous adopterez

À la suite de votre analyse, vous déterminez que vous passez trop de temps à lire et à répondre à vos courriels. Quelle est la solution? Vous pouvez décider de ne pas ouvrir vos courriels le matin, ou bien de régler une minuterie pour limiter le temps que vous passerez à les lire, puis décider de répondre aux courriels urgents uniquement. Vous pourriez également vous lever plus tôt.

Mettez cette solution par écrit

Ensuite, mettez par écrit ce que vous avez décidé de faire, car fortes sont les chances que vous oublierez. Vous pouvez créer un carnet de notes dans Evernote, puis y inscrire vos notes. N’oubliez pas d’ajouter un élément déclencheur qui vous remémorera votre nouveau plan. Il peut s’agir d’une note papier ou d’une note électronique qui s’affichera lorsque vous mettrez votre ordinateur en marche, ou encore un rappel visuel que vous pourrez laisser sur votre ordinateur (un troll ou autre petite figurine du genre, par exemple), ou bien demandez à quelqu’un de vous le rappeler. Toutefois, je ne suis pas en faveur de demander à quelqu’un de vous rappeler ce que vous avez à faire, car si cette personne oublie, vous vous retrouverez dans une situation non productive où le blâme prendra toute la place.

Apportez des modifications

Ensuite, testez votre plan : prenez du temps, à la fin de la journée, pour déterminer l’efficacité de ce que vous avez essayé, apportez les modifications nécessaires au besoin, puis réessayez-le.

Cinq stratégies pour les génies créatifs qui feront de cette nouvelle année votre meilleure année à ce jour

Voilà une autre année qui s’est achevée. Ressentez-vous de la frustration? Êtes-vous aux prises avec les mêmes difficultés que celles que vous aviez il y a un an? Nous avons tous tendance à nous blâmer lorsque nous ne réussissons pas à nous « améliorer ». Changer, ce n’est pas facile. Vous devez être conscient des changements qui doivent être apportés. Puis, vous devez prendre la décision d’apporter ces changements. Vous devez passer à l’action. C’est pourquoi je vous présente ici cinq stratégies qui vous permettront de faire de cette nouvelle année votre meilleure année à ce jour.

  • Développez une multitude de routines et de rituels. Apportez de la constance dans votre vie en créant des points d’ancrage et du soutien. Vous aurez encore beaucoup de liberté pour créer, innover et être spontané. Vos « points de repère » vous permettront de remarquer vos progrès, vous donneront des indices lorsqu’il est temps de prendre soin de vous, et ainsi prévenir le chaos.

    Plusieurs génies créatifs ne croient pas être capables de créer des routines ou des rituels. Avez-vous déjà essayé de mettre en place des routines, mais avez connu l’échec? Est-ce que la simple idée d’adopter une routine vous rend malade? Craignez-vous que les routines anéantissent votre créativité et votre spontanéité? La création et la mise en place de routines ne rendront pas votre vie ennuyante. Cela permettra de réduire le chaos. Il vous faudra moins de temps pour effectuer les tâches que vous trouvez ennuyantes. Puis, vous pourrez ensuite faire des tâches que vous aimez et qui vous allument.

    Vous ne serez pas complètement libre tant que vous n’aurez pas mis vos routines en place. Les routines vous permettent d’avoir du temps et de l’énergie pour profiter du reste de votre vie.

  • Contrairement à la croyance populaire, votre cerveau est mieux que la normale. Il fonctionne plus rapidement, il est plus créatif et il est énergique. Le problème, ce n’est pas la façon dont votre cerveau fonctionne, mais plutôt les difficultés qui le freinent. Le Dr Ned Hallowell le compare à un moteur de Ferrari monté sur des freins de vélo. Pour fonctionner à son meilleur, votre cerveau a besoin de soins particuliers.

    Chaque nuit, dormez suffisamment pour être bien reposé. C’est non négociable.

    Buvez de l’eau : votre cerveau fonctionne mieux lorsque vous êtes bien hydraté. Les effets sont presque instantanés et ils sont remarquables.

    Vous devez faire de l’exercice chaque jour. L’exercice cardiovasculaire est essentiel pour que votre corps soit en forme. Plus important encore : l’exercice permet de sécréter les hormones dont votre cerveau a le plus besoin.

    Votre cerveau se nourrit de glucose. Ne sautez pas de repas. Mangez des aliments sains, faibles en glucides et riches en protéines. Pour fonctionner de façon optimale, la quantité de glucose dont votre cerveau a besoin est étonnante. Mais prenez garde puisque les aliments riches en glucides simples offrent une grande quantité de glucose mais à un rythme saccadé. Ils ne vous aident pas à concentrer… ils vous donnent plus de difficultés.

  • Toujours travailler sans vous amuser rend votre cerveau amorphe. La plupart d’entre nous passent la journée devant un écran. Nous travaillons à l’ordinateur. Nous passons nos soirées à regarder la télévision ou à jouer à des jeux vidéo. Chaque fois que nous avons une minute de libre, nous allons sur notre téléphone intelligent pour naviguer sur internet ou pour consulter les médias sociaux.

    Vous êtes un génie créatif. Les génies créatifs ont besoin d’une vraie vie pour se manifester! Cessez de vivre à travers les publications des autres sur les médias sociaux. Réveillez votre cerveau en activant votre corps. Allez vous promener en nature. Rencontrez des gens. Faites des activités qui éveillent votre créativité. Créez quelque chose! Dessinez. Cuisinez un repas. Tricotez un foulard. Construisez une bibliothèque. Ce que vous faites n’est pas important, tant que vous aimez ce que vous faites. Laissez votre créativité s’exprimer!

  • Développez vos forces et vos passions. Faites-le avec intention. Faites-le chaque semaine. Identifiez vos cinq forces principales, pas plus. Choisissez une activité qui fera appel à une ou plusieurs de vos forces. Faites en sorte de l’intégrer dans votre vie. Cela pourrait signifier que vous deviez laisser tomber une activité. Il se peut que vous deviez même faire appel à votre famille pour obtenir de l’aide.

    Préparez-vous, car vous ferez face à beaucoup de résistance lorsqu’il est question de changement. Inscrivez-vous à un cours, trouvez un mentor ou joignez-vous à une équipe. Assurez-vous que ce changement fasse partie intégrante de votre vie.

    Une fois que vous l’avez fait, refaites-le. Vous saurez que vous avez terminé lorsque tout ce que vous faites fait appel à vos forces et vos passions. (Bon, d’accord, vous n’aurez jamais terminé, mais c’est amusant d’essayer!)

  • Apprenez à travailler avec votre cerveau plutôt que contre celui-ci. Plusieurs génies créatifs adoptent des stratégies conçues pour les personnes neurotypiques. Malheureusement, ces stratégies neurotypiques ne fonctionnent pas toujours pour les génies créatifs. Votre cerveau a des connexions qui lui sont uniques, alors vous devez adopter des stratégies différentes.

    Comment réussir à travailler avec votre cerveau plutôt que contre celui-ci? Vous devrez être sensibilisé à la façon dont vous travaillez le mieux. Plusieurs génies créatifs ne savent pas à quel moment ils réussissent à se concentrer de façon optimale. Tant que vous ne comprendrez pas comment fonctionne votre cerveau, vous ne pourrez utiliser votre temps de façon optimale. Une fois que vous le saurez, vous pourrez créer les conditions idéales pour vous concentrer, et ainsi être plus productif. Vous pourrez faire les choses adéquatement au travail et à la maison, et avoir du temps et de l’énergie pour vivre une vie extraordinaire.

Vous êtes un génie créatif entouré de personnes neurotypiques. Les règles de la société fonctionnent pour les personnes neurotypiques. Adoptez ces cinq stratégies et vivez une vie comme vous l’entendez. Célébrez la personne que vous êtes. Vous avez un potentiel inégalé. Ces petits ajustements permettront de créer les conditions qui libéreront le génie créatif qui sommeille en vous.

Comment éviter de se sentir éparpillé

Si vous avez déjà eu la chance d’observer un colibri (aussi appelé oiseau-mouche), vous avez sans doute remarqué qu’il vole de fleur en fleur à toute vitesse.  En fait, maintenant que j’y pense, je crois que je n’ai jamais vu un colibri se poser sur quoi que ce soit. Les colibris semblent être en vol continuellement. Plusieurs génies créatifs, surtout ceux qui sont atteints du TDAH, sont comme des colibris : ils passent constamment d’une tâche à une autre. Ils me disent souvent : « J’excelle dans le multitâche ». Ils croient qu’ils réussissent à accomplir des choses, car ils ont l’impression d’être « occupés », mais sont-ils réellement productifs?

Lorsque vous passez d’une tâche à une autre, vous perdez une certaine productivité en raison du temps et de l’énergie investis dans la transition, nécessitant que vous « fermiez de dossier dans votre cerveau » puis que vous plongiez à fond dans votre nouvelle tâche. Si vous répétez ce processus de transition à plusieurs reprises dans une journée, vous perdez beaucoup de temps et d’énergie, surtout lors vos périodes de rendement maximal, où votre niveau d’énergie mentale est à son meilleur. Vous pouvez perdre jusqu’à 20 ou 30 minutes de productivité par heure en passant simplement d’une tâche à une autre.

À la fin d’une journée de huit heures de travail, vous avez perdu beaucoup de temps de productivité et vous laissez plusieurs tâches inachevées dans votre tourbillon étourdissant. Par conséquent, vous ne pouvez ressentir le plaisir d’avoir réellement accompli quelque chose au cours de votre journée. Je ne veux toutefois pas dire que l’effet colibri du TDAH et de l’esprit de génie créatif n’a pas sa place. En fait, au cours des périodes où votre niveau d’énergie mentale est bas, mais que votre niveau d’énergie physique est relativement élevé, il peut être bénéfique de passer d’une tâche à l’autre. Malheureusement, la plupart des génies créatifs ne remarquent même pas leurs niveaux d’énergie mentale, et s’ils ne les remarquent pas, ils sont incapables d’optimiser ces niveaux d’énergie. Cela les mène ainsi à une faible productivité et à une sensation de fatigue.

C’est d’ailleurs une des raisons pourquoi je travaille en priorité cet aspect avec mes clients. Cette approche est si bénéfique que j’ai même développé le programme Canaliser son énergie pour atteindre son plein potentiel, un programme de coaching de groupe que j’offrirai de temps à autres sur la façon d’utiliser votre énergie afin d’obtenir des résultats optimaux.
Vous souhaitez éviter les aspects négatifs de l’effet colibri de votre cerveau de génie créatif (et ainsi doubler votre productivité)?

  • Prenez bien soin de votre cerveau en adoptant un mode de vie sain et adapté à votre cerveau de génie créatif (je sais que je peux vous faire penser à votre mère en disant cela, mais vous avez besoin d’un nombre suffisant d’heures de sommeil, de faire de l’exercice et de manger de bons aliments).
  • Soyez attentif et identifiez vos périodes d’énergie mentale et d’énergie physique (oui, vous pouvez vous concentrer plus de 15 à 20 minutes à la fois).
  • Créez un « schéma » de vos niveaux d’énergie et faites-les correspondre à vos activités afin de profiter pleinement de vos niveaux d’énergie mentale et physique.
  • Déterminez quelle est la meilleure approche pour optimiser votre investissement d’énergie ainsi que vos moments de concentration.
  • Suivez les « instructions » que vous avez créées pour maximiser votre cerveau (c’est comme améliorer une voiture de course déjà à son maximum) et observer votre productivité prendre son envol!

Une leçon sur nos forces à l’image d’un petit garçon de 4 ans

Les quatre générations de notre famille ont passé une semaine, ensemble, dans un coin reculé du Québec. Ma fille aînée, son mari et nos deux petits-fils (Evan, âgé de 4 ans et Peter, âgé de 20 mois) habitent à Regina, en Saskatchewan. C’est à une distance de 2850 kilomètres, donc nous ne pouvons pas nous voir aussi souvent que nous le voudrions. Toute la famille s’organise pour se réunir d’une à deux fois par année.

Ils me manquent terriblement, alors je chéris chaque moment que je peux passer avec eux. J’étais emballée à l’idée que le chalet que nous avions loué mettait à notre disposition deux kayaks. Le premier matin, je me suis levée tôt et, après le petit déjeuner, j’ai sauté dans le plus gros kayak. Je n’avais fait de kayak que deux fois auparavant, mais je suis plutôt habile et j’ai aimé cette activité dès l’instant où j’en ai fait. À mon plus grand bonheur, Evan, mon petit-fils le plus âgé, a démontré de l’intérêt et une habileté pour le kayak : il pratique le kayak comme un poisson nage dans l’eau. C’était une activité qui allait créer un lien entre nous.

La facilité qu’Evan avait à apprendre à faire du kayak a d’ailleurs inspiré cet article. Il démontrait une telle aptitude pour ce sport qu’il était remarquable à voir aller. Les gens se font souvent demander quelles sont leurs forces, alors je me suis dit que j’utiliserais mon expérience avec Evan et le kayak pour vous présenter les cinq caractéristiques d’une force. Peut-être est-ce que cela vous aidera à identifier les vôtres!

Vos forces pavent la voie vers votre réussite

Un des éléments clés pour devenir un génie créatif accompli consiste à travailler le plus possible en fonction de vos forces. Toutefois, vous pensez probablement que c’est plus facile à dire qu’à faire. Mes clients me disent souvent qu’ils sont trop occupés à corriger leurs erreurs qu’ils ont bien peu de temps à dévouer à l’identification et au développement de leurs forces.

La bonne nouvelle est qu’il faut beaucoup moins de temps pour amener vos forces à un haut niveau qu’il n’en faut pour améliorer vos faiblesses, et ce, même si vous n’essayez d’atteindre que la médiocrité! Si vous prévoyez quelques heures par semaine pour travailler au développement de vos forces, vous obtiendrez des résultats étonnants rapidement.

Tout d’abord, vous devez identifier quelles sont vos forces. Plusieurs génies créatifs sont incapables de reconnaître la singularité de leurs forces. Lorsque vous découvrez quelque chose dans laquelle vous excellez, et que cela vous vient facilement, vous pensez automatiquement que ce doit être simple pour tous. Peut-être vous êtes-vous battu si longtemps qu’il vous est difficile d’imaginer que vous pourriez être meilleur que d’autres personnes. Ou peut-être est-ce parce que vous n’observez pas suffisamment les autres que vous ne remarquez pas que la plupart des gens ont de la difficulté à faire une tâche ou une activité dans laquelle vous excellez.

Peu importe la raison, je vous invite à utiliser une approche différente. Lorsque vous effectuez quelque chose facilement, dites-vous que c’est peut-être une force. Puis, prouvez-vous qu’il s’agit bel et bien d’une force. Vous pouvez y arriver en étant à l’affût des caractéristiques particulières qui suivront.

Reconnaissez vos forces

Le premier signe qu’Evan avait une aptitude pour le kayak est qu’il a aussitôt eu de la facilité lorsqu’il s’y est mis. Comme la plupart des petits garçons, Evan peut parfois être maladroit. Toutefois, pour le kayak, il a démontré une grande rapidité d’apprentissage.  En seulement 5 minutes, et avec un petit peu d’instructions, il pagayait sur le lac comme quelqu’un qui fait du kayak depuis des mois. Et il a appris chacune des nouvelles techniques plutôt rapidement.

La deuxième caractéristique d’une force est que vous souhaitez ardemment faire quelque chose. Dès l’instant où il a posé ses yeux sur le petit kayak, et qu’il m’a vu à bord du plus gros, il a voulu en faire l’essai. Je sais que ce n’est inhabituel pour un enfant de quatre ans (ceux-ci ont habituellement une curiosité sans frontières à cet âge), mais chaque fois qu’il en avait l’occasion, Evan souhaitait faire du kayak. Il souhaitait également en apprendre toujours plus. Il  m’observait, puis il me demandait comment je faisais chaque coup de pagaie, puis il faisait un essai. C’est d’ailleurs ce qui m’amène à la troisième caractéristique.

Evan voulait faire du kayak chaque fois qu’il en avait l’occasion, et il souhaitait toujours apprendre de nouvelles techniques pour s’améliorer. Son intérêt était constant, et il était confiant lorsqu’il essayait une nouvelle technique, n’ayant pas peur de faire des erreurs. La plupart des enfants de quatre ans perdent rapidement de l’intérêt pour les choses et se frustrent rapidement lorsqu’ils ne réussissent pas du premier coup. Toutefois, Evan semblait comprendre qu’il finirait par « y arriver », alors il voulait continuer à travailler pour améliorer ses aptitudes.

Evan ne visait que l’excellence, soit une quatrième caractéristique d’une force. Il me demandait continuellement de le corriger et il suivait mes conseils à la lettre, cherchant à améliorer sa technique pour pagayer, ou d’autres techniques, comme arrêter, tourner, embarquer et débarquer.

Finalement, il en a retiré un immense sentiment de satisfaction, soit la cinquième caractéristique d’une force. Il s’est également beaucoup amusé.

Comment transposer cela dans votre vie?

En tant qu’adulte, nous sommes souvent curieux à l’idée d’essayer de nouvelles choses, mais nous sommes bien souvent hésitants. Nous avons peur de nous ridiculiser si nous n’y arrivons pas du premier coup. Malheureusement, la seule façon d’y arriver consiste à changer votre façon de penser. Se soucier de ce que les autres penseront vous empêche bien souvent de vivre des expériences fantastiques.

Je vous encourage à tenter de nouvelles expériences. Vous ne savez pas ce qui vous amènera à découvrir une nouvelle force. Ne passez pas à côté d’une belle occasion… et ce, peu importe si c’est relatif à votre vie personnelle ou professionnelle. Chaque force pourra vous aider dans votre carrière… mais ce n’est pas comme si Evan ou moi allions faire carrière en kayak. Toutefois, des expériences et des activités gagnantes et que vous appréciez rendront votre vie beaucoup plus agréable. Elles vous permettront également d’améliorer votre niveau de confiance, ce qui vous aidera dans tous les domaines de votre vie.

S’il y a quelque chose que vous souhaitez ardemment essayer, trouvez un moyen d’y arriver :

  1. Demandez à un ami qui pratique cette activité s’il ne pourrait pas vous la faire essayer.
  2. Suivez un cours d’introduction ou un cours en ligne à ce sujet.
  3. Lisez à ce sujet.

Si une activité est facile pour vous, ne pensez pas : « si c’est facile pour moi, c’est sûrement aussi facile pour les autres ». Prouvez-vous qu’il s’agit bel et bien d’une force :

  1. Est-ce que vos aptitudes se développent rapidement comparativement aux autres? Que pourriez-vous apprendre de plus pour être encore plus performant? Faites-le.
  2. Pratiquez, puis observez la satisfaction que vous en retirez.
  3. Est-ce que vous performez toujours aussi bien chaque fois?

Pour apprendre à faire vos propres règles qui vous permettent de prendre avantage de vos forces, demandez pour Les 3 principales astuces de la productivité pour génies créatifs

Dans le champ de commentaires ci-dessous, dites-nous quelle est l’activité que vous souhaitez essayer. Amusez-vous!

Lorsque l’organisation vous rend joyeux (à travers les yeux du TDAH)

Certains d’entre vous ne le savent peut-être pas, mais ma fille cadette a quitté la maison pour voler de ses propres ailes l’année dernière. Kyrie doit vivre avec le TDAH ainsi qu’avec plusieurs difficultés d’apprentissage importantes. Et, malheureusement, comme la plupart des personnes atteintes du TDAH, elle a très peu de motivation en raison du faible taux de dopamine dans son cerveau.

Par conséquent, lorsque l’on ouvre la porte de son appartement, c’est comme si une tornade y avait fait tout un carnage. Lorsqu’elle n’est pas au travail, elle n’aime pas rester dans son appartement, car elle y retrouve plusieurs sources de distraction. Elle est incapable de se relaxer, puisque son environnement n’invite pas à la détente. Alors elle sort et dépense de l’argent qu’elle n’a pas, tout simplement pour s’éloigner de son lieu de vie qui la démoralise.

Je lui ai offert de l’aider à s’organiser, mais cela ne l’a jamais intéressée, car elle sait qu’elle ne pourra pas réellement l’apprécier. Toutefois, je suis récemment tombée sur une approche intéressante relative à l’organisation, proposée par Marie Kondo, une Japonaise ayant écrit quelques livres portant sur son travail pour aider les gens à mettre de l’ordre dans leur maison, au Japon. J’ai lu son livre, Le pouvoir étonnant du rangement, en espérant que sa méthode pourrait aider mes lecteurs atteints du TDAH. Bien que certaines des stratégies qu’elle propose ne soient pas adaptées aux adultes atteints du TDAH, je dois avouer que quelques-unes d’entre elles sont, à mon avis, plutôt prometteuses.

C’est un processus en deux étapes

Étape 1 : Trier, puis Étape 2 : Décider de l’endroit où ranger les objets : La première stratégie consiste à faire le tri. Je crois que moins vous avez d’objets, moins vous aurez de choses à gérer. (C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les commerces et les entreprises font de grandes ventes AVANT de faire leur inventaire : cela leur fait moins d’articles à compter!)

Attaquez-vous à une catégorie d’articles à la fois : Kondo recommande de rassembler tous les articles d’une même catégorie au même endroit avant de vous mettre à la tâche, et quand elle dit tous les articles, ce sont vraiment TOUS les articles (mais n’oubliez pas, il faut y aller une catégorie à la fois). Ainsi, vous aurez un meilleur aperçu de tout ce que vous possédez. Voici ce qu’elle propose :

  • Commencez par les vêtements (ce qui inclut les accessoires, les chaussettes, les chaussures, les ceintures et les vêtements d’extérieur comme les mitaines et les foulards)
  • Passez ensuite aux livres
  • Les documents et les papiers divers
  • Les objets divers
  • Puis finissez par les souvenirs (ces objets qui n’ont aucune utilité, mais qui vous rappellent un souvenir); il s’agit de la catégorie la plus difficile à trier, car les objets appartenant à cette catégorie ont une valeur sentimentale

Jusqu’ici, cette approche ressemble plutôt aux autres, mais lorsque j’ai parlé à Kyrie de ma partie préférée, c’est à ce moment qu’elle s’est montrée intéressée et prête à l’essayer.

Trouver le bonheur

Kondo insiste sur le fait que ses clients doivent prendre chaque objet dans leurs mains, puis doivent se poser la question suivante : « Est-ce que ça me rend heureux? » Si ce n’est pas le cas, remerciez l’objet de vous avoir rendu heureux au moment de son achat ou de vous avoir appris que ça ne vous convenait pas, puis mettez-le de côté pour de bon. Alors, dimanche après-midi dernier, Kyrie et moi avons rassemblé tous les vêtements qui se trouvaient dans son appartement, les avons déposés sur son lit (qu’elle avait fait), puis les avons divisés selon les catégories suivantes :

  • Hauts
  • Bas (incluant les shorts, les pantalons et les jupes)
  • Robes
  • Sous-vêtements
  • Chaussettes
  • Sacs à main
  • Accessoires
  • Chaussures
  • Vêtements d’extérieur

Puis, en commençant par les hauts, Kyrie a pris chacun d’eux dans ses mains, puis s’est posé la question suivante : « Est-ce que ça me rend heureuse? » Tout ce qui ne la rendait pas heureuse a été mis dans un sac pour les plus démunis. Si le vêtement était endommagé, il allait directement à la poubelle.

Cet exercice a été extrêmement facile pour elle, car son attitude changeait complètement lorsqu’elle prenait un vêtement qui la rendait heureuse. Elle s’exclamait aussitôt : « Maman, je me trouve tellement belle lorsque je le porte » ou encore « Cette couleur me va SIIIII bien ». Elle n’avait pas besoin de me convaincre qu’elle devait le garder, car je pouvais facilement lire la joie sur son visage.

Certains articles sont difficiles à gérer

Certains vêtements ne la rendaient pas heureuse, ils la rendaient coupable. C’étaient souvent des vêtements sa sœur ou moi lui avions donné. Ils lui avaient servi, mais elle les gardait simplement parce qu’ils lui avaient été donnés par des personnes qui lui sont chères, et elle ne voulait pas nous faire de peine. Je l’ai donc encouragée à remercier ces vêtements pour tout l’amour qu’ils ont représenté avant de les laisser aller.

En peu de temps, nous avons passé à travers sa pile de vêtements. Chaque fois que nous terminions une catégorie de vêtements, Kyrie décidait de l’endroit où elle allait ranger cette catégorie, puis nous prenions le temps de plier chaque vêtement.

Le pliage pour les personnes atteintes du TDAH

rolled

plié

Loin des yeux, loin du cœur. Les adultes atteints du TDAH oublient rapidement les choses qu’ils ne voient pas. Alors si vous savez pertinemment que vous allez oublier quelque chose à la minute où il sera hors de votre champ de vision, pourquoi décider de plier vos vêtements pour ensuite les empiler les uns par-dessus les autres dans un tiroir, ou bien de les jeter pêle-mêle dans votre commode?

Si un vêtement vous rend heureux, vous voulez le voir en ouvrant votre commode. C’est pourquoi Kondo recommande de plier tous vos vêtements afin de les ranger à la verticale. Ainsi, vous verrez chacun de vos vêtements dès l’instant où vous ouvrirez votre tiroir.

Toutefois, vous ne voulez certainement pas que vos vêtements se froissent… D’ailleurs, qui a le temps de tout repasser avant de s’habiller? Par contre, en roulant ou en pliant vos vêtements, comme Marie Kondo le démontre, ils demeurent visibles et ne seront pas froissés. Kyrie et moi avons plié ses vêtements à deux ou trois reprises, en faisant bien attention aux plis, pour ensuite décider de les rouler et de les ranger dans son tiroir.

folded

rouler

En moins de deux heures (où nous avons pris une pause pour aller acheter quelques munitions en cours de route), nous avions terminé. J’ai été si inspirée par cette approche que j’ai décidé de faire de même avec mes propres vêtements. J’ai également joint quelques photos de mes tiroirs afin que vous puissiez en avoir un aperçu.

Est-ce que c’est durable?

Chaque semaine, Kyrie apporte son lavage à la maison afin d’économiser sur les frais de buanderie. Voici une nouvelle habitude qu’elle a commencé à mettre en place (avec mon aide) : alors que nous passons du temps ensemble, elle roule ses vêtements avant de quitter la maison, puis elle les range dès qu’elle arrive à son appartement. Moi, j’ai essayé les deux, le roulage et le pliage et j’aime plus l’effet du pliage pour moi.

Et vous?

Est-ce que tous vos vêtements vous rendent heureux? Si ce n’est pas le cas, remerciez-les et donnez-les. Si vous n’avez pas porté un vêtement depuis longtemps, est-ce que c’est parce que vous l’avez oublié? Parce qu’il vous apporte un sentiment de culpabilité? Débarrassez-vous-en et rendez quelqu’un d’autre heureux.

Vous voulez faire un essai?

  1. Faites votre lit
  2. Rassemblez tous vos vêtements et déposez-les sur votre lit (déposez vraiment TOUS vos vêtements!)
  3. Séparez-les selon les catégories mentionnées précédemment (voir la liste ci-dessus)
  4. Attaquez-vous ensuite à une pile à la fois. Prenez chaque vêtement dans vos mains et posez-vous la question suivante : « Est-ce que ce vêtement me rend heureux? »
  5. Une fois que vous avez trié chaque pile de vêtements (par exemple, les hauts), roulez ou pliez chaque vêtement que vous avez décidé de conserver, comme démontré ici, (les blouses et les chemises devraient plutôt être suspendues), et rangez-les à l’endroit voulu.

Comment plier comme Marie Kondo : https://youtu.be/Lpc5_1896ro

Réglez vos problèmes liés au TDAH à la source

Dans un récent article intitulé « Aidez-moi, je souffre de TDAH! », j’expliquais l’importance d’identifier quels étaient les défis du TDAH auxquels vous attaquer en premier. Dans l’article suivant, « Si vous êtes atteint de TDAH, passer à côté de cette étape assurera votre échec », je discutais de l’importance de vous sensibiliser à votre situation afin de déterminer quelle était la cause du problème.

Dans le présent article, soit le troisième de la série, j’expliquerai quelle est la meilleure façon de résoudre le problème que vous aurez identifié, et ce, une fois que vous aurez déterminé la source (ou les sources) de celui-ci.

Vous connaissez maintenant la source de problème… et après?

Vous avez maintenant une bonne idée de ce qui cause votre problème le plus important. Que faire ensuite? La plupart penseront : « Eh bien, il suffit de faire cesser ce qui cause le problème! » Si seulement c’était aussi simple que cela…

La bonne nouvelle est qu’il y a assurément plusieurs façons de résoudre le problème, tout comme il peut y avoir plusieurs causes se trouvant à la racine de celui-ci. N’oubliez pas : il est fort possible que la résolution de votre problème le plus important nécessite plusieurs étapes et un peu plus d’efforts que le simple fait d’éteindre la lumière. Toutefois, bien que cela puisse vous sembler contre-intuitif, si vous souhaitez progresser rapidement, commencez par vous poser la question suivante : « Quelle est la plus petite étape significative que je puisse accomplir pour commencer à résoudre le problème? » N’essayez pas de tout changer ou de tout régler d’un seul coup. Choisissez plutôt une petite chose significative et changez-la.

Lorsque nous avons commencé à surveiller nos finances, nous avons réalisé que nous dépensions énormément sur de petites choses. Nous avons tous deux été sidérés de constater que Duane dépensait près de 200 $ par mois en boissons gazeuses, et que je dépensais presque le même montant pour du café. Nous avons alors tenté de trouver une solution pour remédier à la situation. Nous n’avons pas tenté de réhypothéquer notre maison, de trouver un autre emploi ou de commencer à cultiver nos aliments. Ces solutions auraient pu être excellentes, mais lorsque vous tentez de tout changer d’un seul coup, vous sabotez souvent vos propres efforts.

Nous nous sommes plutôt posé la question suivante : « Quelle est la plus petite étape significative que nous puissions accomplir pour commencer à résoudre le problème? » Duane a commencé à acheter ses boissons gazeuses au supermarché plutôt que dans la machine distributrice, économisant ainsi 1,50 $ (75 %) par boisson gazeuse, et j’ai commencé à faire mon café à la maison. Je buvais mon premier café à la maison, puis je remplissais ma tasse de voyage pour mon deuxième café. Acheter un seul café par jour plutôt que trois me coûtait ainsi 67 % moins cher.

Y aller une petite étape à la fois

Nicolas, qui était à la limite de l’épuisement professionnel, a constaté que plusieurs de ses comportements nuisaient à sa productivité. Chaque matin, il perdait un précieux temps à lire ses courriels, il disait « oui » trop souvent et passait régulièrement d’une tâche à l’autre, car il ne dressait pas la liste de ses priorités au quotidien. Il savait qu’il réussirait à régler son problème de productivité s’il dressait un programme clair de ses activités quotidiennes. Il a ainsi décidé que sa petite étape significative serait de commencer à planifier. Il n’a pas commencé par la planification d’une semaine entière dès le départ, car ç’aurait été une étape beaucoup trop importante, et il se serait aussitôt senti débordé. Il a plutôt décidé qu’à la fin de chaque journée de travail, il identifierait ses trois priorités pour la journée suivante, puis les inscrirait sur un Post-It qu’il collerait sur le devant de son ordinateur. Voir cette liste en début de journée lui permettrait de savoir quelles étaient ses priorités de la journée. Il a également pris la décision de ne lire ses courriels qu’en après-midi, une fois que ses trois priorités seraient complétées.

L’unique approche qui garantira votre succès

Si vous souhaitez régler les problèmes causés par votre TDAH, la seule approche qui garantira votre succès consiste à y aller une petite étape à la fois. Tout changer d’un seul coup ne vous réussira pas. Même changer plusieurs choses à la fois ne vous réussira pas. Lorsque vous apportez trop de changements dans votre vie, cela vous sort beaucoup trop de votre zone de confort. Personne ne peut faire durer des changements lorsqu’ils ne se sentent pas à l’aise avec ceux-ci.

Vous pouvez également vous aider à réussir à maintenir vos changements en développant de petits systèmes de soutien. Pour Nicolas, son système était aussi simple que de coller un Post-It sur son ordinateur, lui mentionnant « Regarde ton calendrier ». Pour Duane, mon conjoint, c’était de se laisser une note lui mentionnant d’ajouter des boissons gazeuses sur la liste d’épicerie.

Votre mission est donc :

  • D’identifier quelle est la petite étape qui vous permettra de faire une différence significative, puis de la mettre en application.
  • De développer un système simple qui vous remémorera votre plan.
  • De laisser un commentaire dans l’encadré ci-dessous afin de nous faire part de la petite étape que vous accomplirez.

Si vous êtes atteint de TDAH, passer à côté de cette étape assurera votre échec

Dans mon dernier article, Aidez-moi, je souffre de TDAH , j’écrivais à quel point je trouvais difficile de répondre aux adultes atteints de TDAH qui m’écrivaient simplement « Aidez-moi! » Comme je l’ai également mentionné, ce n’est pas plus évident de répondre à ceux qui me racontent leur vie ainsi que tout ce qui ne va pas bien en raison de leur TDAH, dans l’espoir que je puisse leur fournir LA solution à leurs problèmes. Bien entendu, le TDAH est bien trop complexe pour que je me permette de fournir une réponse toute faite. Au lieu, j’ai cru qu’il serait préférable que je vous fournisse une approche étape par étape qui définirait les problèmes, et qui me permettrait de trouver des solutions aux obstacles causés par votre TDAH, qui sont uniques à votre situation.

Dans mon premier article, je vous ai donné une « mission » : vous deviez décider du premier problème lié au TDAH que vous souhaitiez apprendre à gérer, et ce, d’après vos propres besoins. J’ai même décrit une approche qui vous permettrait de choisir par quel problème commencer. Aujourd’hui, je vous expliquerai ce que vous devrez ensuite faire afin d’être en mesure d’améliorer votre vie avec le TDAH.

Par ailleurs, la raison pour laquelle vous ne devez choisir qu’un seul problème sur lequel travailler, c’est que d’essayer d’apporter trop de changements en même temps aura toujours des répercussions. Il est toujours préférable d’y aller une étape à la fois. Lorsque Mary-Jo a décidé de prendre sa santé en main, elle n’a pas commencé à faire de l’exercice, à aller au lit plus tôt et à changer son alimentation en même temps. En fait, elle n’a pas agi ainsi cette fois, parce qu’elle avait DÉJÀ essayé auparavant et, bien entendu, il y a eu des répercussions! Alors, cette fois-ci, elle a commencé par une seule chose : faire de l’exercice. Elle a commencé par faire des promenades de 5 minutes dans son quartier, puis les a éventuellement rallongées. Elle s’est ensuite inscrite à un cours de Zumba. Bien vite, elle est devenue « accro » à l’exercice, et cela lui a donné envie de commencer à changer son alimentation. En prime, elle a découvert qu’en maintenant une routine d’exercice constante, elle commençait à mieux dormir, ce qui a facilité l’étape de l’amélioration de son hygiène du sommeil. Améliorer sa santé une étape à la fois a permis de faciliter la transition et n’a pas rendu la situation inconfortable.

Si vous avez accepté la mission que je vous ai donnée dans l’article précédent, vous devriez avoir déterminé quel est le problème que vous souhaitez résoudre. Et maintenant? Plusieurs personnes croient que la prochaine étape est évidente : « RÉGLER LE PROBLÈME! » Mais non… il y a une autre étape essentielle à effectuer. C’est d’ailleurs une étape qui est souvent oubliée par les adultes atteints du TDAH, et lorsqu’ils l’oublient, ils sont presque assurés d’échouer! Ainsi, avant de pouvoir régler le problème, il faut y être sensibilisé.

La première étape du changement est la sensibilisation

Si vous ne faites pas cette étape, et c’est une étape que la plupart des adultes atteints de TDAH oublient, rien d’autre ne fonctionnera. La première étape pour changer la situation consiste à vous sensibiliser à celle-ci. Demandez-vous quels sont vos comportements qui contribuent au problème. Vous devez faire cette étape sans porter de jugement. Vous traiter de noms n’est pas une façon productive de fonctionner.

La sensibilisation n’est pas chose facile pour les adultes atteints du TDAH, car il arrive souvent qu’ils ne portent pas attention à ce qui se passe. Toutefois, lorsque vous avez l’intention d’aller au fond des choses afin de découvrir quels sont les comportements qui posent problème, vous avez déjà fait la moitié du chemin dans votre recherche de solution.

Lorsque Duane et moi avons réalisé que nous avions 17 créanciers et que, chaque année (chaque mois!) nous nous enfoncions de plus en plus dans un gouffre financier, nous en sommes venus à la conclusion que nous dépensions plus que nous ne gagnions d’argent, et que nous nous endettions à un rythme plus rapide que nous pourrions nous en sortir… mais nous ne savions pas comment cela pouvait continuer de se produire. Et lorsque nous nous chicanions, nous tentions tous deux de gagner avec nos arguments, et nous ne comprenions pas pourquoi les mêmes chicanes se répétaient sans cesse, alors rien ne se réglait.

Lorsque mes clients me disent : « J’arrive tôt au travail et je quitte tard. Je ne prends même pas de pause, et je mange à mon poste de travail. Je ramène même du travail à la maison le soir », il est évident qu’ils font beaucoup d’efforts pour tenter de résoudre le problème sans réellement savoir quels sont les comportements qui génèrent celui-ci en premier lieu. Les exemples sont infinis pour expliquer le nombre d’efforts qui peuvent être investis pour résoudre un problème sans obtenir de résultat. Il faut simplement se sensibiliser aux comportements spécifiques qui sont à la source du problème.

Comment réussir à se sensibiliser?

Mais comment réussir à vous sensibiliser à vos comportements alors que vous êtes incapable de prêter attention à quoi que ce soit? Supposons qu’il y a eu une série de crimes perpétrés et que votre équipe de détectives est sur les lieux pour résoudre le crime. J’imagine que la pratique de la sensibilisation joue le rôle l’expert en scène de crime. Le mantra de l’expert en scène de crime est d’étudier les éléments de preuve sans porter de jugement ou sans avoir de parti pris.

Ayez l’intention d’en prendre connaissance en créant des systèmes qui vous aideront à être attentif à ce que vous faites, et soyez conscient de votre comportement alors que vous faites vos choses. Les personnes atteintes de TDAH peuvent être attentives. En fait, vous êtes souvent distraits parce que vous remarquez souvent les choses avant que les autres ne les remarquent, mais tant que vous n’aurez pas l’intention de noter vos comportements et de vous donner un moyen de saisir l’information, vous n’y prêterez pas attention, et si vous y prêtez attention, vous oublierez ce que vous aurez constaté avant même d’avoir eu le temps de le noter. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples qui vous aideront à vous sensibiliser au problème.

Afin de trouver la raison pour laquelle nous avions des difficultés financières, Duane et moi avons décidé de noter toutes nos dépenses, peu importe le prix. À cette époque, les téléphones intelligents n’existaient pas, alors nous notions chaque dépense dans de petits cahiers de notes que nous apportions partout avec nous. Pendant un mois, nous avons noté ce que nous avions acheté, où nous l’avions acheté, ainsi que le montant déboursé, et ce, du simple timbre de 32 sous (je vous avais bien dit que cela faisait longtemps) aux gros achats comme les meubles, en passant par le café à 1,50 $. Cet exercice nous a permis de voir où tout notre argent passait.

Lorsque mes clients inscrits à mon programme Vibrez! ont pour mission d’améliorer leur capacité à se concentrer afin d’améliorer leur productivité, je leur demande de faire le suivi de leurs niveaux d’énergie mentale et physique, et ce, chaque jour, afin de déterminer leurs fluctuations d’énergie. Armés de cette information et d’autres conseils pratiques pour se sensibiliser à divers éléments, notamment les comportements au quotidien, qui améliorent ou diminuent leur capacité à se concentrer, mes clients sont ensuite en mesure de bien planifier afin de faire de meilleurs choix qui améliorent significativement leur productivité.

Créez un système pour faire le suivi de vos comportements.

Lorsque je fais le suivi de mes finances, je glisse un cahier de notes dans mon sac à main, avec mon portefeuille, afin de ne jamais oublier de noter mes achats. De nos jours, il y a des applications qui peuvent nous aider dans cette tâche.

Récemment, Duane et moi nous sommes inscrits à Weight Watchers. Une étape importante du programme Weight Watchers est de noter ce que nous mangeons afin d’être conscients des caractéristiques nutritives et caloriques des aliments que nous mangeons. Cette simple étape fait une grande différence et mène souvent à une perte de poids, sans nécessairement avoir à suivre un régime amaigrissant, et ce, tout simplement parce que nous devenons plus conscients de ce que nous mettons dans notre bouche.

Vous pouvez utiliser votre agenda comme outil pour déterminer comment vous utilisez votre temps au quotidien. Mes clients, qui ont de la difficulté parce ils ont l’impression de quitter le travail avec un panier encore plus plein que lorsqu’ils sont rentrés le matin, utilisent leur agenda pour identifier comment ils utilisent leur temps au cours de la journée. Ils utilisent également des outils tels que l’application mobile ADDA Storylines, qui est spécialement conçue pour aider les adultes atteints du TDAH à faire le suivi de leurs symptômes du TDAH.

Si vous avez de la difficulté avec un problème, la première étape consiste à déterminer la source de celui-ci en ayant l’intention de vous y sensibiliser. Ensuite, il suffit de développer un système pour saisir l’information dont vous avez besoin pour vous y sensibiliser.

Votre mission pour trouver une solution à votre TDAH

Alors, cette semaine…

  1. Ayez l’intention de vous sensibiliser aux comportements qui génèrent le problème auquel vous avez décidé de vous attaquer.
  2. Développez un système qui vous aidera à recueillir l’information dont vous avez besoin pour vous y sensibiliser.
  3. Recueillez l’information. (Oui, vous oublierez des choses, mais vous aurez beaucoup plus d’informations pour vous aider que ce dont vous disposez maintenant.)

Faites-nous part de vos commentaires dans la boîte de commentaires ci-dessous. Dites-nous votre problème et décrivez le système que vous utiliserez pour vous sensibiliser à la source du problème.