Libérez votre génie créatif!

Voici comment j’ai réussi à régler le problème de mon mari atteint du TDAH

Duane-Linda (3)Hier, mon mari Duane et moi avons célébré notre 29e anniversaire de mariage. J’aimerais pouvoir vous dire que tout a été merveilleux, mais ce serait vous mentir, et je mens terriblement mal. (En passant, ce n’est pas l’anniversaire qui n’a pas été merveilleux! C’était fantastique! Je parle plutôt de nos 29 années de mariage!)

Jusqu’à ce que Duane reçoive son diagnostic de TDAH en 1996, nous ne savions pas quel était le problème. Duane et moi avions de la difficulté lorsque nous devions diviser les tâches ménagères (le problème n’était pas de diviser; je me retrouvais plutôt à les faire toutes, et ce, malgré tous ses efforts et ses promesses de faire mieux), alors qu’à ce problème s’ajoutaient nos problèmes financiers et le stress continuel qu’apportaient les changements d’emploi fréquents de Duane, parce que celui-ci s’ennuyait de son emploi, ou encore parce qu’il se faisait congédier. Et, avec autant de stress, il va sans dire que nous nous chicanions… souvent. L’impatience et les crises émotionnelles de Duane affectaient notre relation et sa relation avec ses filles. Toute la famille était dysfonctionnelle.

Après avoir reçu son diagnostic, Duane a commencé à embrasser le positif et à surmonter les aspects négatifs de son TDAH. Duane et ma fille cadette, comme c’est souvent le cas, ont reçu leur diagnostic à peu près au même moment. Kyrie a tout d’abord reçu son diagnostic et, alors que nous lisions à propos du TDAH, cela nous a éclairés au sujet des difficultés de Duane. Et alors que seuls Duane et ma fille cadette ont reçu un diagnostic de TDAH, j’ai commencé à nous comme une famille atteinte du TDAH. Nous ne pouvions régler ce problème qu’en travaillant ensemble, alors c’était autant une aventure pour eux que pour nous.

Aujourd’hui, en tant que coach en TDAH, lorsque je travaille avec un adulte atteint du TDAH, certains de nos plus gros défis se jouent avec le conjoint. Et je le comprends; je suis déjà passée par là! Être membre d’une famille atteinte du TDAH peut être épuisant, stressant et totalement frustrant. Et je crois que ce que je trouvais le plus frustrant, c’est que je croyais que je n’avais le contrôle de rien. Une fois que j’ai appris qu’il était possible d’apporter certains changements pour faciliter notre vie avec le TDAH, le processus s’est enclenché et le sentiment de frustration a commencé à diminuer.

Voici comment j’ai réglé le problème de Duane :

  1. Premièrement, j’ai changé ma façon de penser. J’ai réalisé que je n’étais pas la seule à souffrir au sein de notre famille. Je sais que Duane l’a eue beaucoup moins facile que moi – il vivait avec son TDAH 24/7. Il souhaitait être un meilleur conjoint et un père plus patient. Nos filles en souffraient également. Elles voyaient leurs parents être sans cesse inquiets ou impatients, ou être toujours en train de se chicaner. Kyrie avait de la difficulté avec son TDAH et ses troubles d’apprentissage, tandis que Jennifer, notre fille aînée, se sentait négligée puisque tous nos efforts et notre attention étaient tournés vers Duane et Kyrie parce que nous tentions de les aider. Duane n’était pas le seul à avoir des travaux à faire; j’en avais également. En tant que parents, nous avions mal pour nos enfants et nous étions prêts à faire tout en notre possible pour faire cesser leur peine. Après tout, elles n’avaient pas demandé à vivre cette situation. Aussi étrange que cela puisse paraître nous ne ressentons pas toujours la même empathie envers notre conjoint atteint du TDAH (même si, lui non plus, n’a pas demandé à vivre cette situation!) J’ai laissé de côté ma souffrance et je me suis tournée vers le renforcement, et j’ai alors compris qu’à chaque fois, les personnes essaient de faire de leur mieux avec ce qu’ils ont à ce moment.
  2. J’ai appris tout ce qu’il était possible de savoir au sujet du TDAH. Je ne l’ai pas seulement fait pour aider ma fille (ce que, en tant que mère, je ferais sans aucune hésitation), mais je l’ai également fait pour mon mari. Plus j’en savais, plus je me sentais forte. Je lisais des livres, j’assistais à des webinaires et je participais à des conférences portant sur le TDAH. Lorsque nous avons participé à notre première conférence de l’ADDA en tant que couple, cela a transformé notre vie. Nous y avons tant appris, nous avons rencontré des gens qui réussissaient à s’en sortir avec succès, et qui vivaient exactement ce que nous vivions, et cela nous a rendus plus forts.
  3. Je suis devenue une partie de la solution. Duane avait de la difficulté avec plusieurs aspects de son TDAH, mais le pire problème était sa mémoire à court terme, qui EST un problème relié au TDAH. Mais pourquoi lui demandais-je de faire des tâches ou d’aller chercher quelque chose au magasin alors qu’il n’avait pas de crayon et de papier ou encore son ANP pour prendre des notes? Je lui demandais souvent de l’aide alors qu’il était fatigué ou distrait. Comment était-il donc possible pour lui de transformer le tout en une situation positive? Ce n’est que lorsque j’étais prête à lui laisser faire les choses comme il l’entendait et que je lui donnais des responsabilités que nous avons commencé à faire des progrès. Il m’a dit qu’il accomplirait certaines tâches s’il pouvait les faire à sa façon. Il a donc décidé de s’occuper de l’épicerie. Je lui ai offert mon aide s’il en avait besoin (je pensais secrètement que nous mourrions probablement de faim en attendant Duane!) À ma grande surprise, il avait établi son propre système pour faire l’épicerie (ne lui dites jamais que je vous ai dit cela, mais son système est beaucoup plus efficace que le mien!), et nous ne sommes jamais revenus en arrière.
  4. J’ai pris soin de moi. J’ai abaissé mes standards face aux choses qui avaient peu d’importance, surtout au début. Qu’est-ce que ça fait si je ne fais pas le ménage CHAQUE semaine et si je ne cuisine pas TOUS mes repas moi-même? Plutôt que de chasser les minous de poussières, je profitais de ce temps pour relaxer avec mes amis, ce qui me permettait d’être plus encline à rire avec les membres de ma famille plutôt que de paniquer lorsque je me retrouvais face à des situations que la plupart des familles aux prises avec le TDAH sont confrontées régulièrement.
  5. La chose la plus importante que j’ai faite a été de remarquer tous les changements positifs. Lorsque Duane a commencé à collaborer avec son médecin et son coach, j’évitais de l’embêter avec les problèmes qui n’étaient pas encore réglés, car les changements peuvent être longs à survenir. Je m’assurais également de remarquer toutes les choses qui allaient maintenant dans la bonne direction. Je m’assurais également de lui mentionner à quel point j’appréciais ses efforts.

Il y a plusieurs autres choses que nous avons faites pour améliorer notre vie en tant que famille atteinte du TDAH. Nous avons appris à mieux communiquer comment nous nous sentions plutôt que de blâmer les autres, et nous avons appris à partager nos rêves et nos aspirations. Nous avons recommencé à nous fréquenter. Non, à cette époque, nous n’avions pas beaucoup d’argent, mais grâce à l’imagination débordante de Duane, nous pouvions faire des activités amusantes qui ne coûtaient que peu ou pas d’argent. Nous ne nous arrêtions pas à ce que devait être le rôle de l’homme et de la femme : nous faisions les tâches auxquelles nous excellions ou celles qui nous intéressaient le plus.

Nous avons même développé notre propre langage secret que nous utilisons discrètement en public. (Je peux par exemple à Duane des indices de comportements appropriés à adopter dans certaines situations sociales. Et il peut me signaler quand il ne peut accorder une minute de plus aux 47 membres de la famille réunis dans un chalet de bois lors des festivités de Noël, et qu’il a besoin d’une pause pour faire le plein de silence et de tranquillité.)

Et maintenant, 29 ans plus tard, nous sommes toujours mariés, et encore plus heureux. Nous rions beaucoup plus et nous nous chicanons beaucoup moins. Je peux dire avec assurance que Duane est mon meilleur ami, et moi je suis la sienne. Est-ce que cela a été facile? Pas du tout, mais je suis fière de ce que nous avons accompli ensemble, et je sais que cela a valu tout l’or du monde.

22 commentaires
  1. Bonjour Linda.
    Mon nom est Jérôme B….
    Je suis moi-même un cas de déficit de l’attention mais ne suis pas sûr en ce qui concerne l’hyperactivité.
    J’ai lu ton histoire et celle de ton mari et la grosse question qui a émergé dans mon cerveau est : Si je ne reçois pas d’aide de la part de mon conjoint parce que célibataire et âgé de 54 ans, je dois alors me prendre en charge et développer mes propres stratégies pour contrer les difficultés que cet état de choses me présente dans la vie de tous les jours…
    Déjà que je suis sans-emploi et bénéficiaire de l’assistance sociale je réussis, avec l’aide de ma famille et la débrouillardise, à subvenir à mes besoins de base…
    Pour ce qui est de mes relations c’est assez simples. Je ne suis pas en couple ayant mis une croix la dessus il y a belle lurette, ne tolérant pas qu’une autre personne sois toujours à faire les choses à ma place, soit par bienveillance (amour) ou par charité… Cela ne m’emmenait que de la frustration probablement parce que cela me faisait réaliser que tout seul je n’y arriverais pas… J’ai été élevé dans une famille de 8 enfants et chacun avait ses responsabilité mais cela ne s’est pas avéré bénéfique pour moi… Quoique… Jusqu’à récemment je me suis pas si mal débrouillé… Certains avait pris un certain contrôle au niveau de certaines tâches, soit parce que ils n’avaient pas confiance ou pour d’autres raisons…

    Tout est-il que aujourd’hui je doive me débrouiller seul … J’ai feuilleté vos livres et y ai pris quelques pour le quotidien… Mais j’en arrache encore… Je ne sais pas si vers l’âge de cinquante ans , en fait je crois que oui, on a la mémoire et/ou l’attention moins performante mais j’ai encore bien des difficultés…
    Je crois que j’ai besoin de conseils…
    Jérôme (Allo la lune).

    • Bonjour Jérôme,

      Je crois qu’il est important de souligner que le message de cet article est que ce n’est pas moi qui a réglé son problème; par contre, j’ai dû accepter que moi aussi j’avais des choses à changer si je voulais vivre dans une famille atteinte du TDAH. J’ai dû choisir mes batailles et laisser tomber des choses qui dans le passé était importante pour moi mais plus maintenant…

      J’ai appris que lorsque j’essayais d’aider, je créais plus de problèmes car non seulement n’étais-je pas informée de ces difficultés et des stratégies pour l’aider, mais aussi, je n’étais pas neutre. Je poussais ma façon de faire les choses et donc son buy-in n’était pas très fort.

      Je t’invite à t’inscrire à mon infolettre à http://www.mythesdelaproductivite.com. Tu recevras une série de courriels avec des stratégies qui peuvent t’aider à faire des pas pour surmonter certains symptômes.

      Il est important que lorsque tu lis ou tu t’informes à propos du TDAH de ne pas t’arrêter à faire un « ramassage d’information » mais à en mettre une en pratique. Je te promets que lorsque tu le feras 3 résultas possibles en découleront:

      • une réussite totale;
      • un échec total;
      • un résultat qui se retrouve entre les deux.

      Je t’invite à les voir tous comme des situations d’apprentissage et de te demander certaines questions critiques:

      • Qu’est-ce que j’ai appris?
      • Qu’est-ce qui a fonctionné?
      • Que dois-je ajuster pour que j’ai les résultats désirés?
      • Quels systèmes me permettraient de continuer à utliser cette stratégie?

      Tu ne mentionnes pas les médicaments, mais c’est quelque chose qui pourrait aussi t’aider.

      Bon courage!

  2. Bonjour, je suis heureuse de pouvoir lire le partage de gens qui doivent composer avec un conjoint atteint du TDA .. nous sommes dans la cinquantaine, une relation très récente (2 ans) et j’aimerais beaucoup que ça fonctionne, parce que mon conjoint est un très bel humain et je l’aime beaucoup .. mais effectivement, ce n’est pas facile, mais déjà à la lecture du texte précédent, j’ai saisi des informations pertinentes. Merci et si vous pouvez me donner des références pour plus de renseignements, des groupes de rencontres, ce serait intéressant. Nous sommes de la région de Québec.

    • Bonjour Lou,

      Je songe à offrir ce genre de programme pour le couple atteint du TDAH. Nous pensions de l’offrir en ligne afin que ce soit plus abordable pour plus de personnes. Pour les groupes de rencontres, lorsque mon conjoint a été diagnostiqué au début, j’allais aux rencontres pour personnes atteintes du TDAH. Lorsqu’on fait partie d’un couple où une personne est atteinte du TDAH, il est important d’apprendre tout ce qu’on peut sur le sujet. Le livre d’Annick Vincent, intitulé Mon cerveau a encore besoin de lunette, est une bonne ressource pour commencer.

      Bon courage!

      • ou peux ton le trouver svp , mon tda me coute mon couple , help

        • Bonjour Lucas, Je t’invite à écouter avec ta conjointe l’émission TDAH, mon amour à tdahmonamour.telequebec.tv Cela peut l’aider à mieux comprendre. J’offre aussi un nouveau programme gratuit intitulé Petits pas, grands résultats à http://www.solutionstdahadulte.com qui pourrait t’aider à développer des routines et habitudes.

          Bon courage à toi et ta conjointe!

  3. Bonjour,

    Je suis heureuse de voir qu’il y a peut-être des ressources pour aider les personnes qui vivent avec des personnes souffrant du TDA.

    Je suis avec mon conjoint depuis 12 ans, lui et sa fille ont été diagnostiqué il y a 3 ans. Moi je pense que je savais depuis toujours.

    Moi et ma soeur, avec son conjoint depuis plus de 20ans, aimerions savoir s’il existe des groupes de soutien. J’ai de plus en plus de gens dans mon entourage avec un TDA. Et je vous avoue que je suis un peu épuisé. De toujours devoir comprends accepter et chercher des solutions.

    J’ai vu plusieurs articles qui explique le tda. Comment vivre avec, quelle sont les symptômes, comment le diagnostiqué etc… Vous êtes la première que je trouve qui parle du couple. Je suis un peu tanné de devoirs comprends leurs anxiété, leurs hypersensibilité, impulsivité etc. J’aimerai comprendre sur quoi il se base pour faire la comparaison des sentiments. Je vie tout ces émotions moi aussi et je commence à manquer d’outils pour les gérer. Et ma soeur encore plus je crois. Et d’autre proche. Alors tout suggestions ou conseil seront les bienvenus.

    Merci

    • Bonjour Annie,

      Il y a quelques années de cela, mon conjoint et moi avions offert un atelier d’une demie-journée pour les couples atteints du TDAH. Depuis longtemps nous songeons à le refaire mais en ligne afin qu’il soit disponible à plus de personnes. Nous allons probablement tâter le terrain puisque c’est un très gros investissement de temps à préparer et à promouvoir ce genre de programme mais s’il y a beaucoup de demande – c’est ce que les commentaires semblent indiquer – il en vaudrait la peine de le faire.

      Entre temps, bon courage à tous!

    • Je suis de la région de Laval, étant le conjoint à l’intérieur d’une famille reconstitué et tdah. J’ai rencontré des intervenants pouvant aider les familles en difficulté avec cette situation. Par contre, si les personnes concernés ne veulent pas se faire aider, accepter leur réalité et venir assister à la rencontre, jeter la faute sur les autres, c’est inutile pour eux de nous accueillir malheureusement.

  4. Bonjour Linda,
    Mon neveu a été diagnostiqué TDAH. Il a 7ans,ma soeur et moi avons une relation trés forte. J’ai deux enfants 7ans et 5ans.La situation de mon neveu fait que je suis obligé avec mon épouse de limiter les rencontres car mon neveu est trés difficile à gérer, ma soeur et mon beau frère sont dans l’inconnu et gère en apprenant. Comment pouvons nous les aider, ne pas les éviter car ils sont super ! En plus, mes enfants adorent leur cousin. Merci d’avance de votre réponse.

    • Bonjour Victor,
      C’est une situation difficile. Pourquoi éviter le neveu atteint du TDAH? Est-il agressif ou colérique? Il existe quelques organismes qui ont des ressources pour les parents d’enfants atteints du TDAH. Au Québec, il y a l’organisme PANDA qui offre des ateliers et des rencontres pour parents. Si vous êtes en Europe, c’est plus difficile mais il y a quelques organismes:

      En France http://www.tdah-france.fr/
      En Belgique: http://www.tdah.be/

      Il y a aussi quelques livres sur le sujet, tel que « Mon cerveau a besoin de lunettes » par Dre Annick Vincent.

      Ce que vous pouvez faire pour soutenir les parents, c’est d’avoir de la compassion pour eux et votre neveu et d’éviter le jugement.

      Bon courage!
      Linda

  5. Bonjour Linda,
    Voici mon histoire…
    Je sortais avec un homme atteint du Tdah, je le savais. Mais je ne connais que très peu le sujet. Seulement, il m’as violentée. Et je ne sais plus quoi penser car je sais un peu qu’avec ce problème, souvent il ne gère pas trop ce comportement, leur impulsivité, humeurs etc. Ma famille malheureusement ne comprend pas que je puisse « accepter » car ils ne savent pas ce qu’est le Tdah et ils ne connaissent pas l’homme que j’aime comme moi je le connais.. et je me demande beaucoup si moi non plus, je ne ferais pas une erreur, peur qu’il recommence mais j’aimerais l’aider a ce que jamais ça ne se reproduise…

    • Bonjour Lyne,
      C’est difficile pour moi de répondre car j’ai tendance à vouloir protéger mes clients atteints d’un TDAH. Avant de pouvoir aider ton homme, tu dois prendre soin de toi. S’il a été violent, il pourrait l’être encore. Tu as raison que les personnes atteintes du TDAH ont du mal à contrôler leurs impulsions, mais cela n’est pas une excuse pour être violent avec toi. Il a besoin d’aide professionnelle. Voici un organisme qui offre des services pour des hommes à comportements violents: http://www.acoeurdhomme.com/propos.

      S’il est très frustré par son TDAH, il aura aussi besoin de coaching en TDAH pour surmonter ses défis afin de réduire sa tendance à s’emporter.

      Bon courage et prends soin de toi.

  6. Bonjour Linda

    Je vie avec mon conjoint depuis 7 ans, il as un TDAH et je crois qu’il ne le sait pas non plus. Je l’aime mais je suis à boutte !! je suis au point de me demander si je continue ou je tourne la page. Il n’est pas affectueux ni ne démontre aucune tendresse. Il est dans sa tête tout le temps. Est-ce qu’un psychologue pour couple pourrais nous aider ? Je ne sais pas par quel bout commencer et surtout il ne faut pas que je veuille plus que lui !

    merci

  7. Bonjour
    Merci pour votre article qui est très intéressant. Mon copain, avec qui je suis depuis plus d’un an et avec qui je viens d’emménager,a ses 2 frères diagnostiqués comme tda ou tdah. Après de longues discussions avec le petit frère qui est suivi, nous pensons que mon copain est concerné également. Il a rendez vous dans quelques semaines pour établir un diagnostic qui j’espère pourra lui permettre d’être aidé et suivi par la suite.
    J’aurais voulu savoir s’il était possible de vous contacter par mail pour vous expliquer les problèmes que je rencontre en étant sa copine et qui sont probablement liés au tdah, mais pour des soucis d’anonymat (notamment dans son métier) il serait préférable que je ne raconte pas tout ça de manière publique (le nom sous lequel je laisse ce commentaire n’est d’ailleurs pas le mien). J’aimerais vraiment pouvoir l’aider, mais parfois j’ai l’impression que je ne peux rien faire, que c’est au dessus de nos moyens. Je trouve que ça a des conséquences sur notre couple même si lui ne s’en rend pas forcément compte et j’aimerais trouver des solutions.

    J’espère sincèrement pouvoir vous contacter ! Merci d’avance

    • Malheureusement Emma, il m’est impossible de répondre à tous les courriels, les messages et les défis que chaque personne vit avec sa famille TDAH (qu’on en soit atteint ou non). Je reçois un nombre astronomique de courriels, messages, d’appels téléphoniques. Ce n’est pas que je ne suis pas intéressée – j’ai vécu la même chose et ma famille vit le TDAH depuis au moins 32 ans – mon cœur se brise parce que je peux pas aider chaque personne une à la fois.

      Face à cette grande demande, en tant que rare ressource pour le TDAH, je choisis plutôt de créer des programmes qui aideront des centaines de personnes à la fois. J’accepte de travailler avec un nombre limité de clients afin d’avoir le temps pour créer des programmes qui pourront en réellement améliorer des centaines de personnes atteintes du TDAH.

      Je vous invite par contre, à vous inscrire à mon infolettre parce que si je juge qu’il ait assez de demande, il y a de fortes chances que j’offrirai un programme pour les couples atteints du TDAH.

      Bon courage!

  8. Bonjour Mme Walker

    Mon nom est Jean. Presqu’en faillite financier et en faillite émotionnel.

    Il y a environ trois ans, j’ai vu un documentaire à la télé de Radio Canada. L’invité parlait de ces difficultés avec son entreprise et sa famille. Drôle de situation, j’ai les mêmes symptômes. De quoi il parlait … du TDA/H.

    J’ai donc fais une recherche à ce sujet et participé à quelques rencontre avec PANDA et TDAH Québec. Maintenant, je suis dans une grande certitude d’être TDA/H sans le H depuis ma tendre enfance. Tous les fais son relier.

    Malheureusement, les professionnels et ma famille qui ont une croyance sans limite pour ceux-ci, ne reconnaisse pas ce trouble. L’Institut Douglas ne veut pas me prendre (je ne suis pas du secteur) et le centre Albert Prévois dit que j’ai un trouble imaginaire ……. Ou à la mode ?????????

    En résumé, depuis 2.5 ans et surement plus, je dirais depuis 2009, ma vie est un enfer. J’ai créé mon entreprise automne 2006. Les deux premières années se sont très bien passées. Mais par la suite, tous est devenu flou. Maintenant, j’ai beau indiqué mes limites mais personne me crois. Mon cerveau est engorgé. Bref.

    Question importante. car je n’ai plus de ressource.

    1. Existe-t-il des médecins qui reconnaissent ce trouble ?
    2. Est possible de les contacter ?
    3. Comment s’en sortir, lorsqu’on passe pour un extra-terrestre?
    4. Es possible de me mettre en contact avec un médecin qui connais le TDA/H ?

    Merci à l’avance.

    Jean

    • Bonjour Jean,

      Il y a très peu de médecins québécois qui connaissent le TDAH et ceux qui le connaissent ne prennent pas nécessairement de nouveaux clients. Si vous cherchez un diagnostic, vous pourriez vous tourner vers votre médecin de famille ayant remplit le formulaire d’autoévaluation pour adulte; vous le trouverez au http://www.tdahadulte.com/deficit-d-attention-adulte/diagnostic-tdah/

      Le traitement pour le TDAH inclut plus que les médicaments par contre. Vous devez apprendre à fonctionner d’une façon qui est propre à votre TDAH, ce qui demande de la formation. Vous avez besoin de créer des routines et des systèmes qui vous soutiennent.

      Si cela vous intéresse, j’ai quelques programmes en ligne qui peuvent vous aider à apprendre à créer les conditions pour mieux vous concentrer afin d’améliorer votre productivité, et des programmes de gestion du temps conçu spécifiquement pour les adultes atteints du TDAH. Vous les retrouverez http://www.tdahadulte.com/catalogue-de-programme-tdah/.

      Mon conjoint a vécu beaucoup d’échecs malgré ses capacités exceptionnelles et lorsqu’il a appris qu’il était atteint du déficit de l’attention, nous avons recherché une formation et un coach afin d’améliorer ses façons de vivre sa vie. Ça a pris du temps pour tout changer mais ça en a valu la peine. Vous valez la peine d’investir en vous.

      Bon courage!

  9. Bonjour Linda,

    Je m’appelle Anna, je suis espagnole, excouse moi pour les fautes 🙂

    Mon grand pere, mon pere, ma soeur et moi, nous avons eu tous des soucis d’apprendissage a l’ecole. Sur moi, je peux dire que j’ai eu difficultee pour lire et me rappelle de ce que j’ai lu, de me concentrer, d’entendre le prof sans oublier et a 11 ans j’avais perdu l’envie d’apprendre et j’avais du mauvais comportement. Les prof disaient que c’etait pour l’age ‘de la revolte de l’adolescence’ ou que je souffrais chez moi, et oui j’ai eu des souffrance chez moi mais aussi je pouvais ps suivre le ryhtme de ma classe et je finissais avec un mauvais comportement.

    Je suis hypersensible, cela me fait souffrir beaucoup dans ma vie, penser trop sur les problemes de l’autrui, pleurer ou me mettre en colere vite, desirer fuir, etc.
    Souvent je sens des etouffement, je stresse trop. J’ai eu des l’infance insomnie, et aussi des les neuf ans j’entend des voix dans la nuit (mais cela je pense que c’est un autre souci meme si a l’origen est aussi neurologique).

    C’est vrai que je n’ai pas de chance dans l’amour lol et je trouve pas avec facilite l’homme ideal pour moi, je vois que ceux que j’ai connu ont menti sur beaucoup de choses mais aussi c’est vrai que j’ai dfficulte pour garder ma famille, ajourdhui je suis mariee, j’ai un bon homme a mon cote mais je perds les nerfs tres rapide et souvent je desire le divorce. Aussi j’ai trois enfants en bas age tres rapprochees et j’ai pas de patience avec eux, je me sens avec une responsabilite lourde. Je sais que c’est dur mais je crois que j’ai quelque souci avec les responsabilites.

    Aussi j’ai impulsivite ce qui a donne lieu a des choix que j’ai regrette beaucoup, c’etait comme si je n’etait ps conscient, veaiment surprenant, je me demandais comment j’ai pu le faire?

    Pendant ma vie j’ai cru simplement que j’etais une personne plein de defauts mais la que mon fils a des soucis d’apprendissage a l’ecole, de concentration, de impulsivite, etc j’ai cherche et je suis tombe sur le tdah et je me sens identifie.

    Quand mon fils ait six ans on lui fera un diagnostic pour voir si son cas est tdah et je voudrais le faire a moi meme aussi si c’est possible.

    Cela je le prend maintenant comme quelque chose qui ne se cherche ps a guerir mais a vivre avec elle comme j’ai fait avec les voix. Quand je croyais qu’elles etaient des monstres j’arrivais pas a dormir mais quand j’ai su que c’etait neurologique j’ai plus peur meme si cela me gene et cela ma permet de vivre mieux.

    Comme tu l’as dit, je vois que j’ai de la creativite et facilite en faire des choses que des autres non, j’ai envie d’apprendre beaucoup de choses et quand je les ai appris je les fais mieux que le plupart des gens. A l’ecole disaient que j’etait intelligente alors je crois pas etre idiote.

    Merci de me lire

    • Bonjour Anna,

      Merci pour ton partage. Le TDAH ne t’empêche pas d’être extraordinaire mais il rend le processus difficile, parfois très difficile; particulièrement lorsqu’on n’a pas les stratégies pour y arriver.

      Je t’invite à t’inscrire à mon programme gratuit, Petits pas, grands résultats.

      Ne te néglige pas. Tu vaux la peine de t’investir.

      Bon succès et bon courage!

  10. Bonjour Linda, je vous avoue avoir passée la nuit à lire sur le TDA/H et pourtant malgré une meilleur compréhension j’ai seulement l’impression que mon problème est encore plus insurmontable. Voyez-vous mon copain est diagnostiqué TDAH depuis un certain temps et prend de la médication depuis plus d’un an. Au début la médication a changé beaucoup de chose, il y avait une amélioration mais une grosse partie du travaille restait à faire et malgré nos nombreux conflits et notre incapacité à communiquer mon copain ne semble pas voir que notre relation meurt petit à petit.
    J’ai lu votre article « Avez-vous l’impression que le TDA/H détruit votre couple? » et je me retrouve dans chacune de vos affirmation, je suis épuisée, je suis une psychothérapie et prend maintenant une légère médication pour l’anxiété engendrer par tout ses conflits mais je ne peux pas faire tous le travaille toute seul, quels sont mes options ? Partir et tout abandonner ? Je ne trouve pas de ressource près de chez moi (je demeure sur la Rive-Sud de Montréal) pouvant nous aider. S’il vous plaît aidez moi…

    • Vous cherchez des ressources pour lui ou pour vous? Le coaching peut être offert pour la personne atteinte via Skype ou téléphone. Il y a très peu de ressources pour les adultes, malheureusement.

      Bon courage!

Laisser un commentaire